J’aurais donc dû


ÉTATS D'ÂME, Personnel, x / lundi, septembre 11th, 2017

Au premier regard, j’ai plutôt l’air d’une fille ordinaire avec une vie banale. Un parcours de vie qui après s’être éteint ne fera pas les manchettes, ni même ne recevra d’éloges. Qui ne rêve pas de se faire stalker chaque jour et de se faire commanditer par telle ou telle compagnie (on va se le dire, on a toutes les mêmes deux/trois filles dont on revisite sans cesse les profils) ?!

C’est à ce moment que vous me direz : « Arrête de chialer et apprécie ce que tu as ». C’est vrai, oui; j’ai une bonne famille, des parents en or mariés depuis plus de 30 ans, des gens qui m’aiment pour la femme que je suis vraiment, un cercle d’amis petit mais chaleureux, sur qui je peux toujours compter dans les pires (voir PIRES) moments, m’assurant ainsi un certain filet de sécurité. Pour compléter le portrait, j’ai une profession au revenu stable et ce, même si je dois composer avec des horaires instables (jour/soir/nuit). Et je ne vous parle pas des shifts de 16 heures en ligne, parfois obligatoires.

C’est vraiment en faisant le point sur ma vie que j’ai réalisé qu’au fond, je n’ai pas accompli grand-chose, que je n’ai rien en terme de « vécu ». Un appartement bien rangé, propre, mon chat appelé Gilbert qui lui, a la vie plutôt tranquille. Une voiture, pas le super bolide qui attire le regard sur la route, mais une qui m’apporte du point A au B. Je me compte chanceuse d’avoir la santé et manger à ma faim. Mais je vous vois venir… « Pourquoi chialer alors qu’elle est chanceuse d’avoir une stabilité? »

Cette stabilité, qui n’apportera rien d’autre que le sentiment de sécurité qui à long terme engendrera le regret. Regret de ne pas être sortie de cette satanée stabilité…

Il faut sortir plusieurs fois de notre zone de confort, faire des trucs insolites ou bien plonger dans le néant qu’est l’inconnu. On croit bien se connaître en tant que personne accomplie, mais non. Après tout, de quoi le serions-nous? Rien d’autre que de n’avoir pris le même chemin déjà emprunté par presque tout le monde avant nous.

On va l’école, on s’éduque, on travaille du lundi au vendredi, de 8 à 4. On rencontre ce quelqu’un, avec qui on tombe en amour. On achète une maison, on a des enfants, on fait un voyage dans les tout inclus une fois par année… Pour finalement plus tard les entendre dire : j’aurais donc dû!

 

T.

tanya

Crédit photo : Unsplash

Publicités

Une réponse à « J’aurais donc dû »

Laisser un commentaire