ÉTATS D'ÂME STYLE DE VIE TEXTES DE CAM. x

Je veux pas être une adulte

Vous vous rappelez lorsque nous étions gamins…? Non, hein? Parce que depuis ce temps-là, nous avons fait un sacré bout de chemin. Ce temps nous paraît loin derrière. Mais souvenez-vous de comment c’était. Tout le monde était amis (ou presque), c’était tellement plus simple. Souvenez-vous comment était le monde à cette époque… tout était possible.

Avec nos p’tits yeux d’enfants, on arrivait à voir le monde encore plus grand. Plus beau. On allait au-delà de la réalité. On avait de grands rêves. De grands projets. On ne se limitait pas à la simple réalité. Non, on arrivait à voir le monde d’une toute autre façon. Vous vous souvenez? Rappelez-vous comment le monde était. Pas de jugement, on se foutait d’être mal habillé, la popularité n’existait pas. Rappelez-vous… on avait le droit à l’erreur à cette époque. On vivait comme s’il n’y avait pas de lendemain. On vivait au jour le jour. On ne connaissait rien à l’amour, c’était plutôt «je te choisis en premier dans mon équipe». On ne connaissait absolument rien à la vie.

On croyait que la solution était de grandir… mais quel putain de beau mensonge c’était! Bordel qu’on s’est tous fait avoir. Parce que grandir, ça craint! Nous étions tous pressés de devenir matures. Tous pressés de grandir sans même avoir vécu. Nous étions tous pressés et nous avons sauté des étapes. Tous pressés de connaître ce que c’est que d’aimer, pressés de devenir grands et d’aller à la grande école. Putain qu’on y a tous cru. On a tous cru que grandir était une bonne idée.

Mais rappelez-vous… lorsqu’on était gamins, les étiquettes n’existaient pas… Les «sal*pes», les «players», les «f*ck boys»… tout ça n’existait pas. On se foutait que tu sois gros ou grosse. On se foutait que tu sois mal ou bien habillé. On se foutait que tu sois beau ou belle. On se foutait que tu aies déjà frenché ou pas. Nous pouvions être qui nous voulions, ça n’avait pas d’importance. À cette époque, c’était permis d’avoir 3 chums ou bien 3 blondes, pourquoi ne pas retourner à ce temps où tout était moins compliqué?!

Les seuls problèmes qu’on avait, c’était que le garçon d’à côté avait détruit notre château de sable, ou bien que la voisine d’en face avait pris nos poupées… mais on a voulu grandir, (pire idée ever) sans même savoir qu’en fait, la vie allait se compliquer. Finis les vieux vêtements laids, maintenant il faut suivre la mode, finies les larmes pour un genoux écorché, désormais on pleure parce qu’on a le cœur brisé. T’es laid; tu te fais écœurer, t’es grosse; tu te fais rejeter… Quand on était jeunes, on croyait que devenir princesse était un métier… La vie est plus compliquée et ne ressemble en rien à un conte de fées.

En grandissant, nous avons créé notre génération, une génération, qui selon moi, n’a aucune valeur. Alors qui a dit que grandir était la solution? Parce que moi, personnellement, ça me fait peur. Parce que devenir mature aujourd’hui ou demain ou dans 5 ans, ça ne changera rien. On finira par mourir un jour. Alors aussi bien garder mon p’tit cœur d’enfant le plus longtemps possible. Parce que devenir adulte, c’est chiant. C’est donner des limites à nos rêves. Alors rappelez-vous comment c’était… l’époque du bac à sable, où on n’avait aucune idée que la vie allait nous envoyer chier chaque jour, nous obligeant à se relever chaque fois plus fort. Où on ne savait pas qu’il existe quelque chose qui fait plus mal qu’un genou écorché…. Et ça s’appelle une peine d’amour… on est pressés de devenir adultes, mais on a encore plein de trucs fous à vivre… On veut grandir plus vite que notre âge, et je crois que ça c’est la pire erreur qu’on puisse faire.

 

À lire aussi: La fameuse vie d’adulte

 

 

 

 

Cam.

IMG_3474

Source photo: Unsplash

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

4 Comments

  1. Jessie says:

    J’ai 28 ans, et je ne vois pas du tout la vie comme ça! Je me fou totalement de ce que les gens pensent, de comment je suis habillé! J’ai 28 ans, et j’ai toujours de grand rêve, je peux sortir de la « réalité » juste en sortant en nature… en arrêtant de passer ma vie sur les RS… J’ai 28 ans, et je me sens plus en vie que jamais! La vie n’est pas « facile »… mais nous sommes mettre de notre propre vie et puis si on arrête de suivre la « mode », on ce sentait tellement mieux! Je me suis entourée de gens avec la même mentalité, des gens qui aiment et profitent de chaque instant. MOI je suis heureuse d’avoir grandi, car aujourd’hui je sais qui je suis et surtout qui je n’ai pas envie d’être… une pale copie de gens qui suivent la « mode ».

    1. Merci pour ton commentaire! En effet, l’auteure de ce texte est beaucoup plus jeune et a probablement encore du chemin à faire avant d’en arriver à ça! Pour le moment, nous retenons surtout sa nostalgie de la simplicité de l’enfance! 😊

  2. Oh si, je me souviens – mais j’ai une excellente mémoire :) amitiés

    1. Je comprend votre point de vue :) seulement, J’ai grandi dans une famille d’accueil qui ne fesais que juger en fonction du matériel. J’écris à partir de ce que je vois, et ce que je vis. Et moi, J’ai grandi avec des adultes qui me disais de changer, pour éviter de me faire intimider, au lieux d’apprécier le fait que j’aimais des choses différentes.

Laisser un commentaire