Mon monde idéal


ÉTATS D'ÂME, TEXTES DE CLAU., x / jeudi, juin 14th, 2018

J’ai lu dernièrement une citation qui disait que derrière chaque personne cynique, se cache un idéaliste désenchanté. D’ailleurs, on dit de l’idéaliste qu’il a souvent une conception utopique des valeurs sociales. Donc, si je me fie à cette définition, je peux affirmer haut et fort que je suis une idéaliste. J’ai toujours l’impression que tout pourrait être mieux, que les gens (incluant moi-même) devraient être plus respectueux, qu’ils devraient réfléchir plus, manger mieux, travailler mieux, s’occuper mieux de leurs enfants, être plus responsables, etc. Sérieusement, je dois être lourde à supporter, puisque mon désir d’un monde meilleur fait de licornes et de barbe à papa se transforme en cynisme à peu près tous les jours.

Même si je sais que ce monde n’existera jamais, et que même s’il existait il ne ferait pas l’unanimité, j’aime m’amuser à imaginer comment il serait si je pouvais tout décider. Tout d’abord, dans mon monde, le président des États-Unis ne serait pas un narcissique misogyne qui tire l’humanité vers le bas, puisque les Américains n’auraient pas voté par millions en sa faveur. Ce serait une personne humble et inspirante, qui amènerait les citoyens et les citoyennes à vouloir se dépasser et à être de meilleures personnes, chaque jour.

Ensuite, dans mon monde, personne n’ouvrirait le feu sur des foules avec des kalachnikovs comme s’il s’agissait d’un vulgaire jeu vidéo. Il n’y aurait pas de haine ni de racisme, et ces armes d’assaut n’existeraient pas. On pourrait marcher sur la rue, aller voir un spectacle ou aller à l’école sans avoir peur de se faire descendre. Aussi, on ne retrouverait pas d’enfant de deux ans, poignardé, dans les poubelles de la Ville de Québec. On ne retrouverait pas non plus de fillette de onze ans, morte de froid, intoxiquée par l’alcool, dans les communautés inuites du Nord du Québec. Les gens seraient heureux et accomplis, personne n’aurait besoin de s’engourdir par la drogue ou l’alcool. Il n’y aurait pas non plus de père de famille au casino le dimanche matin en train de dépenser sa paie du mois prochain dans l’espoir d’une vie meilleure pour lui et ses enfants; ils auraient déjà une belle vie. Les personnes âgées seraient respectées, puisque notre valeur comme être humain ne serait pas définie que par le travail.

O.K., j’arrête ici, je pourrais m’enfoncer pendant plusieurs pages encore tellement il y a de trucs qui n’ont pas de sens pour moi. D’un autre côté, j’ai beaucoup d’espoir. Même si je suis parfois cynique, j’essaie de mettre le focus sur les petites victoires du quotidien, sur les projets innovateurs, sur les belles initiatives et sur les personnes motivantes et positives de notre monde. Je vous laisse donc sur une citation de Barack Obama que je trouve particulièrement inspirante (et idéaliste à la fois):

«Let us reach for the world that ought to be.»

 

 

 

Clau.

IMG_2781

Source photo: Unsplash

Publicités

Laisser un commentaire