Maman STYLE DE VIE TEXTES DE G. x

Histoire d’une maman solo

J’ai longtemps voulu rencontrer l’homme de ma vie et faire des enfants avec lui. Comme tout le monde t’sais, on est élevés avec les films de Disney et on voit partout à la télé et dans les livres le fameux « American Dream ». Plus ma vie d’adulte avançait, plus je me rendais compte que ce but n’était peut-être pas pour moi. On s’entend, la vraie vie est loin d’être aussi simple que les films et il faut admettre que les relations d’aujourd’hui sont assez compliquées, merci. 

Plus le temps passait, plus j’enchaînais les relations insatisfaisantes et qui ne duraient pas et plus je me rendais compte que j’aimais tellement mieux la personne que j’étais quand j’étais célibataire! C’est spécial, je sais, mais en couple, je suis plus stressée, entre autres car j’ai beaucoup de mal à faire confiance à l’autre. Célibataire, je suis plus zen et j’offre le meilleur de moi à mon entourage. En plus, je suis rendue super difficile pour ce qui est du choix d’un partenaire, parce qu’on s’entend que quand tu vieillis et que tu penses à la famille que tu veux créer, tu réalises que tu ne peux pas faire ça avec n’importe qui! Un enfant, ça vous lie à vie!

Tout ça fait en sorte que je suis un peu une éternelle célibataire et qu’à l’âge de 31 ans, j’ai réalisé que je ne m’en plaignais pas du tout. Que j’étais autosuffisante et très bien ainsi. Sauf pour une chose : je voulais à tout prix et depuis toujours être maman. Avec le « brain wash » de rêve américain qu’on a eu quand on était jeunes, c’est sûr que le premier réflexe est de penser qu’il faut un papa pour ça. Un papa et une maman. Mais quand tu te mets à y réfléchir, tu penses entre autres aux couples homosexuels, puis aux familles recomposées ou aux mamans monoparentales qui se font abandonner par le géniteur. Bref, tu réalises qu’il y a tellement de modèles de familles! Moi-même, mes parents sont séparés depuis que je suis jeune et ils ont rencontré chacun leur personne après avoir eu leurs enfants. 

C’est à ce moment que j’ai commencé à parler de mon possible projet autour de moi, et qu’à ma grande surprise, plusieurs personnes m’ont dit connaître dans leur entourage une femme qui avait eu un enfant solo. De fil en aiguille, j’ai été dirigée vers un groupe Facebook de mamans solos et j’ai réalisé que ce projet devenait plus commun qu’on pense. Et surtout, j’ai réalisé que c’était possible et à portée de main.

Après plusieurs tests et inquiétudes au niveau de ma fertilité, je me suis fait inséminer le 22 novembre dernier, en pensant que j’avais peu de chances que ça fonctionne du premier coup. Eh bien, j’aime penser que j’étais vraiment au bon endroit au bon moment et que devenir maman solo était ce qui m’était destiné, car ça a marché! J’étais enceinte!

J’ai donné naissance à ma petite Raphaëlle le 17 août dernier et c’est la plus belle chose que j’ai faite dans ma vie. Oui, être solo va comporter son lot de défis, j’en suis consciente, mais la clé est d’avoir de l’aide autour de soi. J’ai une entourage tellement aidant, qui fait mon ménage, m’apporte des plats et tente de me libérer les bras de temps à autre. C’est précieux et selon moi, quiconque veut se lancer dans l’aventure de la soloparentalité doit s’assurer d’avoir un bon support de ses proches. Ça, et se trouver des petits trucs pour alléger le quotidien, comme n’importe quel accessoire qui facilite la vie! 

Si c’était à refaire, je referais tout de la même façon, être maman est la plus belle chose qui me soit arrivée! Alors si tu te reconnais dans ce texte, je te dirais de foncer et de suivre ton rêve de fonder une famille, même si elle n’est pas conventionnelle!

 

Cet article est une collaboration avec Petit Coulou. Clique ici pour voir la housse d’hiver. 

 

 

G.

 

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire