STYLE DE VIE TEXTES DE ALEXE. Trucs et astuces Voyages x

Des livres qui vous feront voyager (parce qu’on doit encore rester à la maison)

Allo les lecteurs!

Comme le déconfinement se fait tranquillement et que tout le monde va se pitcher dans les campings et les beaux espaces québécois, je te propose encore une liste de livres!

La sélection du mois de juin est construite de livres québécois qui te feront voyager à travers le monde. Pas pire quand même comme voyage estival.

Alors voici les livres que j’ai choisis pour te faire prendre un peu de soleil ou te donner des idées de destinations voyage pour les prochaines années!

 

Mexique

Au milieu des vivants – Josée Bilodeau, Hamac

«Son amant meurt au milieu d’une tempête blanche de décembre. Sa veuve disperse les cendres aux quatre vents, la laissant seule, sans lieu. Elle aurait voulu que ses restes existent quelque part dans le monde des vivants, là où elle pourrait se prosterner jusqu’à lui, ensevelir ses os, son crâne sous les fleurs, labourer un champ, y faire pousser de l’or, des poèmes ; tout ce qui est précieux. Sur la stèle majestueuse, elle aurait écrit son nom jusqu’à ce que la pierre s’ouvre pour la laisser s’y engouffrer, ou jusqu’à ce qu’il se relève, avec son fameux sourire. À travers un voyage qui la mène aux quatre coins d’un Mexique fantasmagorique, la narratrice lutte contre le temps dans la peur de perdre les prodigieux mystères que son amour a inscrits en elle. Elle le cherche parmi les morts, esprits parmi les esprits, pour qu’une trace de leur histoire persiste.»

 

Les offrandes – Louis Carmain, VLB Éditeur

Crédit: Alexandra Pontbriand (@_la.reserve_)

«Maude a quitté la Côte-Nord pour le Mexique à dix-huit ans. Après des études en criminologie, elle est devenue détective privée, spécialisée dans les affaires de disparition d’animaux domestiques. Quand son ex-belle-mère l’invite dans un restaurant chic, elle présume qu’on aura kidnappé son épagneul tibétain, mais la vérité est bien plus noire. Deux jeunes femmes de ménage ont été retrouvées pendues dans la cour d’un immeuble de luxe.

Voilà comment s’amorce l’implacable mécanique d’un « roman noir initiatique », plongée dans le Mexico des bas-fonds et de la haute, des artistes et des crapules, des monstres et des merveilles.»

 

Haïti

L’odeur du café – Dany Laferrière

«Dans une prose d’une douce sensualité, Dany Laferrière fait revivre le monde grouillant d’humanité et de chaleur du village de Petit-Goâve, en Haïti, où il passe son enfance. L’univers un peu magique du garçon de dix-ans est dominé par la figure de sa grand-mère, Da, qui aime tant le café.»

 

Belgique

Nos mères avant nous – Françoise Pêtre, Leméac

«Une femme, pour simplement parvenir à respirer dans un milieu sans air, sans ouverture, sans horizon, s’est résignée jadis à quitter l’Europe… et sa fille, née d’une relation dénuée d’amour. Mais cette fille devenue grande, devenue mère à son tour, ne lui a jamais pardonné cette fuite et a décidé voilà cinq ans qu’elle ne voulait plus la revoir, jamais.

De retour au pays natal pour visiter sa famille, la narratrice est saisie à la gorge par cette absence radicale. Son entourage lui en voudra de se plaindre et de pleurer puisque cette histoire déjà ancienne est le résultat d’un choix de vie qu’elle devrait mieux assumer. Mais comment accepter la perte ?

C’est à sa fille que la protagoniste écrit, se raconte et décrit ce bref séjour fouillant une plaie impossible à cicatriser. Sa fille qui ne lira pas ce livre.

Le prix de la liberté peut parfois être très cher.»

 

Islande et Gaspésie

Les falaises – Virginie deChamplain, La peuplade

Crédit: Alexandra Pontbriand (@_la.reserve_)

«V. vient d’apprendre que l’on a retrouvé le corps sans vie de sa mère, rejeté par le Saint-Laurent sur une plage de la Gaspésie, l’équivalent « du bout du monde ». Elle regagne là-bas, brusquement, sa maison natale, et se confectionne une « île » au milieu du salon venteux, lieu désigné pour découvrir et mieux effacer – ou la ramener – l’histoire des femmes de sa lignée à travers les journaux manuscrits de sa grand-mère. V. se voit prise dans sa lecture, incapable de s’en détacher. Sa seule échappatoire réside derrière le comptoir d’un bar au village, dans une chevelure rousse aérienne, et s’appelle Chloé.

