Apprendre à se choisir

“Commence juste par dire non”. Je me répète souvent cette phrase qu’une personne de mon entourage m’a dite alors que je lui parlais du sentiment de culpabilité qui peut m’habiter parfois lorsque je prends des décisions. Est-ce que ça vous arrive, de prendre des décisions, qui sont bonne pour vous, mais de vous sentir mal parce que vous avez peur de décevoir?

La culpabilité et j’ajouterais l’anxiété (parce que c’est ben rare que je me sens coupable sans me sentir anxieuse) sont des sentiments qui peuvent nous ronger jusqu’à nous angoisser et avoir des impacts négatifs sur nous, notre tête, notre corps.

Être soucieux des gens qui nous entourent, vouloir prendre soin d’eux, je pense que c’est tout à fait normal. Il faut simplement apprendre à prendre soin de nous en retour (#phraseclichée). C’est vrai qu’il peut parfois être difficile d’assumer ses décisions parce que l’on est conscient qu’elles auront des impacts sur des aspects de notre vie ou sur des gens que l’on aime, mais il n’en demeure pas moins que c’est important de s’écouter.

Nous prenons tellement de petites décisions chaque jour , parfois, on peut s’y perdre. Accepter toutes les invitations soupers/soirées que l’on reçoit, de faire du temps supplémentaire pour dépanner, de rendre encore une fois service pour finalement se rendre compte que l’on a plus une soirée pour nous.

Pourquoi? Parce que l’on se sent coupable de refuser. Pourtant, refuser, ça ne veut pas dire que je ne prends pas en compte les besoins de mes amis ou de ma famille, ça veut simplement dire que je fais passer mon besoin en premier et c’est TRÈS correct. Nous le savons tous que c’est très correct, alors il ne suffit qu’à l’appliquer et à assumer nos décisions (plus facile à dire qu’à faire, i know).

Tranquillement, j’ai commencé à dire non et j’ai réalisé qu’il ne se passait rien de mal lorsque je le faisais. Mes amis étaient encore mes amis, ma famille était toujours là pour moi et personne ne m’en voulait de ne pas m’être impliquée dans tel ou tel truc.

Et j’ai commencé à me sentir de moins en moins mal, à mieux gérer mon temps, à passer des soirées seule sur mon divan, emmitouflée dans une grosse couverture en écoutant cinq épisodes de Gilmore girls de suite, sans me sentir coupable, en profitant du temps que j’avais décidé de prendre pour moi. Juste pour moi.

K.

Publicités