Mon allergie aux obligations

Je suis rendue au point de ma vie où je n’ai plus envie d’avoir des obligations en dehors de mon cadre professionnel (travail). Durant presque l’entièreté de ma vie, j’ai été étudiante et j’ai dû rendre des comptes, respecter des échéanciers, me conformer à des protocoles, assister à des cours, etc. Je ne pensais jamais être en mesure de me sevrer de l’université, parce que j’ai toujours eu soif d’apprendre et que pour moi, l’école était un moyen de m’accomplir et d’être en mouvement.

Fast forward

Un an et aucune obligation scolaire plus tard, j’en suis arrivée à un constat : « Je suis allergique aux obligations ». J’ai maintenant le plein pouvoir sur ma vie. Je suis le maitre d’œuvre de mon horaire… mon propre gardien du temps. Et ÇA, c’est la plus grande des libertés. Je me sens comme un oiseau domestique à qui on donnerait maintenant le droit de voler en pleine nature. Je me sens sauvage, rebelle et en contrôle.

J’ai fait un 180 degrés. Tellement, que j’ai même parfois de la difficulté à planifier un 5 à 7, un souper, une activité ou même un cours au gym. Je vis sur un mode de planning in minima, soit une planification légère, spontanée ou moyennant un court délai. J’ai du mal à planifier à l’avance, simplement parce que je déteste que mon horaire soit préétabli. J’ai peur de me sentir coincée, peur de surcharger mon temps ou encore, peur de ne plus avoir envie une fois venu ledit moment. J’ai fait tellement de choses à reculons que j’ai pris en aversion tout ce qui était obligatoire. Certes, j’ai un horaire de travail quotidien et cela me convient parfaitement. Le problème se trouve plus au niveau de ce qui déborde de cet horaire.

roman-bozhko-251947

Source photo : Unsplash

Je suis une personne qui a constamment besoin de mouvement dans sa vie. Je carbure aux défis. Heureusement, je dirais que c’est principalement là que les choses ont évolué. Ma définition de défi et de mouvement a pris un tournant bien différent lors de cette dernière année et j’en suis franchement heureuse. Désormais, j’ai envie de m’investir dans ma carrière et dans mon développement professionnel. Côté personnel, j’ai envie de choisir quand JE veux faire quelque chose, j’ai envie de suivre davantage mon God feeling, j’ai besoin de spontanéité… Bref, je ressens plus que jamais la nécessité de faire les choses avec intérêt et plaisir… de faire les choses sans m’oublier.

Je sens enfin que j’ai pleinement repris le contrôle de mon temps, et ce, sans aucune culpabilité. Et ciel, que ça goute BON!

 

 

 

M.

Martine

Source photo : Unsplash

Publicités