Les 5 types de conducteurs qui me donnent la rage au volant


ÉTATS D'ÂME, STYLE DE VIE, TEXTES DE L., x / mercredi, mai 16th, 2018

J’admire les gens qui sont toujours calmes et passifs sur les routes. Moi, je retiens clairement de mon père, et ce, malgré le fait que la petite fille que j’étais DÉTESTAIT lorsqu’il se fâchait contre les autres automobilistes. Maintenant, comme lui, dès que je m’installe derrière mon volant, c’est comme si j’avais enfilé une méga armure «anti-toute». J’ai l’impression que je deviens invincible, que je peux dire tout ce que je pense et faire tout ce que je veux… genre crier après une p’tite madame qui prend un peu trop son temps. Autant il peut m’arriver d’être courtoise, autant je peux devenir pire que le diable en voiture. Pour vous expliquer les raisons pour lesquelles je peux facilement m’enrager, je me suis amusée (parce qu’il faut bien en rire) à faire le profil de certains conducteurs. Ceux qui peuvent instantanément me faire sortir de mes gonds!

1- L’invisible

Le clignotant, lui, il n’a pas ça… c’était trop cher dans les options à l’achat de son véhicule. Il n’a pas non plus décidé de payer pour une voiture qui fait ses angles morts pour lui, mais il ne les fait pas plus. C’est le genre de personne qui te coupe sans préavis et qui t’oblige à freiner alors que tu roulais paisiblement. C’est aussi celui qui te fait hurler:  «POURQUOI TU FREINES?!» alors que tu réalises qu’il avait l’intention de tourner depuis un méchant bout, mais qu’il ne trouvait pas important de te le faire savoir.

2- Le conducteur du dimanche

Lui, il n’est pas stressé! En fait, on dirait qu’il n’a jamais vraiment de destination et qu’il ne fait que chiller sur les routes. Il roule toujours en-dessous de la vitesse permise et souvent, il décide de s’exécuter dans la voie de gauche sur l’autoroute. On va se le dire, la majorité du temps, c’est LUI qui crée le traffic puisque tout le monde tente de le dépasser. Il est lent, maudit qu’il est lent, ce pourquoi ça défoule tellement de lui crier: «AVANCE!».

3- L’anxieux

L’anxieux ne fait pas exprès de te faire fâcher, il fait son gros possible, mais la conduite, il ne l’a juste pas. Il n’est pas capable de prendre sa place, autant en entrant sur l’autoroute (pas fluide pentoute) que quand il doit changer de voie. Lui, tu as toujours le goût de le pousser un peu pour l’aider en faisant des grands gestes de mains et en lui disant: «Awaye! T’es capable». C’est aussi lui qui ne comprend pas que tu peux juste lâcher la pédale de droite pour ralentir. Lui, il freine tout le temps, même l’hiver ou lorsque la circulation est un peu dense, il roule constamment sur les freins.

4- L’égocentrique

Lui, il a toujours la priorité. Que ce soit au «Stop» qu’il n’a pas autant besoin d’effectuer que toi ou au «Céder le passage» qui ne s’applique pas à lui, la route est sienne. C’est le genre de personne qui remarque que tu as une voie à traverser en pleine heure de pointe pour accéder à ta sortie, mais qui colle la voiture de devant pour être sûr et certain, à 110%, que TU NE PASSERAS PAS. Tu as beau avoir mis ton clignotant, lui faire un beau sourire ou le remercier d’avance, mais lui, il veut arriver à destination avant toi et il prend les moyens pour y arriver. Celui-là, il te fâche juste parce qu’il n’est pas gentil avec toi. C’est souvent à lui que tu as le goût de faire un beau gros doigt d’honneur.

5- Le dangereux

Cette personne se croit réellement dans un des films Rapides et dangereux. Son but est d’aller le plus rapidement possible et de zigzaguer entre les voies pour se donner l’impression qu’il évite la circulation. C’est de lui que tu as vraiment le goût de rire lorsque, malgré tous ses efforts marqués, tu te retrouves à ses côtés à la lumière rouge.

 

Bref, malgré ma mini rage au volant existante, je tente de plus en plus de me contrôler en apprivoisant tous ces types de conducteurs. Il faut se rappeler aussi que, même si un d’eux nous pousse à bout, la vengeance ne devrait pas exister sur les routes. On s’entend que de passer de 110 à 0 km/h simplement parce qu’un VUS te suit de trop près, c’est extrêmement insouciant et dangereux.

Sur ce, bonne route!

 

 

 

L.

laura

Source photo: Unsplash

Publicités

Laisser un commentaire