ÉTATS D'ÂME TEXTES DE M.-C. x

Coup de foudre

T’sais le coup de foudre, le grand coup de foudre… T’sais, sans se l’avouer vraiment, on l’espère tous. Moi, j’y ai goûté le 30 janvier dernier. Je vous jure, c’était pas un coup de foudre ordinaire. Style, genre, comme, avertissement d’ondes de tempête en vigueur. Y a eu un orage électrique dans ma tête. Une décharge aussi forte que la foudre, mais pas à la bonne place. Je sais maintenant, sans doute possible que je fais de l’épilepsie. Et c’est là que mon cœur en a pris pour son rhume. Bon, je veux pas me plaindre, on passe notre temps à nous dire qu’il y en a des pires, que juste à regarder autour y en a qui sont plus à plaindre.

Mais là, ça passe pas. C’est bloqué dans ma gorge, comme une grosse gorgée d’eau avalée à la plage. Y a une vague géante qui m’a emportée avec elle. Déjà avoir la sclérose en plaques, ça fait des remous, mais là… je suis à la dérive. T’sais, le genre de peine qui te fait demander c’est quoi que t’as fait au ciel pour qu’il te charge la vie comme ça! Je l’sais, Je l’sais, ça donne rien. Y aura pas de réponse.

J’étais partie en croisière! Des années à bien aller. P’tite mer tranquille, turquoise, dauphins pis toute! Et bang, y a une tempête qui s’est déchainée sans même laisser des signes d’avertissement. J’ai pas vu le ciel virer au gris, j’ai pas vu les nuages se charger d’électrons, j’ai pas vu le déluge qui allait m’inonder.

Deux petites heures de tempête. Deux petites heures pour détruire ce que j’avais mis des années à reconstruire… moi. Mon navire coule. Je sombre et je suis en train de couler à pic. Pourtant, je suis faite forte. J’ai pas peur de grand-chose dans la vie. Mais cette fois, je n’arrive pas à voir la terre ferme à l’horizon. Je tremble de partout. J’AI PEUR!!!

Je suis revenue, depuis deux mois, la fille qui a perdu son autonomie. Je ne peux plus conduire pour 6 mois (si je refais pas de crise), j’ai peur de rester seule. Je dépends de Pierre, Jean, Jacques pour faire tout ce qui demande de sortir plus loin que ce que mes pieds ne peuvent me mener. J’ai même pas l’énergie d’un escargot. C’est trop… il transporte sa maison sur son dos! La limace me convient mieux, ces temps-ci!

On m’a lancé des bouées de secours, bien sûr! Je me suis agrippée à elles pour me tenir la tête hors de l’eau. J’ai bien beau savoir nager! La vague était devenue un raz-de-marée. Il fallait que je lâche prise, sinon j’allais les entraîner dans mon naufrage. Bien entendu que je voulais pas, en plus, être la cause d’un autre naufrage.

Je suis de retour dans mon havre depuis quelques jours. J’ai le mal de mer. Tout bouge trop vite, mais rien n’avance. Je suis à quai, ancrée dans mon petit monde, mais je suis toujours à la dérive. Y a du sable dans l’engrenage… pis des algues de pognées dans mon cordage. J’ai la boussole déréglée, elle trouve pus le nord. Même les étoiles n’arrivent pas à me guider. Pourtant, j’essaie. J’essaie tellement fort de retrouver mon ballant.

Habituellement, lors des grosses tempêtes j’arrive assez rapidement à remettre mon navire à flot. Mais là, on dirait qu’il n’y a pas d’écope assez grosse pour vider l’eau qui s’est engouffrée à travers ma coque. Je me pensais bâtie plus solide, une insubmersible. Mais faut croire que j’avais plutôt l’étoffe d’un Titanic.

Ha! Je sais, y en a des pires. C’est pas la fin du monde. Un bateau, ça se reconstruit, une vie aussi. Je sais je l’ai déjà fait plusieurs fois. Je vais y arriver, mais cette fois, on dirait qu’il y a une grève sur le chantier. La reconstruction s’avère un peu plus compliquée. J’arrive pas à lire les plans. Je ne sais plus quels sont mes outils. L’électrocution a été tellement forte, qu’on dirait que tous mes breakers ont sauté en même temps. Mes batteries de secours ne prennent pas le relai.

Mais, ça va aller. Pas le choix. Y en a des pires, je sais. Mais y en a des mieux aussi! Mais ça va aller. C’est toute une galère… mais je vais arriver à la remettre à flot. C’est comme ça que ça doit se passer. À force d’huile de coudre et de sueurs, je vais reprendre la mer. Mon bateau ne sera plus un radeau. Il sera beau, et son reflet dans l’eau viendra me prouver, encore une fois, que c’est dans la tempête que l’on connait les plus grands capitaines. Oui, j’ai coulé avec mon navire cette fois, mais je vais reprendre la mer.

«Ohé! Ohé! Matelot, Matelot navigue sur les flots. Il entreprit un long voyage.»

 

 

M.-C.

Source photo: Unsplash

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire