Avoir les blues en voyage


ÉTATS D'ÂME, Voyages, x / jeudi, août 18th, 2016

Voyager seule est une expérience palpitante. Par contre, peut-être qu’à un moment, tout comme moi, vous avez eu un coup de blues. Pour moi, ça a débuté avec un simple : « Mais qu’est-ce que je fais ici? » Se remettre en question : un classique. Il ne faut surtout pas culpabiliser ; ça n’aide en rien (croyez-moi !). Il faut plutôt trouver des moyens de le chasser.

Peut-être qu’à un moment vous avez eu envie de vous défouler, parce que les mots ne servaient à rien. Ça m’est arrivé. Mon premier défoulement s’est déroulé sur une plage, une journée d’orage où l’océan était agité. J’ai crié. Un simple cri, long et puissant, qui vient des tripes. Libérateur ! Parfois, je dansais sur la plage, en randonnée, peu importe où. Une petite séance improvisée de boxe, de course, de yoga. Pourquoi pas ? Bouger aide à évacuer les toxines ! Laissez votre corps s’exprimer.

Et le nombre de fois où je me suis assise pour regarder le paysage avec du Xavier Rudd dans les oreilles, je ne les compte plus ! Parfois, c’était Fred Pellerin : une petite dose de langue française et de culture québécoise. J’ai souvent écouté de la musique pour faire fuir mes moments d’angoisse, de questionnement, de nostalgie. On a tous une musique qui nous fait vibrer, qui nous fait du bien. Profitons-en !

Plusieurs d’entre vous, tout comme moi, ont voyagé en mode backpacker (mode économique !). Je vais être honnête en vous disant que j’ai fini par être étourdie à passer d’une ville à l’autre constamment. Ne vous pressez pas. Profitez d’un séjour prolongé dans un lieu où votre corps et votre esprit sont paisibles. Voyager, c’est aussi relaxer. Vous pouvez aussi trouver un emploi, faire du bénévolat ou du woofing. Arrêtez-vous et savourez la lenteur. Vous découvriez plus que vous ne pouvez l’imaginer.

On voyage presque tous avec un budget. Et ce n’est pas toujours facile de le respecter. Prendre le temps de se faire plaisir, ça fait du bien à l’âme. Un bon burger (du tofu bien sûr!) avec des frites et une boisson, c’est réconfortant quand on s’assoit dans un parc avec de la musique pour déguster. Un bon café, une bière, un verre de vin… ou une bouteille, peu importe ce qui vous fait plaisir. On doit se donner la permission de faire un écart à l’occasion.

D’ailleurs, se faire de nouveaux amis en voyage est la meilleure façon de ne pas se sentir seul et de profiter des belles soirées. Malgré tout, mon copain, ma sœur et mes amis me manquaient beaucoup par moment. Je m’étais dit que je ne leur écrirais pas trop. Mauvaise idée ! Avec les moyens qu’on a – Facebook, courriel, Instagram, Snapchat, Facetime, Skype, etc. – on peut se permettre de donner de nos nouvelles ou de raconter notre dernière folie à notre meilleure amie. Il faut juste trouver l’équilibre entre le voyage et la maison.

J’ai pour mon dire que tout est une question d’équilibre. Et bien voyager aussi. Respirez, expirez ; le plus bel exemple d’équilibre naturel à suivre. Trouvez le moyen de sortir de votre coup de blues : faites en sorte que ce ne soit que passager.

Avez-vous déjà vécu un coup de blues en voyage ?

P.

Publicités

Laisser un commentaire