L’Émétophobie… L’Éméto… Quoi?


ÉTATS D'ÂME, x / mardi, février 21st, 2017

Émétophobie. Un beau mot pour désigner «la peur du vomi». Qui serait assez freak pour avoir ce genre de phobie? Moi. Croyez-moi si je vous dis que j’aurais préféré avoir peur des serpents ou des araignées… Je ne sais pas d’où cela provient. J’ai aussi peur quand j’ai mal au cœur, que lorsque quelqu’un d’autre ne se sent pas bien. J’ai envie de m’enterrer vivante, ou de m’enfermer dans une petite boite. Si quelqu’un régurgite devant moi, je fige. Je sens mon cœur battre dans ma tête et je ne sens plus mes doigts. Je me mets à pleurer comme si mon chien venait de se faire écraser.

Comme par exemple, je suis allée dans ma famille au Lac-St-Jean, il y a 2 ans. Je ne restais que 4 jours, mais au troisième jour, ma petite sœur de 15 ans a eu la gastro. Elle s’est levée du divan et a été malade devant nous à la table. J’ai fait comme un chevreuil devant des phares. Je ne bougeais plus. Je ne respirais plus. Ma cousine m’a conduite dehors, et j’ai explosé. J’ai éclaté en sanglots et j’ai dit à mon chum que je voulais partir. Trente minutes plus tard, on était en route pour la maison.

Je le sais que c’est illogique! Je suis consciente que c’est ridicule. Je ne le contrôle pas, malheureusement. C’est tellement intense une phobie. Peu importe le genre. Les gens ne comprennent pas ce que c’est que de vivre avec ce boulet. Lorsque je dis que je suis émétophobe, la réaction la plus courante est : un rire qui cache un “WTF?!”. Je réagirais probablement comme vous.

Après plusieurs années, je me suis améliorée. Il était un temps où je ne sortais plus. Je n’allais plus à l’école. Par peur qu’une personne soit malade. Je suis allée chercher de l’aide. J’ai maintenant des trucs. Je ne sais pas si je pourrais être une bonne mère un jour, car voyez-vous, j’aurais peur de partir en courant si mon enfant vomissait. Ça me tue. J’ai toujours voulu avoir des enfants!

J’ai fait plusieurs recherches et je sais que je ne suis pas la seule. C’est une phobie irrationnelle, qui détruit plus de gens que l’on pense. Si vous avez des émétophobes dans votre entourage, ou que vous l’êtes vous-mêmes, dites-vous que ça ira bien. Soyez-là pour eux. Ils n’ont besoin que de votre présence. Non pas de votre jugement…

M.

Publicités

Laisser un commentaire