Papi chien, je t’aime – Quand nos animaux de compagnie nous quittent…


ÉTATS D'ÂME, TEXTES DE S-M., x / lundi, septembre 5th, 2016

Comment le temps peut-il passer si vite? J’ai cligné des yeux et déjà tes poils avaient blanchi. Comme tu n’es pas un adepte des bleachs maisons, j’ai su que c’était le temps qui avait fait son œuvre sur toi. Au départ, tu avais ton prénom, ton petit nom de chien et avec le temps je t’ai affectueusement surnommé Papi chien. Ça te va si bien. Si tu avais été un chat femelle, tu aurais été Mamienou. C’est mignon, mais ces surnoms de noblesse viennent avec l’âge et la vieillesse.

En pensant au fait que tu vieillis, je deviens les yeux pleins d’eau, car je ne peux pas croire qu’un jour, je vais te perdre. J’entends déjà des gens dire « c’est juste un chien ». À ça, j’ai le goût de dire que c’est vrai qu’anatomiquement c’est juste un chien, comme toi tu n’es qu’un humain. Donc en suivant cette logique, si tu meurs, on s’en fout? Non, on ne s’en fout pas.

Comme toi, mon chien est le membre d’une famille.Mon Papi Chien c’est mon bébé, un être à part entière du clan B. Il est invité à tous les partys, à toutes les soirées films et il fait partie intégrante du quotidien. Sérieusement, en connaissez-vous beaucoup des gens aussi contents de vous voir lorsque vous entrez à la maison? Un être qui descend l’escalier en entendant la voiture, s’agite dans tous les sens et branle la queue de joie ? Veuillez ne pas répondre à la dernière partie de la question. Moi, en tout cas, cet accueil me fait du bien chaque fois et même si j’ai passé une journée de bouette, il mérite tout mon amour au retour.

On ne s’en rend pas toujours compte, et c’est bien malheureux, que notre animal est super important. Quand il vieillit ou encore meurt, c’est pourtant une évidence. J’ai donc mis mes lunettes d’observatrice, ouvert ma mémoire à souvenirs et je me suis mise à emmagasiner.

Oui, j’aime ça le magasinage au rayon des souliers, mais au rayon des souvenirs, c’est beaucoup plus précieux. Mon papi chien est sûrement le seul être sur terre dont je trouve le ronflement mignon. Celui-ci est pourtant peu discret et me fait manquer bien des péripéties dans les téléromans. Quoi? C’est quoi qu’elle a dit? est probablement ma phrase la plus fréquente lorsque Papi commence sa symphonie.

Il est aussi le seul qui peut me baver dessus sans que j’aie une envie pressante voire ultra urgente de me laver. Probablement que si j’avais un bébé, je le mettrais aussi sur la liste des êtres pouvant me baver dessus. Si tu te constitues ce type de liste, mon seul conseil serait de restreindre le nombre de personnes au maximum, question d’hygiène. Quand je me réveille le matin, sa petite tête de boxer est accotée sur le rebord du lit. Il attend que je me réveille. Dès que j’ouvre les yeux, il vient mettre son nez contre le mien et je le flatte. Je ne peux même pas m’imaginer qu’un jour, il n’y sera plus. Qui va coller son nez humide contre le mien? M’accueillir le soir?

14139171_1070917806349272_771692897_o

On a eu une discussion récemment Papi chien et moi. On a parlé du paradis des chiens. C’est sûr qu’il va aller là-bas, car c’est le meilleur chien du monde. Bref, on a discuté et on est venus à la conclusion qu’inévitablement, il irait au ciel avant son papa et sa maman. J’ai énormément de peine en pensant à ça, j’ai la gorge tellement serrée qu’on dirait que je fais un choc anaphylactique.

Mais tu sais, c’est mieux comme ça, car quand je pense à Hatchi, je me dis que je ne voudrais pas qu’il souffre autant que lui du départ de ses parents. Pour ceux qui n’ont jamais vu ce film, n’allez jamais le louer. C’est beaucoup trop triste. Beaucoup trop. Donc si tu vas le louer et qu’ensuite tu pleures de manière excessive, et que tu est trop bouffie pour aller à ton rendez-vous avec l’homme de ta vie et qu’au bout du compte, il en marie une autre, je ne suis pas responsable. Je t’ai avertie.

J’ai donc eu cette discussion avec Papi chien et je lui ai demandé de nous réserver une place sur le même nuage que lui. Un nuage pas trop petit, mais surtout pas trop grand, car on adore se blottir les uns contre les autres. Il m’a regardée, je crois qu’il m’a dit oui. J’ai été soulagée. Il lui reste du temps, il fait encore semblant qu’il est un jeune chiot fringant, mais on ne sait jamais…

Papi chien, tu ne liras jamais ces lignes, car en mère indigne je ne t’ai jamais montré à lire, mais sache que je t’aime de tout mon cœur.

 

S-M.

sarah maude

Publicités

Laisser un commentaire