Le tabou de la masturbation féminine


ÉTATS D'ÂME, x / jeudi, août 4th, 2016

C’est beau de voir tous les efforts qui sont déployés par plusieurs blogues, entreprises, auteurs, etc., pour promouvoir l’émancipation sexuelle des femmes, au même titre qu’on l’observe pour les hommes.

En dépit de la sexualité omniprésente dans nos vies, que ce soit à la télé, sur les panneaux publicitaires, dans les magazines et j’en passe, il n’en demeure pas moins qu’à plusieurs égards, notre situation traîne un peu de la patte.

Et plus particulièrement quand on parle de masturbation féminine. En effet, il semble toujours y avoir ce malaise ou cette incertitude lorsqu’on aborde le sujet de la pratique de la masturbation, alors qu’elle peut s’avérer tout à fait positive à plusieurs égards.

N’avez-vous jamais ressenti cette gêne, voire même cette honte de vous adonner à ce petit plaisir solitaire, en ne sachant pas trop si c’était correct ou pas ? Attendre qu’une de vos amies se « confesse » pour ensuite pousser un soupir de soulagement et vous joindre à la conversation, qui devient l’une des plus intéressantes de votre vie ?

Mais pourquoi avoir cette impression que c’est mal, alors que pourtant, selon les quelques études qui s’y sont intéressées, la pratique de la masturbation aurait des effets bénéfiques à plusieurs égards.

D’une part, la masturbation permet de se connaître davantage, tant sur ce qui nous plaît ou pas en tant que partenaire sexuel que sur nos façons de réagir en contexte sexuel. D’autre part, la masturbation peut favoriser la perception de contrôle de son propre corps et un sentiment d’autonomie, qui peuvent en retour augmenter l’estime de soi et la connaissance de son soi sexuel.

b5d5593c6a2cf3b6f9cc664e1f85fb03

Source photo – Pinterest

La masturbation peut aussi contribuer à des expériences d’intimité qui sont positives, en plus d’améliorer la santé et la satisfaction sexuelle (Coleman, 2002). Ainsi, il est possible de croire qu’une sexualité saine et épanouie avec un partenaire de longue date ou plusieurs partenaires commence par une bonne connaissance de soi.

De récents résultats de recherche suggèrent que les femmes qui se masturbent le font pour plusieurs raisons : ressentir le plaisir sexuel tout simplement, apprendre ou mieux comprendre leur corps, se soulager d’une tension, en remplacement d’un partenaire sexuel ou pour contrer une insatisfaction sexuelle.

J’ajouterais même que de se masturber pourrait nous aider à mieux nous aimer, à nous accepter, et même à nous respecter en tant que femme sexuelle. Parce qu’au bout du compte, la masturbation est ce moment qu’on s’accorde, de nous à nous, en toute intimité, et ce, peu importe notre motivation à le faire. Se donner le droit de le faire est se donner le droit de connaître qui nous sommes.

Il serait faux de croire que la pratique de la masturbation n’a que des effets positifs. La sexualité est une sphère très spéciale du fonctionnement humain, très sensible et souvent teintée de nos premières expériences sexuelles, qu’elles aient été heureuses ou non.

Ainsi, il est possible qu’une personne qui a vécu des évènements de nature abusive durant l’enfance ou l’adolescence, ne trouve absolument rien de plaisant dans la pratique de la masturbation et qu’au contraire, lui associe un sentiment de culpabilité, une anxiété profonde, voire même un profond dégoût. Certaines personnes n’ont tout simplement pas d’intérêt à se masturber ou à se tourner vers ce pan de leur sexualité, et c’est bien correct ainsi.

Au même titre que chaque individu est unique, il y a autant de sexualité qu’il y a de gens qui s’y adonnent. Je manque donc d’espace ici pour entrer dans toutes les nuances qui existent et répondre aux questions qui vous titillent. Si vous avez des questions, éprouvez des difficultés liées à la sexualité, ou simplement, si vous désirez en apprendre davantage sur le sujet, plusieurs ressources et professionnels sont disponibles pour vous aider.

La clinique de Sexologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) : http://www.sexologie.uqam.ca/clinique/

Clinique Accès-Sexologie : http://www.cliniqueaccessexologie.com

Ordre professionnel des sexologues du Québec : https://opsq.org

N’hésitez pas à nous faire part de sujets liés à la sexualité et à l’intimité sur lesquels vous aimeriez lire davantage.

N.

Publicités

Une réponse à « Le tabou de la masturbation féminine »

Laisser un commentaire