Les Falaises fait le récit d’un chaos à dompter, d’un grand voyage onirique, historique et féminin, qui de la Gaspésie à l’Islande réunit ces survivantes de mère en fille qui admettent difficilement être de quelque part, préférant se savoir ailleurs et se déraciner à volonté.»

 

Côte-Nord du Québec

L’épidemie de VHS – Alexandra Tremblay, Del Busso 

Crédit: Alexandra Pontbriand (@_la.reserve_)

«Avant de le rencontrer, je me faisais des bleus pour tromper mon ennui sur la Côte-Nord. J’avais envie de trouver quelqu’un qui pourrait enfin me ressembler. J’avais les genoux et le ventre mauve temps de chien, rose malsain et jaune amer. La futilité était une notion que j’ignorais.

Cette histoire s’est passée à une époque où j’étais blême et à bout de souffle à force de m’étouffer avec l’air du temps. Tout sentait trop l’eau de Javel, le gaz, le varech, la glaise et le feu : c’était le printemps à Colombier.»

 

Berlin

Les crapauds sourds de Berlin, Simon Lambert

«La femme, c’est ce qui tient la ville. Elle est partout, sur les écrans et les calendriers, montée sur des talons ou passée au fer plat. Nos avancées technologiques n’y changeront rien, la denrée qu’on vend le mieux reste la femme. Mais que se passe-t-il quand ça ne tient plus? Quand les images placardées sur les murs commencent à montrer leurs premières failles, et le désir dressé ses premières limites? Quand s’égrène, tout à coup, cette beauté qui suscite l’adhésion et qui sait si bien faire que se résorbe l’angoisse?»

 

Rosemont

Excellence Poulet – Patrice Lessard, Héliotrope

Crédit: Alexandra Pontbriand (@_la.reserve_)

«Coin Papineau et Saint-Zotique.

Luc Touchette est assassiné dans la ruelle derrière sa garderie, qui se trouve dans le même immeuble que le Salon Spa Afrodite. Y a-tu juste une autre place que Montréal où ça se peut de mettre une garderie à côté d’un salon de massage érotique ? s’indigne Mélissa Picard, éducatrice en deuil de son patron, devant le sergent-détective Sylvain Paquet qui ne sait trop quoi répondre, ÉROTIQUE ! hurle l’éducatrice, c’est quoi le lien avec une garderie, hein? pis après c’est le bordel pis vous vous demandez pourquoi !

Gill Papillon, notre héros, fréquente la rôtisserie Excellence Poulet, à un jet de pierre de la garderie. Il n’a rien à voir dans cette histoire mais il est curieux et, depuis son retour forcé du Portugal, s’ennuie. C’est comme ça qu’il finira par s’en mêler.»

 

Les rosemonteries – Sébastien Ste-Croix-Dubé, Triptyque

«Les rosemonteries, actes et situations possible sur le territoire de Rosemont, constituent un réservoir anthropologique infini. Surtout lorsqu’Adam – microbrasseur de son métier et fin observateur des menus détails de la vie – se revèle d’une veillée alcoolisée. Il vient de se faire laisser par son amoureuse et erre d’un bar à l’autre à la recherche de la pièce qui lui manque pour réperer un fermenteur.

Dans la nuit du 24 juin, Adam parcourt les rues festives de ce quartier d’une faune de travailleurs de shop, la chaleur suffocante et les condos champignons. Le narrateur observe son environnement, l’admire, le célèbre et le critique. Il tisse souvenirs et visions grâce à ses petits carrés de papier buvard gorgés de LSD. Dans ce récit picaresque, les portes de la conscience explosent l’une après l’autre, et la vérité de l’existence, elle, devient de plus en plus claire.

Les rosemonteries, odyssée urbain délirante, est un voyage intérieur en plein cœur d’une société en mutation.»

 

Bien que cette liste aurait pu être aussi longue que cette pandémie, cette sélection sont des livres qui m’ont marqués plus que d’autres, mais qui m’ont certainement fait sortir de mon petit appartement.

Bonne lecture xo

 

 

 

Alexe.

Source photo: Unsplash

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire