Tout réussir ensemble, jusqu’à notre rupture


ÉTATS D'ÂME, x / mardi, février 9th, 2016

Nous étions beaux, amoureux, heureux ensemble. Nous avions des projets futurs : une maison, une progéniture. Pas tout de suite, mais assez pour créer un tableau Pinterest intitulé For our kid. Tu en voulais quatre, moi trois. Parce que ça m’aurait amplement comblée (lire parce que je n’aurais pas été capable d’en gérer plus ou encore que je ne suis pas prête pour un minibus, mon homme). Toi, tu aurais fait un compromis sur mon intention d’avoir un petit poulailler, tu me l’aurais même construit (catégorie P.P.M. : petit projet merdique, comme tu aimais les renommer). Et moi, sur tes nombreux chiens. Le pire, c’est que ce n’était pas insensé.

Nous avons surmonté des épreuves que plusieurs ont échouées, et nous en sommes sortis plus forts. Nous nous encouragions mutuellement. Nous nous challengions à être une version meilleure de nous-même. Nous nous respections et nous acceptions toutes les facettes, les bonnes comme les pas pires, de l’autre. Je savais que dans mes projets professionnels les plus fous, si j’arrêtais de croire que c’était possible l’instant de quelques secondes, toi tu n’avais jamais de doute en mon potentiel. Même quand un peu saoule, j’affirmais vouloir être la Présidente du Monde*…

Bref, nous avons réussi pendant un méchant bout dans une société où les relations sont consommées comme du fast-food. Comme toute bonne chose a une fin, (don’t judge) nous avons mis un terme à notre relation.

On va se le dire, il n’y a pas de formule parfaite pour gérer une rupture. J’ai cherché et je n’ai pas trouvé, mais ce n’est pas grave parce que même si elle ne l’était pas, nous l’avons réussie. Elle a été rationnelle, respectueuse et honnête. En somme, assez douce pour nous permettre de sourire lorsque nous penserons à cette période de nos vies. Et j’en suis fière.

Props à nous et au meilleur qui s’en vient.

* Je sais que c’est impossible et ridiculement folks, mais laissez-moi dont fabuler!

É.

Publicités

Laisser un commentaire