Besoin d’une pause PLEASE

Une pause ? Je n’ai pas de besoin de ça moi !

Et si on avait huit heures de plus dans une journée ? Je me questionne souvent à savoir comment je vais faire lorsque j’aurai des enfants, afin de passer à travers ma journée et accomplir toutes les choses que j’ai l’habitude de faire. Égoïste ou réaliste ?

La peur de manquer quelque chose.

Pourquoi faisons-nous autant de choses ? Avons-nous peur de rater quelque chose de tellement incroyable et indispensable à notre vie que nous le regretterions ? Le faisons-nous pour nous-mêmes, ou s’il s’agit de se donner de l’importance afin d’impressionner les autres ? Peut-être est-ce pour être sûr de ne pas s’ennuyer afin de ne pas être dans la réalité, le moment présent ? Fuyons-nous les moments de solitude ? Soif d’apprendre ou peur de l’ennui, une chose est sûre, nous ne prenons pas assez le temps de prendre le temps.

On n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Bien faire les choses est souvent synonyme de faire les choses à notre façon. Disons-le, la vérité est que toutes les façons sont bonnes. Il suffit d’arriver au même résultat. Les filles, nous n’avons pas le choix, il faut lâcher prise ! On ne sait jamais, certaines personnes risquent même de vous impressionner. Tout n’a pas besoin d’être parfait. Tout n’a pas besoin d’être fait à votre manière. Quelquefois, vous verrez, il est bénéfique de déléguer.

Sans vous, le monde n’existe plus

Nous ne sommes pas les sauveuses du monde. Tout ne risque pas de s’effondrer sous nos pieds si nous ne prenons pas tout en charge. Nous n’avons pas à en prendre autant sur nos épaules. Le travail, les études, l’entraînement, bien manger, la famille, le conjoint (qui, il faut se le dire, prend souvent plus de place que prévu), le yoga, les amies, les nouvelles activités et à cela, je n’ajoute même pas la fête de Janine et la retraite de Claudette ! Mais où est le moment où je suis face à moi-même, en prenant le temps de m’observer et de me demander ce que je veux vraiment ? Le mode « survie » ne devrait être qu’en cas d’urgence.

Mettre la théorie en pratique demeure l’obstacle majeur qu’il vous faudra surmonter. Choisissez de lâcher prise, de prendre la chance de manquer un évènement, qui finalement ne s’avérera pas d’une importance capitale. Et non, vous n’êtes pas le nombril du monde. La terre continuera de tourner, et du même coup, ça tournera plus rondement dans votre cerveau.

Bref : « vive le mou » !

M-A.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :