ÉTATS D'ÂME DÉVELOPPEMENT Personnel TEXTES DE L. x

Tu es plus que juste une maman

À la seconde où tu m’as annoncé ta grossesse, je savais que c’était la fin de notre amitié. C’est probablement rough à entendre, j’en conviens et crois-moi, c’est une page difficile à tourner. Surtout, ça me chavire le cœur de faire le choix volontaire de ne pas être dans la vie de ton bébé. En même temps, est-ce vraiment si volontaire?

On a toujours eu beaucoup de points communs, mais nos différentes valeurs creusaient un gros fossé entre nous. Puis, ce fossé est devenu un énorme cratère après ton accouchement. Tu n’es plus la même. En fait, je crois que tes petits défauts qui étaient parfois mignons se sont bonifiés et sont devenus difficiles à gérer pour ton entourage. En ce moment, tu fais le choix de repousser les gens qui tenaient à toi par tes comportements excessifs et beaucoup trop contrôlants par rapport à ton rôle de maman.

Publicités

En effet, à l’instant où tu m’as appris que tu étais enceinte, tu as perdu toute ta personnalité pimpante pour te transformer uniquement en mère, un peu robotique. Tes sujets de conversations ne tournaient qu’autour de ça. Plus un mot ne sortait de ta bouche sans que ce soit par rapport à ta bédaine ou à ton bébé. Et dans un sens, je comprends, tu as toujours voulu ça, ton rêve se réalisait enfin, mais c’est devenu extrêmement lourd, très rapidement. N’ayant pas encore d’enfants, nos priorités n’étaient plus les mêmes et petit à petit, on s’éloignait. Puis, plus on s’éloignait, plus tu t’enfonçais dans ton monde de maman, et ce, pas toujours de façon saine.

Le fait de toujours vouloir tout contrôler peut te sembler sécurisant, mais la vie ne se contrôle malheureusement pas. Tu n’as pas le choix de lâcher prise parfois et de jouer un autre rôle de temps en temps. Je ne te dis pas de ne pas penser à ton enfant pendant ce temps, mais il te faut trouver un équilibre dans tout ça. Tu es une mère, oui, mais tu es aussi une fille, une conjointe, un sœur et une amie et ça, tu n’étais pas supposée l’oublier.

Honnêtement, ce que je veux que tu retiennes du message que je te lance aujourd’hui, ce n’est même plus au sujet de notre relation d’amitié, mais plutôt pour ton bien-être et celui de ton enfant. Tu dois t’ouvrir aux gens autour de toi si tu veux que tout se déroule pour le mieux dans un futur bien rapproché. Tu as le droit de demander de l’aide, d’être épuisée et de vouloir une pause de temps en temps. Puis, arrête de t’en vouloir dès que quelque chose ne se passe pas comme dans les livres de maternité. Tout le monde sait que tu fais de ton mieux et ça revient à ça être maman… faire de son mieux.

Alors, lâche prise, applique des moyens pour retrouver un peu de zénitude et fais confiance à la vie. Tu vas voir que ce n’est pas si pire de s’abandonner quelques fois et de ne pas tout contrôler. Et puis, je crois franchement qu’il y a moyen de prioriser ta petite famille sans avoir à négliger le reste pour autant.

Mais t’sais, encore faut-il vouloir changer pour y arriver. À toi de voir si le jeu en vaut la chandelle…

 

À lire aussi:

Rupture amicale

Le jour où j’ai réussi à lâcher prise

 

 

 

L.

IMG_8876

Source photo: Unsplash

Publicités

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire