Prendre une grande inspiration de soi-même


DÉVELOPPEMENT, Personnel, x / vendredi, janvier 19th, 2018

La reconnaissance. Un concept qui fait naître plusieurs questions en moi depuis un bon moment déjà. Pourquoi avons-nous à ce point besoin de la reconnaissance et de l’acceptation de l’autre? L’être humain carbure beaucoup à l’influence et cherche à créer une différence dans la vie des autres, à inspirer les gens qu’il rencontre et à provoquer un changement chez autrui. Marcher chaque pas dans le but d’être remarqué, félicité, aimé et reconnu, comme si l’approbation des gens nous donnait la force nécessaire pour continuer d’avancer.

Pourquoi n’avons-nous pas le même réflexe avec nous-mêmes?

Gandhi l’a si bien dit : tu dois être le changement que tu veux voir dans le monde!

Plutôt que de nous efforcer de faire bifurquer le chemin de l’autre, pourquoi ne pas simplement modifier notre propre voie? Si évolution rime avec bonheur, n’est-il pas plus important d’évoluer soi-même pour être heureux?

Suite à une de mes lectures, je me suis posé cette question : quels sont tes 5 grands rêves de vie? Ma réponse a été bien surprenante parce qu’aucun de ces grands rêves n’impliquait l’apport d’une autre personne. M’inspirer. Voilà mon premier grand rêve. Je reviens souvent sur ce principe : être la meilleure version de moi-même. Travailler chaque jour à m’offrir ce qui se fait de mieux.

J’ai la profonde envie de m’inspirer moi-même et c’est ce que je nous souhaite à tous, car se trouver inspirant et être fier de soi et de son évolution propre, c’est un peu ça la route vers le bonheur.

Le bonheur n’est pas un concept universel et ne veut pas dire la même chose pour chacun d’entre nous. C’est pourquoi il prime de trouver sa définition du bonheur, sa grande quête. Pour moi, être heureuse consiste à vivre selon ma nature profonde en développant ma personnalité afin de me permettre de jouir de la vie et du monde qui m’entoure avec la sensibilité la plus riche possible. Il est impossible d’être profondément heureux en agissant à l’encontre de sa nature profonde. Un lion ne peut pas devenir la meilleure version de lui-même dans une cage.

À trop vouloir changer les autres, à trop vouloir agir pour l’autre, on en oublie notre essence et l’impact que nous pouvons avoir sur notre propre vie.

Être inspirant, c’est surtout agir. Discuter des choses à faire, des actions à prendre ou des rêves à réaliser n’est que la première étape. Mettre en action, voilà le véritable défi. Nous avons la mauvaise habitude (moi la première) de toujours attendre quelque chose : le bon moment, le bon partenaire, le budget suffisant. Ce n’est à mon avis que des défaites, car travailler pour s’inspirer est un lourd contrat qui peut vraiment faire peur.

S’inspirer n’engage pas un parcours sans erreurs, bien au contraire! Quand je me trompe, que je réalise mon erreur et que je trouve une solution pour corriger cette bourde, je suis honnêtement fière de moi. Quand je discute avec quelqu’un ou que je lis quelque chose et que je réalise que j’ai tort et que j’apprends à peaufiner mon idée, à ouvrir mon esprit et que j’évolue, c’est à cet instant que je suis si heureuse de prendre une bonne inspiration de moi-même.

 

 

 

M-M.

marie-michèle imbleau

Source photo : Unsplash

Publicités

Laisser un commentaire