ÉTATS D'ÂME DÉVELOPPEMENT Personnel STYLE DE VIE TEXTES DE ISA.

Je refuse que demain ressemble à aujourd’hui

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours craint la routine. J’ai un besoin profond de vivre chaque journée comme une nouvelle opportunité, comme si chaque instant recelait sa propre importance, sa signification. J’ai vécu les dernières années de ma vie dans cette optique-là, spontanément et sans excuse.

C’est donc ironiquement par un de ces jours ordinaires mais extraordinaires que j’ai fait la rencontre de la personne à qui j’ai finalement donné mon cœur (et pour une personne qui ne vit que pour elle-même depuis aussi longtemps, ce n’est pas peu dire). C’est le genre de cliché auquel je ne croyais pas avant de l’avoir vécu, le genre de bonheur auquel je ne croyais pas avant d’y avoir goûté. J’avais déjà rencontré tellement de gens sans jamais trouver ma personne, je n’étais pas prête à aimer quelqu’un aussi profondément.

J’ai appris, chaque jour depuis que je l’ai dans ma vie, mais j’ai surtout dû faire face à ma plus grande crainte: la routine. Elle me fait si peur, que j’ai l’impression d’être sur mes gardes 24 heures par jour pour ne pas la laisser entrer dans mon quotidien…

Parce que j’ai toujours eu l’impression que le jour où tu commences à l’accepter, ça devient dangereux. Parce que c’est ce qui affaiblit les couples, d’avoir l’impression que chaque journée ressemble à la dernière, mais surtout à la suivante. C’est quand tu commences tranquillement à prendre l’autre pour acquis, parce que si demain ressemble à aujourd’hui, il sera toujours là!

Ça devient facile de croire que de vouloir passer moins de temps ensemble est normal, ça devient facile de penser que de montrer à l’autre qu’on l’aime peut attendre à demain, parce que les demains sont infinis et se mettent à s’accumuler. C’est comme entrer dans un mirage, une illusion de normalité dans laquelle on se conforte, sans trop s’en rendre compte. J’ai presque fait l’erreur de m’y faire prendre et j’ai eu peur. J’ai eu peur parce que je ne me reconnaissais plus, mais aussi parce que j’ai réalisé que je ne veux jamais le perdre.

Je refuse de me réveiller chaque matin sans trop lui porter attention parce que je m’en vais au travail et je suis en retard, je refuse de prendre mon cellulaire au souper plutôt que de lui parler de ma journée et lui de la sienne. Je refuse de me coucher à 10h en ayant l’impression d’avoir vécu une réplique du jour d’avant, je refuse de faire moins pour lui montrer à quel point je tiens à lui, je refuse de laisser passer des opportunités d’être la meilleure version de moi-même, autant pour lui que pour moi, mais surtout, je refuse de devenir ce que j’ai toujours craint. Alors je me suis promis de faire autrement.

Je me promets de ne plus laisser passer une journée sans le faire sentir important, je me promets de faire de chaque jour une nouvelle opportunité de vivre la plus belle vie possible, je me promets de continuer de danser avec lui dans les allées de l’épicerie, je me promets de continuer de chanter dans l’auto comme si c’était une soirée karaoké, je me promets de faire des crêpes le dimanche matin, je me promets de me lever les matins où je suis en congé pour l’embrasser en barrant la porte derrière lui qui s’en va travailler, je me promets de l’écouter me raconter sa journée, je me promets de le faire rire chaque jour. Je me promets tout ça et bien plus, maintenant, demain, et aussi longtemps que je pourrai le faire.

Parce que la vie est courte, et j’ai l’intention d’avoir l’impression qu’elle a passé en un instant tellement j’en aurai profité, avec ma personne à mes côtés, dans tous les moments ordinaires et extraordinaires, du premier jusqu’au dernier.

 

 

 

Isa.

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire