L’expression de la colère chez les femmes


ÉTATS D'ÂME, DÉVELOPPEMENT, Personnel, x / mardi, août 9th, 2016

La colère est une émotion, rien de plus normal. La frustration cause la colère. Et les frustrations, ce n’est pas ça qui manque dans la vie de tous les jours. Mais qu’est-ce qui fait que nous, les femmes, exprimons rarement la colère ? Qu’est-ce qui fait que nous la camouflons ou la masquons ? Est-ce parce que nous ne savons pas comment s’en départir ? Est-ce parce que nous ne sommes pas à l’aise de la verbaliser ? Est-ce parce qu’il s’agit d’un tabou ? Est-ce parce que nous serions mal vues, jugées, discréditées ?

Ce qu’on s’attend des femmes, c’est qu’elles contiennent leurs émotions, alors lorsqu’elles expriment de la colère, on se dit qu’elles ont perdu le contrôle.

C’est un fait, la colère chez les femmes dérange. Elle est mal perçue, mal acceptée. Nous avons peur de choquer, nous avons peur des conflits que cela pourrait engendrer, alors nous décidons souvent, trop souvent, de la réprimer. La peur que la situation dégénère est si forte, que nous ravalons en décidant que ce combat ne vaut sans doute pas la peine d’être entrepris.

Il y plusieurs niveaux de colère. Parfois, elle est faible et parfois si immense qu’on a du mal à la contenir. Alors on tente de s’exprimer sur un mode dit « socialement respectueux et acceptable », mais rapidement on se fait répondre : « T’es donc ben énervée », « Voyons fâche toi pas ! », « Du calme là », « Monte pas sur tes grands chevaux », « Grimpe pas dans les rideaux », « Tu réagis dont bien pour rien », « T’es donc bien à fleur de peau », « Es-tu dans ta semaine ? ».

846a7b26911e91ebf2a5867e993aa38a.jpg

Source photo – Pinterest

La plupart du temps, nos tentatives infructueuses viennent renforcir notre pensée face à l’idée que la colère chez la femme dérange. On se dit qu’on s’est surement mal exprimée, qu’on est surement trop émotive ou qu’on a peut-être effectivement trop réagi. Nous portons le blâme sur nous, nous décidons de nous taire et de laisser aller. Encore et encore.

Les gens ont tendance à penser qu’il est acceptable pour les hommes de se mettre en colère, alors que pour les femmes, la colère est suspecte…et pourtant !

Mais qu’arrive-t-il lorsqu’un chaudron rempli d’eau arrive à son point d’ébullition et que le couvercle est fermé ? Oui… ça déborde. Et comment nous, les femmes, on déborde ? On rumine, on prend nos distances, on s’isole, on fait la moue, on ne veut plus parler, on bouille intérieurement, on déverse notre colère contre quelque chose ou quelqu’un d’autre, on supprime nos besoins, on se tape sur la tête, on doute de soi, on se remet en question, on pleure, on se sent mal, on culpabilise, etc.

La colère est saine et normale. Ce qui n’est pas sain, c’est de supprimer son besoin de l’exprimer par peur de déranger. Nous devons nous y familiariser, l’accepter, la laisser venir, la regarder autrement et la faire sortir lorsqu’elle vient. Nous devons exprimer nos insatisfactions et nos frustrations, tout comme nous exprimons nos bonheurs et notre amour. Parce qu’après tout, la seule personne qui risque de se sentir mal à la fin… c’est NOUS.

Ma.

Publicités

Laisser un commentaire