STYLE DE VIE TEXTES DE M.-C.

L’idiot du village

«Autrefois, chaque village avait le sien. C’était le fragile, le trop simple, l’égaré. On en parlait pas ouvertement».

– Savignac 17/03/2016, Huffpost Québec

Les plus vieux en parlent encore. C’était un élément précieux dans un village. Y en avait pas deux, mais un seul. Il avait l’importance liée à son titre d’être considéré comme un bien commun. Chaque village avait son curé, son bon docteur et son idiot. Il était bien malgré lui l’attrait du village.

Ce personnage rendu presqu’historique a aussi trouvé sa place dans nos vies contemporaines. Ceux de ma génération savent très bien de qui je parle quand je dis: Ti-Coune. Ça te sonne une cloche? Je suis certaine que tu le revois assis dans sa berceuse avec ses bretelles, ses culottes trop courte et sa calotte. Un peu plus jeune? Babine? Tu connais? Même style vestimentaire, même karma. Tu doutes encore? Même Blanche-Neige avait le sien: Simplet.

De nos jours, le terme Idiot du village est plus folklorique qu’autre chose. Politiquement incorrect, on ne l’utilise plus! Ça serait mal vu d’oser parler de quelqu’un dans ces termes, surtout en 2020. Eh ben, là je crie haut et fort: Heille, nos villages sont remplis d’Idiots du village… Pis comme dirait mon père: un fou qui sait pas qu’il est fou… y pense que c’est les autres qui sont fous.

Il ressemble à quoi d’idiot du village de nos jours? Il prend beaucoup de formes. C’est un homme ou une femme. Bien souvent, ils sont un couple. Certains se présentent dans leur gros motorisé qu’ils «parkent» avant d’aller faire leur épicerie. Ils se promènent un peu partout, touchent à tout et s’approchent de tout le monde.

L’idiot du village est jeune, il est vieux, il est homme, il est femme. L’idiot du village, il est fort. En fait, il se croit si fort, plus fort que la bête qui court dehors. Lui, il la pognera pas la cochonnerie. Lui y est pas en danger. Lui, il peut aller flâner à l’épicerie, au dépanneur, à la SAQ. L’idiot du village, y peut aller sur le quai voir les pêcheurs qui se préparent pour leur départ, se regrouper dans le parc pour y jouer au hockey ou boire un café en gang! Heille, ils sont dehors! Y est où le problème?

Alors, écoute-moi bien. Je vais pas passer par quatre chemins pour m’adresser directement à toi.

Toi, l’idiot du village, confinement ça veut dire s’enfermer dans un lieu, UN lieu. Quarantaine, ça c’est pour s’isoler. Donc, enferme-toi chez vous. Isole-toi des autres. Si toi t’es trop fort pour «pogner» la COVID-19, t’es ben chanceux. Mais c’est pas le cas des autres. Même si t’es l’idiot du village, je suis certaine que tu peux comprendre ça!

Ton partner de cartes, il a pas envie de gager sa vie. Ta chum de brosse, elle aime mieux brosser les dents de ses enfants. La tite madame à l’épicerie, elle est obligée de travailler, pas de t’endurer… Pis le monsieur que tu «spotes» pour aller lui jaser ça, bien y est docteur et y a pas le goût de te soigner parce que t’as pas été si fort que ça, finalement.

Peur ou pas peur, reste donc chez vous. Tu ne travailles pas dans un secteur névralgique? Ça veut sûrement dire que t’es pas essentiel… En tout cas, pas dans les rues, les commerces ou ailleurs que dans ta cabane! OK, c’est pas facile, pis c’est pas facile pour personne. Si ta vie tient à peu de choses, celle des gens qui t’entourent, te croisent, a un grande valeur. Reste chez toi, je te le dis mon ami! Je trouverais vraiment plate de devoir écrire sur ta tombe: Ici gît l’idiot du village!

À lire aussi: Confinement

M.-C.

Source photo: Unsplash

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire