ÉTATS D'ÂME DÉVELOPPEMENT Personnel TEXTES DE I.

De l’amour en «shooter»

Un samedi d’été ensoleillé, tu te prépares à faire la fête et à t’amuser avec tes amis comme si la Covid-19 n’avait jamais existé. Je sais, on est loin de là, mais permettons-nous de rêver un peu, OK? Je te présente 2 scénarios:

Le premier: Tu prends un verre en te préparant pour la soirée. Tu danses dans ton salon déjà à l’idée d’y aller, tu te sens euphorique. Tu laisses ce sentiment-là t’envahir et tu bois rapidement ton drink qui te monte à la tête. Tu te rends à la fête et tes amis sont là dès ton arrivée avec des shooters. Ça commence fort que tu te dis et tu veux vraiment en profiter!

PARTYYY!!!

Des nouveaux amis arrivent, une nouvelle tournée de shooters pis crois-moi, pas la dernière. Tu te promets de ralentir, mais tu as un verre à la main et ça se boit comme du jus. Le party est à peine commencé que ça commence déjà à tourner. Je n’ai pas besoin de te dessiner la suite pour que tu comprennes que peu importe ce qui va arriver dans ce scénario-là, le lendemain va être un réveil douloureux avec un goût désagréable. Probablement une pointe de regret. Tu te rappelles de pas grand-chose et ta soirée s’est malheureusement écourtée.

Deuxième scénario: Tu es tellement énervé en te préparant que tu décides de ne pas t’emballer et de boire juste une limonade pour de désaltérer. Tu es euphorique de retrouver des amis, mais tu veux vraiment profiter de ta soirée, alors quand on t’accueille avec des shooters, tu préfères refuser. Tu as déjà un verre à la main, d’un vin que tu adores et tu n’as pas trop envie de mélanger.

Tu as des conversations captivantes, des fous rires, tu rencontres même de nouvelles personnes qui te sont présentées. Tu t’amuses tellement, que tu ne vois pas le temps passer. Tu remplis ton verre de temps en temps, mais tu le dégustes parce que ça goûte tellement bon. Le soleil commence à pointer son nez, tu entends les oiseaux chanter. Impossible! On est restés à discuter toute la nuit? Tu t’endors doucement, avec un sentiment de bonheur. Le lendemain, tu t’autorises une grasse matinée et tu continues de rêver. Cette soirée, tu ne vas jamais l’oublier.

Tout ça, c’est juste une belle métaphore que j’ai dessinée. En fait, les shooters représentent le coup de foudre, le vite consommé. Le sentiment euphorique d’un début de relation qui finit par mal virer.

Combien de fois on s’emballe pour une nouvelle personne rencontrée? On veut trop vite ressentir l’amour, on est pressé de tout connaître, on ne se lâche pas 2 minutes. On se lance fort et ça plante vite… On veut du long terme, mais on continue de se saouler en se demandant comment ça le party finit tôt. On confond l’amour avec le sentiment d’euphorie et comme l’euphorie ne dure pas, on se lasse.

En fait, on pourrait traduire ça par: Aimer, c’est profiter de la soirée, c’est pas rechercher un high, mais plutôt se sentir bien d’une manière plus constante. Comme dans tout, le bonheur en amour ça se construit, ça s’apprend, ça se mérite. La soirée du scénario numéro 2 me semble pas mal plus saine et agréable. Je ne sais pas pour vous, mais moi ça me donne envie de résister à l’envie de boire trop vite et de plutôt déguster un bon vin tranquille. Car au final, même si le party venait à finir, au moins, j’en garderais bon souvenir.

 

 

 

I.

Source photo: Unsplash

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire