Ce que j’aurais aimé savoir – Lettre à ma soeur


ÉTATS D'ÂME, x / vendredi, mai 20th, 2016

Quand j’étais ado, j’étais complètement perdue. (Bon, je le suis encore.) Désorientée. Je n’avais pas de points de repère. J’étais la plus vieille de la famille. Celle qui ouvre les portes. Celle qui a moins de permissions. J’étais le cobaye en matière d’éducation familiale. Le grand bébé. Y’a pleins de choses que j’aurais aimé qu’on me dise. Parce que la vie est une bitch. Alors, si tu es mieux préparée, tu as une chance de mieux t’en sortir.

f67a8cb7f0dfe1ca5eeacd47fb26ed6d.jpg

Source photo – Pinterest

Mes jeunes sœurs, je fais mon devoir. Vous vieillissez et ça me stresse. Toi là, mon p’tit monstre de sœur de 10 ans, je m’inquiète pour toi. Pas parce que je n’ai pas confiance en toi, mais plutôt parce que ta génération fait encore tout plus vite que la mienne. Quinze ans de différence nous séparent. C’est énorme.

Tu grandis dans un monde essoufflant, où la perfection et l’image sont encore plus présentes qu’à mon adolescence. Tu vis dans une réalité virtuelle où il n’y a pas vraiment de limites. Où tu as déjà vu des pornos hard, où tu angoisses déjà sur ton look ou sur la pression de performer.

Je sais que c’est gênant de parler aux plus vieux. Je ne le faisais pas moi-même. Laisse-toi guider par le bien de l’Internet si tu ne veux pas me jaser. Je veux aussi te dire de profiter de ta vie. Amuse-toi même si tu as déjà un horaire de président américain. Crée-toi des souvenirs. Découvre des passions. Expérimente. Trompe-toi. Aime plus que tout. Parce que la performance sans tout ça, c’est une esti de merde. (Oups, excuse, j’ai sacré.)

Ne te laisse pas influencer par ces filles qui disent que tu es grosse. C’est de la bullshit. Ne te laisse pas envahir par l’obsession de la minceur, même si ça te trotte déjà dans la tête. Du monde jaloux, il y en a partout. Trouve-toi belle et laisse les autres faire.

N’oublie pas tes rêves. Ce n’est pas parce qu’un jour tu vas être en couple que tu ne peux pas partir en voyage un mois ou faire une session d’étude à l’étranger. S’il t’aime vraiment, il va t’encourager dans tes projets les plus fous. Il en sera heureux pour toi et ses yeux brilleront de fierté pour tes accomplissements.

Et j’imagine que d’ici 4-5 ans, tu voudras expérimenter. Il n’y a pas de mal à ça, tant que ça reste dans tes paramètres à toi. Si tu ne veux pas, tu n’as qu’à dire non. Et continue de profiter de ta soirée pareil.

a136586daef6c959098444b174d60a32

Source photo – Pinterest

Je voulais aussi te dire que tu as le droit de frencher dans un party. Tu as le droit de vouloir te coller. D’avoir une attirance physique pour une personne. Et tu as aussi le droit de dire non à la suite logique des choses. Ça ne fait pas de toi une agace. Une pute. Tu te respectes.C’est tout. Ce n’est pas parce que ton chum veut baiser tout le temps que tu dois toujours le satisfaire. Tu as le droit de dire non. Que les : « Ah come on. Fais-moi plaisir. Tsé je t’aime. » ne sont pas des phrases magiques. Te forcer à faire quelque chose ou te fermer la gueule pour ne pas décevoir ton chum, c’est impardonnable. Tu mérites mieux que ça.

Et bella, si un soir, tu as trop bu, que tu as de la peine, tu sais que tu peux m’appeler. C’est sûrement moins chiant que d’appeler maman.

Amuse-toi. Travaille fort, mais surtout, respecte-toi. Écoute cette voix à l’intérieur de toi. Elle est bien bonne pour te guider.

V.

Publicités

Une réponse à « Ce que j’aurais aimé savoir – Lettre à ma soeur »

Laisser un commentaire