STYLE DE VIE TEXTES DE ALEXE. Trucs et astuces x

Héliotrope – mes tops lectures au féminin

Pour faire suite au mois dernier, j’aimerais vous présenter des maisons d’édition québécoises que j’aime beaucoup et qui sont souvent mes go-to quand je cherche une nouvelle lecture. Ce mois-ci, je vous présente les éditions Héliotrope avec une petite twist féminine, pour souligner la journée internationale des droits des femmes que nous avons vécue en début de mois.

Héliotrope, c’est quoi, c’est qui? C’est une maison d’édition montréalaise fondée en 2006 par Florence Noyer, qui en est toujours la directrice. Depuis 2015, Héliotrope ajoute à ses publications traditionnelles (littérature, livres illustrés et essais), une collection de romans noirs!

C’est grâce à cette collection que j’ai commencé à m’intéresser à cet éditeur, pour ensuite explorer les autres publications. Certain.e.s auteurs.trices publient plus souvent que d’autres chez Héliotrope. Je pense à Martine Delvaux, Catherine Mavrikakis, Olga Duhamel-Noyer ou encore Maureen Martineau (pour ne nommer que des femmes).

Pour rester dans la thématique féminine, voici mes romans préférés chez Héliotrope (je ne les ai pas tous lus encore, donc cette sélection n’est pas exhaustive)! Et ensuite, les plus récentes publications des autrices de Héliotrope!

 

Mes préfs:

 

Zec la croche – Maureen Martineau

«Haute-Mauricie. Le train avance lentement entre lacs et forêts. À la gare de Rapide-Blanc, la vieille Mikona Awashish en descend pour rejoindre sa fille qui l’attend sur le quai. Par la fenêtre du wagon, l’agent de protection de la faune André Chillas épie les deux Atikamekw, persuadé qu’elles sont là pour braconner. Mais c’est à un autre type de chasse que les femmes ont l’intention de s’adonner. Et elles entraîneront dans leur sombre dessein la jeune Lorie, venue se recueillir au bord du lac à Matte sur le site de camping où sa mère a été tuée l’été dernier. Un paradis où la nuit venue, rôdent toutes sortes de prédateurs.» – Héliotrope

Un roman de girl power où chaque femme est forte et résiliente, où celles-ci tenteront de prendre le contrôle sur leur vie, leur destin. C’est aussi un excellent livre de camping, si tu veux te donner une petite frousse une fois la nuit tombée.

Menthol – Jennifer Bélanger

«Une jeune femme aux prises avec des douleurs chroniques cherche à comprendre et à apprivoiser son mal. Depuis quelques temps, elle s’évanouit dans les lieux publics, sans que la médecine puisse l’expliquer. Des années plus tôt, elle a rompu avec sa mère, alors que cette dernière était hospitalisée. Tout semble pourtant la ramener à l’enfance, dans un univers clos, en tête à tête avec une mère qui passait ses journées en robe de chambre devant la télé, à fumer.» – Héliotrope

 

Un sujet souvent abordé en littérature, les relations mères-filles. Pourtant, dans ce roman d’auto-fiction, l’autrice nous décrit le mal de cette relation qui possède maintenant son corps. Un roman plein de sincérité et une exposition pure à cette difficulté de rompre les liens familiaux.

Je n’en ai jamais parlé à personne – Martine Delvaux

«En octobre 2017, devant la vague de témoignages suscitée par le mouvement #moiaussi, j’ai senti une urgence : une fois sorties du silence, nous ne devions pas y retourner. C’est la raison pour laquelle j’ai lancé un appel. Ce livre est une chambre d’échos. Un chœur. Sans déesse ni héroïne en tête, des voix avancent. Nous faisons front commun.» – Martine Delvaux, Héliotrope

 

Ce livre est tellement puissant, fort en émotions! J’avais de la difficulté à prendre des pauses de lecture, pourtant c’était nécessaire à cause des évènements violents qui sont relatés dans le livre. C’est l’histoire de centaines de fxmmes, racontée comme si ce n’en était qu’une. C’est aussi la preuve que chaque histoire, bien qu’elle soit différente et vécue individuellement par chaque victime, c’est l’histoire de trop de fxmmes.

Chienne – Marie-Pier Lafontaine

«Cette autofiction raconte une famille dans laquelle un père sadique et tout-puissant fait régner la terreur. Le projet est simple : décrire avec précision l’effroyable barbarie d’un homme qui roue sa fille de coups, qui la tient en laisse, qui la force à marcher à quatre pattes, à manger sous la table, sans que la mère s’interpose jamais. Personne ne s’étonnera si l’enfant, devenue grande, finit par mordre.» – Héliotrope

 

Un tout petit roman, une plaquette littéralement. Un coup de poing dans le ventre. Une histoire épouvantable, que l’on ne souhaite à personne, mais qui, encore aujourd’hui et trop souvent, ce produit dans plusieurs familles au Québec. Un roman que je vous conseille, si vous êtes un lecteur.trice averti.e.

 

Les dernières publications:

 

Marécages de l’utopie – Catherine Fatima

««Ce qui me fait venir ne me plaît pas» et les hommes ne valent pas toujours leur pesant de porno, constate Catherine Fatima, à l’aube de ses vingt-cinq ans. Comment réconcilier ses croyances politiques utopistes avec la réalité marécageuse de sa vie romantique et sexuelle? En relevant le défi de tout dire, le temps de quelques saisons. C’est l’ambition de ce roman en forme de journal.

De Toronto à Paris, de Tours aux Açores, d’où ont émigré ses grands-parents, Fatima fait des rencontres qu’elle consigne de façon décomplexée, toujours à l’écoute de ses fantasmes et répulsions. Au fond de son sac, sur les étagères de ses amants et dans les courriels de sa professeure, les mots d’une foule de philosophes l’accompagnent et alimentent sa prose, d’une vivacité réjouissante.» – Héliotrope

Le monde est à toi – Martine Delvaux – Édition de poche

«Je ne sais pas si ce livre est une liste de conseils, de consignes, de recommandations ou d’explications. Si c’est mon regard sur le monde, sur toi, sur moi, ou sur nous. Si ce sont des morceaux d’avenir ou des fragments de mémoire. Ou si, tout simplement, c’est une lettre d’amour, la suite du geste que je pose quand je te prends dans mes bras, ton long corps élancé que je ne peux plus attraper en entier, et que je te dis que je t’aimerai toujours…

Dans ce texte sensible, écrit à l’orée de l’essai, Martine Delvaux interroge son rapport à sa fille. Elle ausculte l’amour et réfléchit à ce qu’il y a de féministe en lui. Comment le féminisme l’informe, et comment cet amour (entre une mère et sa fille) informe la pensée féministe. Car peut-on penser le féminisme, demande-t-elle, sans penser l’amour?» – Héliotrope

La loi du jour et de la nuit – Emmanuelle Caron

«Son mari Armand parti à la guerre, Marguerite retourne vivre avec son fils dans l’étrange forêt qui l’a vue grandir. Ce faisant, elle doit renouer avec Ornella, une mère tyrannique qui, dans son atelier de parfumerie, se livre toujours à ses rituels occultes. Autour de la maison, un grand chien rôde, les poules sont étranglées, une glaire blanchâtre recouvre les plantes du sous-bois. Et un géant, venu rallumer le feu dans l’âtre, lui apprend qu’une ennemie d’Ornella prépare sa vengeance. Marguerite, pour protéger son fils, n’aura d’autre choix que de participer à l’affrontement.

Pendant ce temps, en Indochine, Armand est fait prisonnier. Dans la colonne de captifs en marche vers les camps, il suit son camarade, Camille, qui a imaginé leur fuite. Au détour du sentier s’ouvrira une brèche dans la jungle : il leur suffira de se laisser glisser vers le fleuve noir, où les crocodiles les attendent, et peut-être aussi, au bout d’un long périple, leur salut.» – Héliotrope

 

Je commence justement La loi du jour et de la nuit, vous pourrez consulter mon avis littéraire sur ma page Instagram.

Chaque mois de mars, je participe au défi #marsauféminin afin d’encourager les autrices d’ici et d’ailleurs. C’est vraiment une belle façon de promouvoir les écrivaines et de trouver de nouvelles lectures. Je vous encourage encore et toujours à visiter vos librairies de quartier. Vos libraires sauront certainement vous guider vers des livres de toutes sortes.

Bonne lecture!

Clique ici pour le site Internet de la maison d’édition.

 

 

Alexe.

IMG_8858

Source photos: La Réserve

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire