Les 10 phrases inadéquates qu’on entend durant les partys de famille (trop nombreuses)

AVERTISSEMENT : Ce texte contient du contenu exagéré à des fins d’humour. Aucune matante n’a été maltraitée durant l’écriture de ce texte. Pour un public avisé seulement.

Section mononcle déplacé qui fait des blagues qu’il croit d’un humour fort subtil 

1- J’aime bien ça moi le temps des fêtes, les décorations, surtout les boules. J’aime beaucoup les grosses boules de Noël…

Quelle subtilité! Ce fin renard croit que personne n’a compris son jeu de mots intellectuel, car la réaction n’est pas un éclat de rire général et une nomination au Gala des Oliviers.

2- Bon bon bon, qui va se sacrifier pour fourrer la dinde?

Je vous laisse la place, je fais ça à chaque soir (à lire mentalement en ajoutant un rire gras beaucoup trop fort)! Ark. Rien d’autre à ajouter. 

3- En tout cas, si j’étais plus jeune, je te ferais pas mal!

Si tu étais plus jeune, je prendrais un cours d’auto-défense intensif et je me promènerais avec du poivre de Cayenne en spray. Si la sagesse vient en vieillissant, je me dis qu’il faudrait que je sois lourdement armée contre tes techniques de cruise.

Section interrogatoire de matantes curieuses

4- Quand est-ce que tu vas te faire un petit chum? À ton âge, j’étais mariée depuis longtemps et j’avais 38 enfants (presque sans exagération).

Cette question revient à tous les ans si tu n’as pas de «petit chum» et devient quasiment une enquête approfondie du FBI si cela se produit 2 Noëls de suite. Certaines deviendront des Colombo pour savoir ce qui cloche chez toi tandis que les autres se lamenteront sur ton sort en pensant que tu finiras vieille fille.

5- C’est pour quand les enfants?

Ça, c’est la question qui peut facilement déclencher une guerre mondiale. Tu as le goût de répondre que ça serait déjà fait si LUI (pointé d’un doigt accusateur et d’un regard meurtrier) se décidait enfin. Sinon, vous pouvez être de ceux qui n’en veulent tout simplement pas, mais il est impossible de le dire devant toutes ces petites dames dont la grande fierté dans la vie est d’avoir mis au monde et élevé de beaux enfants.

Section études/boulot/préjugés 

6- Qu’est-ce que tu fais déjà dans la vie? Maîtresse d’école! Tu joues avec les enfants, tu fais du bricolage et tu as 2 mois de congé l’été. On peut pas vraiment dire que tu travailles, ha ha!

Plusieurs variantes sur la même question. Si par malheur tu n’es pas chirurgienne cardiaque pour enfants dans un hôpital de fortune dans un pays en guerre où tu opères avec un couteau à beurre dans des conditions toujours plus extrêmes, tu risques de ne pas mériter d’éloges.

7- Quand est-ce que tu finis tes études? Me semble que c’était pas long de même un cours de garde-malade dans mon temps!

Si vous avez écouté beaucoup de séries policières, vous avez décelé deux indices essentiels pour résoudre le problème et vous avez compris qu’il ne servait à rien de partir un débat. Pour ceux qui passent davantage de temps sur les émissions de cuisine, je vous révèle l’intrigue. Tout d’abord, le titre de «garde-malade», bien que prestigieux, n’existe plus. Il englobait pourtant bien des tâches qui se divisent maintenant en plusieurs métiers; infirmières, préposées… L’utilisation «dans mon temps» rapporte à «il y a très, très, très longtemps». Donc, pouvez-vous débattre avec quelqu’un d’un sujet préhistorique sur un métier qui n’existe plus? Non. Lâchez l’affaire.

Section Conseils beauté 

8- Oh mon dieu, tu as donc ben engraissé! Ou à l’inverse, coudonc, tu manges-tu?

Ça, c’est la phrase qui donne envie de répliquer en pinçant le «tire» de la personne qui te l’a dit. Ben oui, j’ai pris du poids, j’avais l’goût qu’on puisse se faire des échanges de linge! Je trouve ça assez beau le look filet de porc ficelé! (Bon ok, j’exagère, mais quand tu as passé 2 semaines à chercher une robe amincissante, car tu as pris du poids et que tu n’as pas envie qu’on t’en parle, tu as le droit d’avoir des pensées méchantes dans ta tête). D’un autre côté, si tu es trop mince, ça donne le droit à aussi beaucoup de commentaires et de jugement. La phrase «tu manges-tu» est un classique auquel j’ai toujours envie de répondre par la négative. Mais si je fais ça, c’est toujours suivi par un « tu vas voir, je vais t’engraisser moi» et un harcèlement de petites bouchées que je dois ingérer devant les yeux de mon sauveur.

9- Oh, tu as changé tes cheveux! J’aimais mieux avant.

Merci. Je me demandais justement ce qu’en pensait un(e) expert(e) comme toi à l’affût des dernières tendances de la mode comme en témoigne ta coiffure impeccable depuis 1942.

Dans la section insulte dissimulée 

10- Ah, vous autres les jeunes!

Je vous laisse compléter avec tout ce que vous avez déjà entendu de peu élogieux!

Avez-vous entendu une de ses phrases durant le temps des fêtes ?

 

S-M.

sarah maude

Publicités