ÉTATS D'ÂME TEXTES DE M.-C.

Mon cher Walt

Mon cher Walt,

Tu me permets de te tutoyer? Y’a tellement longtemps qu’on se connaît. C’est une longue histoire, toi et moi!

Faut que je te le dise, Walt, c’est de ta faute. Quelle fille, petite ou grande n’a pas rêvé de voir sa vie devenir un conte de fées? Aucune, c’est sûr! C’est toi, Walt, qui nous as farci la tête et le cœur avec tes phrases comme: «Pour que la vie soit un conte de fées, il suffit peut-être simplement d’y croire.». Et bang! C’était possible, c’est toi-même qui le disais.

Alors, j’y ai cru: «Oh! Miroir! Miroir! Dis-moi qui est la plus belle? Moi! Moi!». Comme ça, comme par magie, mon prince s’est pointé sur mon balcon, me déclamant son amour qu’il cachait depuis des années.

À nous les: «Ils vécurent heureux jusqu’à la fin des temps.». À nous la magie, les feux d’artifices. N’oublions pas: «Un rêve est un souhait que le cœur fait quand vous dormez.».

Mon prince est donc entré dans ma vie comme par magie. À mesure qu’on bâtissait notre royaume, l’enchantement grandissait. Pour sûr que la Fée Marraine était venue nous rendre visite. Le gazon était tondu en forme de cœur. L’hiver, les cœurs de couleurs se dessinaient sur la neige. Ah! Qu’il était parfait mon charmant! Plus le temps passait, plus je croyais que les contes de fées pouvaient être réels.

Un jour que je demandais à mon miroir qui était la plus belle, il m’a répondu: «Blanche-Neige.»

Blanche-Neige! Blanche-Neige! Une pouffiasse presqu’invisible était entrée dans sa tête. Sans même que je m’en rende compte. Pendant qu’elle me jetait de la poudre aux yeux, elle lui enfonçait de la poudre dans le nez.

La magie du cœur… Les étoiles filantes, les abracadabras viendraient à bout de la méchante Blanche-Neige. J’étais moi aussi une princesse, après tout.

Mon prince s’est changé en crapaud. Il a pris la poudre d’escampette avec une autre princesse, plus jeune et plus innocente. Elle ne connaissait pas encore cette Blanche-Neige qui partageait sa vie. Me laissant là, le cœur complètement gelé, tandis que lui allait continuer à valser avec Blanche-Neige et sa nouvelle princesse.

Walt, mon cher Walt, je t’avais cru, moi! Je croyais que toutes les petites filles pouvaient vivre un conte de fées. Tu avais juste pris garde de me dire que tous les contes de fées ne finissent pas toujours par: «Ils vécurent heureux jusqu’à la fin des temps.»!

Tu aurais dû me dire, Walt, que la magie, elle, peut être noire. Qu’elle peut détruire un royaume et tous ceux qu’elle croise. Que certaines magies se colorent en blanc neige pour nous jouer des tours.

Alors, Walt, moi je veux, pour la prochaine fois, un gars ordinaire, avec un cœur ordinaire. Je veux qu’il ait les deux pieds sur la Terre et la tête dans le réel. J’aimerais qu’il m’offre de vivre un amour extraordinaire. Un amoureux qui saura m’aimer, sans magie, sans enchantement. Juste un gars qui saura ne pas me raconter d’histoires, mais qui aura envie que nous vivions mille et une nuits et qui dira: «Hakuna Matata!».

M.-C.

Source photo: Unsplash

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire