STYLE DE VIE TEXTES DE ALEXE. Trucs et astuces

La réouverture littéraire

Nous avons appris il y a quelques jours la réouverture de plusieurs services, commerces et boutiques. Ce faisant, les librairies, les éditeurs et les lecteurs se préparent pour le grand jour! Bien que cette pandémie soit loin d’être terminée, nous pouvons tranquillement reprendre certaines habitudes, comme aller chez le libraire plutôt que commander en ligne. Nous ne pourrons probablement plus «tripoter» les livres comme autrefois, mais reste que l’odeur d’une librairie, ça se ship pas par la poste.

Puisque la machine littéraire se réveille, les publications qui ont dû être reportées verront enfin le jour. Voici donc mes prochains achats!

 

Poésie

Arrivées au bout nous prendrons racine – Kristina Gauthier-Landry, La peuplade. (11 juin 2020)

«Il y a le retour prudent sur le chemin des origines, le long de la côte, où les maisons boudent. La poésie mène alors à l’enfance, se fait gourmande, des bleuets en confiture, un cœur de lièvre sous la dent. Ici, les bonheurs disponibles s’empilent sur tout ce dont on ne parle pas, des pères horizon, des mères à la gorge inquiète. Et arrivées au bout nous prendrons racine dit le trajet vers une réconciliation avec un territoire, ce lichen millénaire dans lequel s’en vont renaître femme et fille, main dans la main, dit ce nord hostile et fertile, fait de grands espaces et de petites choses. De doigts gelés et de pain chaud. Et surtout, de silence.»

 

Roman d’ailleurs

L’énigme de la chambre 622 – Joël Dicker, De Fallois (25 mai 2020)

«Un meurtre a été commis au Palace de Verbier dans les Alpes Suisses, qui n’a jamais été élucidé. Des années plus tard, un écrivain séjourne dans cet hôtel et se retrouve plongé dans cette affaire, sur fond de triangle amoureux.»

 

Romans d’ici

Civière 41 – Catherine Cloutier-Charrette, Libre expression (5 août 2020)

«Un roman bouleversant, puissant, et pourtant plein d’espoir, qui a pour thème central les troubles de santé mentale. Catherine Cloutier-Charrette, c’est L’Emmèredeuse, une blogueuse qui aborde avec franchise ses problèmes de santé mentale et les défis quotidiens que cela apporte. C’était donc tout naturel pour elle de s’en inspirer pour son premier roman.»

 

Burgundy – Mélanie Michaud, La mèche (5 août 2020)

«Nous sommes au milieu des années 80. La petite Mélanie se tient droite devant la misère, la cruauté et l’injustice qui règnent dans son quartier de la Petite-Bourgogne, qu’on appelle « Burgundy ». Avec ses cheveux en bataille et sa moustache de jus de raisin, elle enfile les réparties effrontées et hilarantes. Lorsqu’elle et sa famille déménagent sur la Rive-Sud, Mélanie s’aperçoit bien vite que ses manières de ruelles ne s’accordent pas avec l’art de vivre en banlieue. Dans son nouveau milieu, l’enfant maigrichonne cumule les situations cocasses ; des amers arrière-goûts de sa pauvreté. La route de l’épanouissement est longue. Avec Burgundy, Mélanie Michaud signe une œuvre à la fois drôle et brutale, qui nous permet de replonger avec délectation dans l’époque des Grocery Steinberg, des photos scolaires aux arrière- plan futuristes, du Chef Boyardee et des céréales Fraisinette.»

 

J’ai choisi janvier – Nathalie Roy, Libre expression (1er juin 2020)

««J’ai choisi janvier.» C’est en ces simples mots que Paul annonce à sa fille Lili qu’il a choisi le début de l’année pour partir. Atteint de fibrose pulmonaire, l’homme de soixante-dix ans a demandé l’aide médicale à mourir. Ce voyage ultime impose des émotions difficiles à supporter, mais pendant les quelques mois qu’il leur reste, Lili et Paul tenteront de panser certaines plaies et reviendront sur la tragédie qui a brisé leur famille. Malgré toute la tristesse, c’est un être lumineux et totalement lucide qui s’apprête à s’en aller. Et quand viendra le temps des cinq injections, Lili tiendra la main de son père jusqu’au dernier moment, jusqu’au dernier souffle.»

 

Théâtre

Ici – Gabrielle Lésard, Somme toute (1er juin 2020)

«Le faubourg à m’lasse, témoin du passé ouvrier de Montréal, a été démoli au début des années 1960 pour faire place à la tour de Radio-Canada et ses mille stationnements. Aujourd’hui, ce projet grandiose, à la fois témoin et reflet d’un Québec alors en pleine effervescence, doit déménager. Élaborée à partir d’une démarche personnelle de documentation et de rencontres, l’autrice partage avec nous sa lecture de trois époques charnières qui ont vu notre rapport à l’information se transformer, souvent simultanément aux grands bouleversements sociaux et politiques. Elle questionne notre place, comme citoyen.ne, dans ces grands mouvements et propose de réinvestir le présent, ici et maintenant, pour que l’avenir ne nous transforme pas en de simples consommatrices et consommateurs. De 1890 à aujourd’hui, trois histoires se succèdent, s’entremêlent et nous font traverser l’histoire sur le territoire actuel du quartier centre-sud. Une fille d’ouvriers blessée à l’usine, un jeune garçon vivant l’effervescence de la Révolution tranquille et une jeune actrice qui peine à trouver sa place et ce qu’elle a à dire dans ce présent essoufflé. Leurs existences se croisent et s’entrelacent dans cette recherche, parfois inconsciente, de la citoyenneté et ce désir puissant d’écrire une histoire qui résisterait aux pelles des promoteurs de l’uniformisation. Avec une préface d’Alain Saulnier.»

 

 

J’espère que ces quelques livres vous plairons. Encore une fois, et encore plus que jamais, c’est tellement important de soutenir les librairies indépendantes, les librairies de vos quartiers.

N’hésitez pas à nous partager vos lectures de déconfinement!

Bonne lecture xo

 

 

 

Alexe.

Source photo: Unsplash

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire