Lettre à l’enfant que je n’aurai jamais

T’étais pas voulu. J’étais jeune. Ton père encore plus. Je ne voulais pas commettre la même erreur que mes parents, alors je t’ai obligé à quitter…

Quitter une place où tu n’étais pas le bienvenu. Pas à ce moment-là, en tout cas. Tu étais si petit, un grain de sable. J’ai appris que tu étais dans ma maison familiale lorsque j’étais au travail. Une job étudiante à 11$/heure. J’avais un doute que tu t’y trouvais… L’instinct maternel qu’ils “disent”.

Mon premier réflexe a été d’acheter un gratteux à 2 piastres, dans l’espoir de devenir super riche. J’aurais pu dire : «Fuck the world! Je suis maman à 18 ans, et j’ai l’argent pour!»

Je t’ai même demandé de m’aider. D’après moi, tu savais autant que moi qu’il fallait plus que des billets verts pour pouvoir te garder…

On a pris la décision ensemble, lui et moi, sans te consulter d’abord, de te renvoyer d’où tu venais. Je te mentirais si je te disais avoir eu de la grosse peine, car vois-tu, après tous les maux de cœur que tu m’as donnés pendant ce cours instant, j’étais soulagée. Oui, je l’étais.

Aussi cruel que ça puisse paraitre, j’étais bien avec cette décision. Au fond, tu n’as rien demandé. Tu étais le fruit de notre (pour ne pas dire «nos») erreur. Nous avons corrigé le tout, avec le peu d’expérience de vie que nous avions. Je sais que tu ne m’en veux pas. Je t’en remercie. De toute façon, je suis tellement une fille dans la lune, que je t’aurais sûrement oublié à la garderie une couple de fois! Je crois sincèrement que tu es mieux là où tu es.

Sache que je t’ai pleuré une fois. Un certain soir de juillet. J’avais décidé de me retaper toutes les saisons des Frères Scott. Je ne me rappelle plus si c’est Brooke, ou Peyton, mais il y en a une qui a perdu son bébé. J’ai pleuré. Beaucoup. Pas longtemps.

Tu reviendras! On pourra jaser entre mère et enfant de comment tu es arrivé trop tôt, et parti trop vite.

Je t’aime, mais tu n’étais pas voulu et j’étais jeune…

Maryève.

Publicités

Un commentaire sur “Lettre à l’enfant que je n’aurai jamais

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :