Je suis une balle de laine

Mon intérieur est fait de ficelles entremêlées. Les nœuds y sont serrés. Chaque fois que j’arrive pour tirer sur l’une d’elles, tout se resserre encore plus qu’avant. J’essaie tant bien que mal, mais j’étouffe. Ce sentiment que j’ai depuis toujours, qui fait en sorte que je ne suis jamais pleinement heureuse. Ce gribouillis intestinal qui m’oppresse les organes intérieurs. Ce texte est difficile à écrire, car il traite de mon «mal-être».

L’anxiété y est pour beaucoup faut dire… Ce foutu démon à 8 pattes et 4 yeux… Il en détruit sur son passage, et il en fait des mottons dans mon lainage. J’ai appris à vivre avec lui. Je croyais qu’il était mon pire ennemi. Aujourd’hui, il fait partie de qui je suis. Il est comme un coloc désagréable, mais qu’on aime quand même. Il est tout de même responsable de cette boule noire. Je suis tellement pognée, qu’il faudrait passer un coup de ciseaux là-dedans une fois pour de bon… Mais je me retrouverais avec pleins de retailles éparpillées, donc ne serait pas plus avancée…

Toujours stressée qu’on ne me choisisse pas pour faire le beau chandail en tricot de mamie pour noël, car je demande trop d’énergie à déprendre. Nous vivons dans une société où il y est plus facile de remplacer, que de réparer. Faque la vieille balle de laine, elle prend le bord… Pourquoi m’aider à tout défaire quand un homme peut avoir mieux ailleurs? Vous allez me dire que je n’ai pas besoin de quelqu’un d’autre pour y arriver, mais je suis fatiguée… Je ne trouve plus l’énergie.

Ce texte fût court, j’en conviens. Je n’ai pas toujours les mots juste, et parfois ce qui vient vraiment de l’intérieur, ne prend pas un texte de 500 mots pour l’exprimer…

M.

 

Publicités