Être “workaholic”


ÉTATS D'ÂME, DÉVELOPPEMENT, Professionnel, TEXTES DE G., x / lundi, octobre 2nd, 2017

Je ne me suis jamais vue comme étant une workaholic ou une grande carriériste. Je veux dire, j’adoooooreeee mon travail et j’ai travaillé fort pour pouvoir le pratiquer. Je suis avocate, alors imaginez vous donc que je suis PAYÉE pour m’obstiner et avoir une grande gueule ! C’est le job de rêve pour une fille extravertie, compétitive et qui aime argumenter comme moi. Quand j’étais jeune et que mes parents ne voulaient pas que je fasse quelque chose, je leur demandais : « Pourquoi pas ? As-tu un argument valable ? Si tu n’en as pas, tu ne peux pas m’interdire de faire ça. ». Bon, ça fonctionnait rarement, car on s’entend que les parents ont pas mal toujours le dernier mot… Mais bref, je pense que dès mon jeune âge, la carrière d’avocate était faite pour moi.

Par contre, je n’ai jamais été le genre d’avocate à être attirée par les grands bureaux ou à vouloir faire 70 heures par semaine et plus pour impressionner les patrons. J’aime mon travail, mais je suis bien contente de le faire seulement 40 heures par semaine (parfois un peu plus si j’ai un gros procès à préparer). Je trouve qu’on manque déjà de temps dans la vie pour tout faire : travailler temps plein, s’entraîner ou faire du sport, voir ses amis, faire les courses de la semaine, le lavage, le ménage… J’ai beau aimer ce que je fais, je ne veux pas que ça occupe 100% de ma vie ou presque. Donc, comme je vous disais, je ne me suis jamais considérée comme un bourreau de travail. J’aime mieux avoir une qualité de vie que ben de l’argent.

Jusqu’au jour où j’ai commencé à m’occuper du blogue. Je suis tellement excitée par le projet, que je ferais ça 24/24 et 7/7 si je n’avais pas besoin d’aller travailler (et de dormir…) ! Dès que j’ai un temps libre, je vais m’occuper du Instagram, regarder les views qu’on a eues sur le site, programmer le calendrier du mois avec les textes que les super collabos m’envoient et j’en passe… En y pensant bien, je pense que ce qui fait toute la différence, c’est que c’est mon projet à MOI (et à ma meilleure amie). Je dis ça dans le sens que pour la plupart des jobs, on doit s’occuper des dossiers de quelqu’un d’autre. Qu’on soit avocat, médecin, notaire, plombier, comptable, coiffeuse… Notre travail, bien qu’on l’aime, c’est de s’occuper des autres. Ce sont les autres qu’on défend, qu’on soigne ou pour qui on offre un service.

blogueusefleurs

Crédit photo : Pinterest

Donc, je crois que c’est sain de vouloir limiter le nombre d’heures qu’on accorde aux vies des autres, à leurs problèmes ou à vouloir les aider. On doit se garder du temps pour s’occuper de l’acteur principal de sa propre vie : soi-même. D’où la différence : le blogue, c’est MON projet, MES textes que je rédige, MA vision que je transmets… Je ne trouve pas que je travaille quand je m’occupe de Champagne & Confetti, car j’ai l’impression de m’occuper tout simplement de ma vie et de mes affaires. Je découvre ce que c’est que d’être workaholic et je vous avoue que j’adore ça à date !

 

 

G.

Image

Crédit photo : Unsplash

Publicités

Laisser un commentaire