Ma date avec l’art – Découverte de l’artiste Joan Berthiaume


STYLE DE VIE, TEXTES DE S-M., x / vendredi, septembre 16th, 2016

Je ne vous ferai pas croire que je suis une érudite du domaine artistique. Je suis plutôt le genre qui pratique la peinture à numéros. Ma rencontre avec l’art s’est faite brutalement à l’entrée d’un petit appartement montréalais. Pas de préliminaires, juste trois photographies stupéfiantes et une artiste.

Pour ceux qui sont des accros de Nexflix, vous souvenez-vous de Wilson Fisk dans la galerie d’art contemplant une toile blanche ? Celle-ci l’apaisait, calmait son anxiété. Chacun trouve son utilité à l’art. Certains y voient une libération, une expression, tandis que d’autres y voient un refuge. Pour ma part, j’ai été saisie par certaines œuvres en ne sachant pas trop pourquoi. Elles me poussent donc à m’interroger sur moi. Je me découvre, une œuvre à la fois. Voici donc ma date avec l’art et avec la généreuse artiste qui m’a permis d’y voir plus clair.

Joan Berthiaume est une artiste professionnelle montréalaise de la relève et une diplômée en arts visuels et médiatiques de l’UQAM. Son plus grand souhait est de partager l’art et la culture. Je ne suis pas le génie de la lampe d’Aladin, mais j’ai voulu exaucer son souhait, car son art m’interpelle, m’allume, me pousse à la réflexion. Les œuvres de cette artiste traduisent la réalité. J’aime ça, j’ai l’impression qu’ainsi, elles sont plus accessibles aux gens comme moi qui apprivoisent l’art. D’ailleurs, elle aime bien dire que ses œuvres sont les allégories de nos représentations sociales. Elle jongle avec le langage courant et ses subterfuges afin de créer son propre langage imagé.

«Loin de moi l’intention de complexifier davantage le discours de ma démarche artistique, la psychologie sociale et la sociologie sont les deux domaines épistémiques me permettant de faire le pont entre art et culture. Il est à savoir que mes inspirations s’adaptent à divers champs de connaissances afin de les traduire en art actuel. » 

Son travail n’exclut aucune technique, aucun support, aucun outil.  La ‘’marque de commerce’’ souvent employée par l’artiste est démentie au profit d’une versatilité. Autrement dit, un art dispensé des contraintes associées au statut de l’artiste.  On enlève l’étiquette et on laisse libre cours à la création.

La peinture et la photographie restent pour elle des médiums de prédilection, puisqu’ils permettent au public d’y avoir librement accès, que ce soit de l’atelier à la galerie, de la galerie à l’ordinateur, et vice-versa. Ce qui m’a aussi plu dans le discours de Joan Berthiaume, c’est qu’il est toujours question de partage et non de vente. Évidemment, elle vend ses œuvres, mais elles ne sont pas créées à cet effet.

Puisque les images expriment souvent davantage que les mots, voici quelques exemples de son travail.

art1

 « Tout le monde il est beau ! », 2016, Vinyle en papier et acrylique sur toile, 61 x 76 cm. 

Cette peinture dresse un portrait ironique d’ordre sociologique. Tout le monde il est beau critique une société focalisée sur l’image et le paraitre.

art2

Série photographique Expressions argotiques, 2014, photographie numérique 

Extraits d’un sondage réalisé, diverses expressions orales populaires, voire folkloriques, franco-québécoises ont été isolées. L’œuvre photographique tend à imager ces expressions verbales, figures de style textuelles, qui initialement font appel à l’imaginaire intellect.

art3

Anatomie artistique, 2015, Jesso, crayons de plomb, encre et résine sur mannequin en matière plastique, 152,5 x 38 x 25,5 cm

Ce dessin hybride sur un mannequin de vitrine propose physiologiquement, selon l’anatomiste, qu’il n’existe pas de canon absolu. C’est-à- dire qu’il n’y a pas de système de proportions applicable à tous les corps et encore moins d’idéal.


Comme je suis une madame-tout-le-monde, j’ai aimé que cet art s’adresse aussi à moi. Je crois que plusieurs peuvent se reconnaître dans ses œuvres. Qui n’a jamais pris un verre en bonne compagnie avec un visage aussi souriant ? Qui n’a jamais réfléchi sur son corps, sur les exigences pour être un Top model ? D’un autre côté, les connaisseurs peuvent reconnaître la technique, la démarche. Donc, si tu es tanné de dater sur Tinder ou que tu as envie de changement, prends-toi une petit date avec l’art.

Joan Berthiaume expose à la Galerie Le repaire des 100 talents du 11 août au 18 septembre.

Pour infos, voir ici  ou ici

Son site internet : www.joanberthiaume.com

Son courriel : artiste.joan@gmail.com

 

S-M.

sarah maude

Publicités

2 réponses à « Ma date avec l’art – Découverte de l’artiste Joan Berthiaume »

Laisser un commentaire