Être en manque d’inspiration


ÉTATS D'ÂME, x / jeudi, juin 9th, 2016

Le syndrome de la page blanche. Un cliché ? Un peu. Réel ? Oui.

Être en manque d’inspiration quand une des choses que tu aimes le plus faire au monde c’est écrire, c’est bizarre. Il n’y a comme plus rien qui te viens. Il n’y a plus de sujets inspirants. En passant de l’ordinateur au crayon, au journal, il n’y a plus de pages qui se noircissent. Tu ne sais plus trop quoi faire de ton temps libre parce que d’habitude, tu écris.

Ça ne paraît pas trop sur les réseaux sociaux étant donné que les textes sont publiés souvent plusieurs semaines après que tu les aie écrits, chez toi dans ton salon, au rythme de la nouvelle toune de Bieber, mais toi tu le sais. Ton chum aussi le sait. Il te dit « Coudonc, tu n’écris plus beaucoup de c’temps-là ». Tu réponds vaguement, parce que tu n’as pas vraiment de raison. Tu n’as juste plus d’inspiration.

abbab9cbf15be824e364346d99098600

Source photo – Pinterest

Alors pour t’occuper, tu écoutes des séries, tu lis, tu flattes ton chat, tu essaies de trouver des sujets, mais dans le fond des sujets c’est pas ça qui te manque. Tu en as une liste pleine dans ton téléphone. On dirait que tu ne sais plus comment en parler, tu ne sais plus c’est quoi ton style. Ta couleur comme ils disent. Ils disent aussi « écrit comme ça vient, tu corrigeras ça après », mais ils ne comprennent pas que ça vient juste pas. Tu te dis que ça doit être comme quand ton ami Charles s’est blessé et qu’il a dû arrêter de courir pendant un bout. Tu te dis que ça va revenir, parce que Charles, lui, il a bien recommencé à courir.

Et puis là, tu as un flash. Pourquoi tu n’écrirais pas sur comment tu te sens quand tu ne sais plus comment écrire ?

Je me sens mal, je me sens un peu perdue, j’ai peur. Peur, parce que l’écriture a toujours été une partie de moi. Une partie que je ne peux pas me permettre de perdre, parce que sinon, je ne serais plus vraiment moi. Dernièrement, lors d’une discussion, une amie m’a dit quelque chose qui ressemblait à ça : « c’est exactement comme ça que je me sens, tu as trouvé les bons mots ». Ça m’a fait plaisir, surtout que ça faisait un bout que je ne trouvais plus les bons mots pour décrire quoi que ce soit.

Je sais que ça va revenir, parce Charles, lui, il a bien recommencé à courir.

K.

Publicités

Laisser un commentaire