J’avais pas demandé de nouvelle amie


ÉTATS D'ÂME, TEXTES DE MB., x / mercredi, septembre 26th, 2018

Ma vie était complète. Pleine.

Je faisais ma job Clock in / Clock out, you know? Faire le maximum avec le maximum de mes compétences pis finir ma journée et retourner à ma p’tite vie. Sans aucunes attentes, je fais ma job. Si je m’entends bien avec mes collègues, c’est super, tant mieux. Ça passe plus vite pis c’est bien plus plaisant. Si j’ai moins d’affinités, bah coudonc, c’est la vie, t’sais! Ça arrive! J’étais repue.

Je faisais mon petit chemin de vie sans me poser de questions. J’accomplissais bien des choses pis j’étais fière de comment je menais ma barque. J’avais pas demandé une nouvelle amie. J’étais complètement satisfaite de ma vie. Sans aucun sentiment de manque. Je faisais mes petites affaires. T’sais, une belle vie ordinairement parfaite.

On a embarqué dans la même piscine pour un méga contrat. T’sais, toute qu’une affaire. Notre première fois dans quelque chose d’aussi complexe. On a sauté en bas du même plongeon, sans savoir si l’eau serait froide, sans savoir ce qui nous attendait au fond. On n’était pas les seuls nouveaux dans l’équipe de plongeon, mais pour une raison encore inconnue et particulière, on s’est mises à plonger ensemble. Parce que ça marchait bien, faut croire. On s’est mises à sauter en même temps avec les mêmes réflexes. Comme si le plongeon synchronisé, c’tait notre shit depuis 10 ans.

1 mois de plongeon. 1 mois à avoir des bonnes journées, des moins bonnes journées et des journées horribles. On s’est parlées en silence. On s’est comprises dans nos regards. On a ri pis on a pleuré en titi.

1 mois de plongeon. À vivre toutes sortes d’affaires. 1 mois de plongeon. À se réveiller le matin et pas savoir ce qui va se passer.

On sera les seules à se comprendre pour vrai. T’sais, «fallait être là». Fallait être là pour les jokes; elles sont si plates sinon. Fallait être là pour les fous rires; ils sont si futiles autrement. Fallait être là pour comprendre notre fatigue; la carence de sommeil ne s’explique pas. Fallait être là pour comprendre nos frustrations; autrement, on a juste l’air enragées. Fallait être là pour comprendre nos peines; sinon, c’est juste bébé. Fallait être là…

«Y fait beau dehors, hein?!». Une phrase partagée à plusieurs reprises quand l’envie de tout casser nous prenait. Fallait pas en parler tout de suite. Trop frais, trop difficile, trop émotif. On parlait de comment il faisait beau dehors. Pis c’tait ça. On s’avait…

Je suis contente d’avoir été là moi. Je suis contente d’avoir vécu tout ça avec toi. Je suis contente que tu sois mon «elle était là» dans mon «fallait être là». Contente d’avoir quelqu’un avec qui partager ça. Cette vie de fou qu’on mène en malade. Ce marathon de vie qu’on appelle notre travail.

Ma vie était pleine. Jusqu’à ce que je te rencontre. Jusqu’à ce que tu me montres que j’avais encore de la place. Assez de place pour une grande personne comme toi. Remplie de vie, d’histoires, de rires, de fougue, de détermination, de défauts parfaits et de moments imparfaits.

Ma vie ne sera plus pareille, elle sera mieux maintenant que j’ai une amie à l’autre bout de la 20 qui attend sagement mon retour.

 

 

 

MB.

Marjorie

Source photo: Unsplash

Publicités

Laisser un commentaire