Une chance que j’t’ai


ÉTATS D'ÂME, x / jeudi, mars 16th, 2017

Aujourd’hui, c’est ta fête. Tu vieillis d’une année. 365 jours au cours desquels tu as traversé des épreuves et vécu des succès. Des mois passés à être une femme, une professionnelle, une mère, une blonde et une sœur. Une grande sœur.

Une sœur, c’est comme un journal intime.

C’est à elle qu’on confie nos plus grands secrets en lui faisant promettre de ne pas en parler. C’est elle qui permet à nos parents d’être « prêts » quand c’est rendu à notre tour de plonger dans l’adolescence.

C’est l’amie qui sera toujours là.

Ma sœur et moi n’avons pas toujours eu une relation harmonieuse, mais les années nous ont permis de nous rapprocher et j’en suis très reconnaissante. Elle est devenue mon modèle. Elle m’aide à m’accepter comme je suis parce qu’elle me prend comme je suis, avec mes belles qualités et mes moins beaux défauts.

Savoir que je peux compter sur elle et que nos discussions ne sont pas empreintes de jugement est un cadeau que je chéris tous les jours. Je n’ai pas toujours réalisé à quel point j’étais chanceuse d’avoir été élevée à deux. Devenir une adulte et apprendre à devenir indépendante c’est plus doux, sans être moins difficile, quand t’as vu quelqu’un le faire avant toi. Bien et moins bien le faire par bout, mais elle demeure un exemple auquel je peux me fier dans mes moments de doutes.

On est différentes, ma sœur et moi, mais elle arrive souvent à me comprendre même quand moi je ne me comprends pas pis ça, ça a pas de prix.

Je suis bien consciente que toutes les fratries ne sont pas comme ça, que toutes les sœurs ne deviennent pas amies avec le temps, que toutes les maisonnées n’ont pas la chance de vivre avec le bonheur en arrière-plan et c’est cela qui fait qu’aujourd’hui j’avais envie de te dire merci.

K.

Publicités

Laisser un commentaire