Arrêter l’horloge

Prendre le temps. Le temps de respirer, de vivre, d’aimer. Le temps pour apprécier les petites choses de la vie. Mais, ça, c’est presque une utopie. Le temps qui manque. La spirale de “trop de choses que nous avons à faire ” qui nous submerge. Qui nous aspire dans notre quotidien trop mouvementé.

Les journées qui s’enchaînent et qui se ressemblent. Courir pour rattraper le temps. S’essouffler. Recommencer. Encore et encore. Être comme un canard. Bien paraître au-dessus de l’eau et pédaler en dessous. S’aspirer vers les profondeurs. En oublier les douces caresses et les rires de joie d’une belle vie avec son amour parce que le quotidien prend trop de place.

photo-1452457750107-cd084dce177d.jpg

Crédit photo – Unsplash

Survivre. S’écraser lorsque tout s’envole. Ton quotidien trop planifié pour ne pas manquer de temps et tes repères qui s’écroulent… Maigrir, boire, tout faire encore plus intensément pour combler un vide. Ne plus rien apprécier. Désespérer.

Puis, quand rien ne va plus, que ton corps t’a complètement délaissé, épuisé de combattre le temps, il s’abandonne. Il réalise qu’il doit se laisser du temps pour se reposer. Du temps pour explorer. Du temps pour rire, aimer. Il se donne à nouveau le droit au plaisir parce que tout cela avait disparu. Parce que le temps avait eu raison de la simplicité.

La tête et le cœur à nouveau léger. S’autoriser à s’avouer parfois vaincue. Réaliser qu’il y a toujours du temps dans cette vie pour prendre soin de soi. Que sans ça, c’est de vivre comme un zombie. Exister de corps sur la planète, mais être mort dans toutes les autres sphères de la société. Refuser d’être comme les autres. S’accepter comme on est. Sourire. Profiter. S’aimer. C’est la base. Sans cela, nous existons, tout simplement.

Après 25 ans de vie et une rupture, tout ce que j’avais bâti s’est effondré. J’avais tellement mis d’énergie dans tout et rien en même temps, que mon corps et mon esprit ont déclaré faillite pendant près d’un an. J’ai dû réapprendre à vivre… Et prendre du temps pour moi et non pour tout le monde.

Avoir du plaisir dans ma vie. Parce que se créer de doux souvenirs aide à passer un travers des moins bons jours. Et aussi, pour ne pas simplement survivre et un jour, mourir.

V.

 

Publicités

Un commentaire sur “Arrêter l’horloge

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :