DÉVELOPPEMENT Personnel TEXTES DE SAN. x

Les émotions dans toute leur splendeur

Ça fait au moins une heure que je suis en train de chercher comment je vais pouvoir aborder le sujet d’aujourd’hui. Pourtant, tout semble clair dans ma tête, j’ai tellement d’idées que finalement, elles se bousculent toutes les unes aux autres, et je ne sais pas comment les ordonner pour en faire un texte clair et concis. D’ailleurs, j’ai déjà 2 pages Word écrites sur le sujet, sauf que je n’arrive pas à les réduire pour en faire un texte de la taille d’un article de blogue… Va falloir que je fasse court, donc concentre-toi, la grande, sinon t’es repartie pour une 4e page!!

Je désire te parler des émotions; oui, ces fameuses réactions qu’on ressent tous, mais avec lesquelles nous ne sommes pas toujours super à l’aise. Si je parle de la joie, là ça va, tout le monde est d’accord pour dire que c’est plaisant d’être joyeux. En fait, qui ne veut pas être heureux, gai?! Peu importe la façon dont tu exprimes ça, tout le monde veut être bien dans la vie. Par contre, si on parle de la tristesse ou de la colère, là ça se gâte, et il commence à y avoir des yeux qui se baissent. Pourtant, on les vit tous ces émotions dites négatives, mais on est mal à l’aise de dire qu’on se sent en colère ou triste, un peu comme si ça n’était pas bien:

«Non, tu ne devrais pas être en colère, voyons, t’es adulte, calme-toi!»

«Tu ne vas pas encore pleurer, c’est pas vrai, grandis un peu…»

Quoi??! J’hallucine quand j’entends ce genre de commentaires. Ça me tue, pour dire la vérité. Est-ce que le fait d’être adulte devrait faire de nous des êtres dénués d’émotions?! NON, pas que je sache.

Je vais être claire, tout le long de ta vie, tu vas être traversé par des émotions, et le jour où t’en n’auras plus, eh bien, tu seras mort. Je dis bien traversé, parce que oui, une émotion, c’est une vague qui monte et qui redescend, qui traverse et bouleverse parfois tout ton être. Elle ne doit surtout pas être refoulée, tue, ou cachée… non.

Une émotion, quand tu la ressens, tu la vis à fond les ballons. Si c’est la colère, t’es mieux de la laisser sortir, alors c’est sûr que te rouler par terre à 40 ans, ça fait pas très sérieux, mais trouve une autre façon de l’exprimer: va taper dans un ballon, un coussin, va crier, sors marcher, courir, danse… Bref, fais quelque chose qui va te permettre de laisser circuler toute l’énergie qui est en toi.

Si maintenant, je te parle de tristesse, c’est la même chose, ouvre les vannes des émotions et pleure comme tu n’as jamais pleuré. Limite, si je ne te conseillais pas d’écouter des chansons tristes, de regarder un film d’amour bien quétaine pour tout relâcher. Ah, puis ça te fera une belle excuse si on te pose des questions sur tes larmes, et que tu n’es pas encore prêt à en parler ouvertement!

Donc, en gros, les émotions, peu importe leur couleur, leur saveur, leur odeur ou leur consistance, t’es bien mieux de les vivre que d’y résister, parce que sache que sinon, elles vont te revenir dans les dents avec encore plus de force que la première fois.

Et puis, en passant, t’auras compris qu’une émotion, ça ne se gère pas… puis si tu ne l’as pas compris, reprends le texte à partir du 2e paragraphe!

Peu importe l’émotion que tu ressens, sache qu’elle est là pour te faire passer un message et te faire grandir. Tu as toujours un apprentissage à en tirer, et rappelle-toi qu’à chaque fois que tu traverses une période un peu plus houleuse, tu viens de te débarrasser d’une couche. Une couche de croyances, de blocages, de conditionnements, de peurs ou de limitations.

En gros, vivre ses émotions dans toute sa splendeur, c’est faire du shadow work en direct, et ça, ça me fait tripper!

 

 

San.

Source photo: Unsplash 

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire