ÉTATS D'ÂME

Toi, moi, ton ex et mon ex

Jusque-là, juste de l’ordinaire. Toi, moi, ton ex et mon ex. La vie bien banale d’une tonne de gens. Dans ce monde de consommation et à l’âge où on est rendus, c’est un peu inévitable d’avoir des exs dans le portrait.

Sauf que toi, moi, ton ex et mon ex, on a une histoire pas ordinaire. Parce que j’ai fouillé dans les internets et j’ai pas trouvé à me rassurer ou à tout le moins, comprendre. On en parle nulle part. Pourtant, on doit pas être les seuls à qui c’est arrivé.

On avait des univers bien différents avant. On se connaissait pas, on s’était à peine croisés. Pourtant, nos vies ont explosé en même temps.  Les espoirs, les projets, les sentiments, la confiance, la routine, la quiétude et tous les petits gestes de la vie à deux ont pris le bord de façon inattendue. Mon mien et ta tienne sont partis ensemble du jour au lendemain, nous laissant là avec la rage au cœur.

À l’ère des réseaux sociaux, rien de plus facile de trouver quelqu’un qu’on connaît pas et de lui écrire. C’est ce que j’ai fait. Je t’ai écrit… pour partager ma peine, mes blessures, ma rage, pour te le dépeindre, te vendre ses défauts, le maudire. Pis tu as fait pareil. À tous les soirs, quand tes enfants dormaient, on se rejoignait derrière nos écrans pour parler de ce que nous vivions, panser nos blessures. On a fait ça tellement de soirs. Je crois qu’on attendait l’heure du rendez-vous autant l’un que l’autre.

On a tapé sur nos claviers, parce qu’on pouvait pas taper ailleurs. On a écrit, parce qu’on pouvait pas crier à tous vents nos détresses. Et le temps s’est mis de la partie et la peine s’est écrite en haha!, en LOL, en émoticônes. Les discussions ont fait comme le temps et elles ont glissé. On s’est embarqués sur un terrain glissant.

On a décidé de se rencontrer. Pas de plan, pas d’attentes, comme des amis (bien sûr). On a parlé, on a ri. On a réalisé que nos deux mondes étaient peuplés de plein de similitudes, de connaissances communes et de sensations et sentiments qui se rejoignaient. Sans le vouloir, sans le voir, sans plan, sans attentes, s’est transformé en papillons. Et l’instant d’une nuit, on a balayé les peurs et on s’est aimés.

Y’a rien de rationnel. Y’a rien de conventionnel. Y’a rien de «normal» dans cette situation. On dirait le scénario d’un film de filles. T’as eu peur, et moi aussi. Toi, le cartésien; moi, la rêveuse. Nos peurs sont différentes, mais profondes. On a mis les breaks. Parce que c’est pas bien vu, sûrement, de tomber amoureux de l’ex de l’ex qui est parti avec notre ex. Méchant mélange pas excellent pour l’opinion publique.

Pourtant, j’y crois, parce que laisser le pouvoir à nos exs de décider qui je (on) peux (peut) aimer, ça revient à leur donner le pouvoir de décider de ma (notre) vie.

J’ai peur. Parce que pour une fois, j’ai pas rencontré un trou de cul. Parce que pour une fois, je sens que je pourrais vraiment panser ma tête et mon cœur pour de bon. Parce que je (on) suis (est) tombé amoureuse (amoureux). Et je me dis que si on brasse très fort les PEURS, ça pourrait donner quelque chose comme SUPER.

 

 

 

 

Anonyme

Source photo: Unsplash

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire