Le jour où j’ai manqué d’air, j’ai eu peur. Puis, j’ai été voir un psy.

J’ai manqué d’air pendant un été de temps, peut-être un peu plus. Mon corps devait être à bout, j’imagine. Je ne suis pas médecin. C’était peut-être juste une accumulation d’émotions refoulées pendant des années. Tu sais, le fameux « Pleure pas pour ça.», je l’avais très bien intégré. Faut dire que j’étais au début de la vingtaine, un facteur non-négligeable.

Reste que pendant cet été-là, il y a quelques années déjà, j’ai écouté la télé. La majeure partie de mon été s’est passée dans le salon de ma sœur, ma voisine. Son divan était la seule place qui comportait un peu de divertissement et tout le sentiment de sécurité dont j’avais besoin. Si j’avais écouté ma tête, cet été-là, je serais restée dans ma salle de bain, en sécurité. La salle de bain a cet avantage d’être intime. Tu peux être toute seule avec juste toi-même.

Quand arriver à l’épicerie te donne une bouffée de chaleur. Quand te stationner chez Walmart te donne de la misère à respirer et te donne envie de repartir vite à la maison. Quand tu te développes, l’espace d’un été, des allergies respiratoires (vraies de vraies avec les sinus bouchés jusque dans le front, à tousser pour rien avec la petite pompe bleue). Quand tu dois faire une mini pause yoga pour relaxer avant d’aller au lit. Quand tu vis tout ça et que tu ne sais pas quoi en faire, ça fout la chienne.

L’ironie, c’est que je travaillais en psychiatrie. C’est là que je me suis rendue compte des mauvais trucs que je donnais aux patients : « Essaie de relaxer. Change-toi les idées. » Right, ça peut aider, mais quand la panique et l’émotion prennent le dessus,  Ce n’est pas faisable et ça peut être bien difficile de ne pas fuir.

En décidant de se faire rassurer, de se changer les idées, de partir loin ou de rester chez soi en sécurité, on fuit. Au lieu de fuir, d’éviter le problème, parce que ça en est un, mieux vaut l’affronter. Peu importe les symptômes de ton malaise (ça peut être juste physique, juste émotionnel ou les deux), prends le temps de te comprendre et affronte-le. Si tout part du cerveau, les signaux d’alarme et les pensées aussi.

Le trouble anxieux et le trouble panique sont des maladies. Bien oui. Le bonheur, c’est qu’il y a plein de façons de s’aider. Parce qu’au fond, tout ça, c’est juste des signaux d’alarme envoyés en grosse surcharge dans les petits circuits de ton corps. Il faut juste apprendre à relativiser. Ton corps est fait pour envoyer un signal quand tu dois le protéger. Là, avec ces troubles, il y a juste une erreur de transmission de données. Tu vois un lion ? Cours ! Tu as peur de te perdre en auto ? Alors, go. Perds-toi et découvre la ville. Bref, voilà quelques trucs pour mieux gérer tout ça.

-Se dépasser chaque jour  

C’est avec les petites réussites que tu vas déconstruire les peurs et les habitudes que tu as construites. Ça ne veut pas dire de courir le marathon demain, mais commence donc par aller prendre une marche. Sort de ta zone de confort. Tu vas voir, ta zone de confort va devenir de plus en plus grande.

-S’attarder à ses pensées 

Tu vas peut-être finir par avoir peur d’avoir peur. Tu sais, quand tu sens la chose monter en toi… Au lieu de te dire : « Shit. Pas encore ! », dis-toi donc : « Hey, salut ! Encore toi ! » Tu vas voir. Ça dédramatise, ça met une distance entre « la chose » et toi, et surtout, ça te permet de t’attarder à tes pensées.

Si la panique te prend (peu importe ton symptôme), c’est que tu as pensé à quelque chose. Ça n’a peut-être aucun rapport avec l’objet de ta peur, mais prends le temps. Un exemple personnel ? Je marchais avec toute la zénitude du monde et avec un de mes ex. En dedans, sans raison, ça se déclenche. En analysant tout ça, je me suis rendue compte qu’au moment où la panique est montée en moi (chaleurs, respiration moins agréable, petit mal de ventre), on était en train de parler de notre future maison. Finalement, je ne la voulais pas du tout, cette maison.

-Analyser son doute 

C’est là qu’il faut se poser la question : « Est-ce-que ce que je ressens est approprié par rapport à la situation ? » Le lion ? Cours ! Tu as peur de te planter dans ton oral ? C’est quoi le pire qui peut arriver ? Faire rire de toi ? Ok, et si quelqu’un rit de toi, c’est quoi le pire qui peut arriver ? Tu comprends le principe. Bref, est-ce un doute raisonnable (peur « valable ») ou non ? Attention de ne pas rationaliser trop vite. Ça pourrait te servir à te rassurer et ce n’est pas le but.

-Avoir une bonne hygiène de vie et consulter 

Les stresseurs et la fatigue vont évidemment augmenter tes symptômes. Réduit les stresseurs inutiles (attention de ne pas fuir), comme les films d’horreur avant d’aller te coucher, mettons. Concentre-toi sur le positif. Dors bien et assez longtemps. Mange bien le plus souvent possible. Bouge, fais du sport. C’est fou ce que ça fait du bien !

Puis, tu sais, c’est correct de consulter. Tout ça, ce sont des trucs de thérapie cognitivo-comportementale. C’est une bonne idée pour t’aider. Quand tu as mal aux dents, tu vas chez le dentiste. Bien, quand tu as mal en dedans, vas-y voir le psy et ton médecin. Ça ne veut pas dire que tu es un fou/folle en perte de contrôle.

Ça veut juste dire que tu es un humain normal qui surmonte un obstacle en prenant les conseils de quelqu’un qui aura passé une dizaine d’années sur les bancs d’école pour être formé à t’aider. Comme un dentiste du cerveau.

V-A.

Publicités

Un commentaire sur “Le jour où j’ai manqué d’air, j’ai eu peur. Puis, j’ai été voir un psy.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :