Angoisser d’aimer

J’ai peur. Complètement. Terrifiée, même. J’ai mal au cœur. Je me gruge l’intérieur des lèvres jusqu’au sang. J’ai le cœur qui veut sortir de mon corps. Je shake. Ça n’arrête pas. Mes mains tremblent. C’est incontrôlable. Étourdie. La tête veut m’exploser.

Les idées se bousculent jusqu’à temps que je craque. Je chute. Je panique, en boule, au sol. Je manque d’air. Je suffoque. J’hyperventile. Je braille à presque m’en vomir les tripes.

Seule au monde dans ces idées sordides. Un tourbillon d’émotions parce que ma tête me met en situation de catastrophe nucléaire… En alerte, alors qu’il n’existe pas de danger dans le monde réel.

L’inconnu d’une nouvelle relation, ça me fait faire ça. J’angoisse. J’ai tellement peur de me faire faire du mal que j’autosabote. Je me tue à petit feu. Dès que des papillons naissent, je les massacre. Je tue mon petit monde enfantin. Mes licornes qui font des cacas papillon sont supprimées.

À la place, je me torture l’âme. J’ai l’impression qu’un complot se trame contre moi, comme s’il était impossible que quelqu’un m’apprécie. Qu’une personne puisse ressentir de l’affection pour moi. Pas juste du cul. Un lien d’attachement.

C’est comme si c’était impossible de faire confiance. J’essaye très fort. Essayer de laisser aller les choses. Me donner, telle que je suis. Arriver à peut-être aimer, tout simplement. Au lieu de ça, je tombe littéralement au sol. En boule. Incapable de supporter mon poids. Un torrent de larmes sur les joues. Un tremblement de terre dans mon corps. Un sentiment d’évanouissement. Perdre le contrôle. Vivre avec des crises de panique parce que j’ai peur de me faire faire du mal. Qu’on m’abandonne. Encore.

J’y arrive juste pas. Je suis tellement effrayée que je veux fuir. Abandonner. Me faire croire que je ne suis pas assez bien juste parce que je n’ai pas le courage d’oser. J’aurais juste besoin de me faire rassurer. Je crois. Enfin. J’ai besoin d’amour, mais j’ai peur de l’implication de ce mot. Parce que c’est difficile de se laisser aller émotionnellement parlant alors qu’on est une blessée des combats amoureux. C’est facile de draguer. Frencher. Baiser. Une fois, deux même. Consommer l’humain.

C’est difficile de s’impliquer. Se laisser aimer, tendrement. Je ne contrôle rien et ça me terrifie. Je ne peux rien y faire. Je comprends bien des choses. Je sais que mes réactions sont excessives, mais quand l’angoisse me prend, ma tête s’enfuit. Laisser aller devient alors difficile. Les sentiments prennent le contrôle de ma rationalité. Ils submergent mes jugements pour les anéantir. Me détruire.

Et si j’essayais de surmonter ma peur ? Me battre contre cette émotion inventée ? Parce que j’ai l’impression qu’un jour, je vais réellement le regretter. Que je vais manquer une belle chance ! Que le combat en vaut la peine. J’étais un roc, il n’y a pas si longtemps. Indestructible.

On a trop abusé de la naïveté de mon cœur. Je suis effrayée comme une enfant qui a peur des monstres sous le lit. Je n’ai pas toujours été peureuse. J’ai juste besoin qu’on me redonne la foi en l’amour. Peut-être que là, je vais avoir moins peur de m’abandonner.

V.

Publicités

Un commentaire sur “Angoisser d’aimer

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :