ÉTATS D'ÂME TEXTES DE C.S. x

J’ai eu 30 ans

J’ai eu 30 ans en septembre 2020. 30 ans… j’ai peur de ce chiffre.

Plus jeune, je me projetais dans le temps. Je me scénarisais une vie, et ça ressemblait à tout sauf à ce que je vis présentement.

Plus jeune, je m’étais dessinée une vie… je me disais qu’à 25 ans, j’aurais trouvé l’homme de ma vie. L’homme avec qui je fonderais ma famille… celui avec qui j’aurai 2 enfants, une maison et un chien. Plus jeune, je me disais aussi que plus tard, je voudrais me donner entièrement à ma famille.

Il n’y a pas longtemps, j’avais encore 29 ans, j’approchais la trentaine et je vous avoue, je n’ai jamais eu autant d’anxiété qu’à mes 29 ans. Pourtant avant ça, je n’avais eu de crise d’anxiété qu’une ou deux fois à mes 28 ans, alors que j’étais avec celui que je croyais reproduire le dessein que je me faisais plus jeune sur ma vie d’adulte, Ce n’est pas pour rien que mes crises d’anxiété n’ont apparu qu’à ce moment… nous ne sommes plus ensemble, et vous savez quoi, c’est bien mieux comme ça. C’est quelqu’un de formidable, ne me comprenez pas mal… mais il n’était pas pour moi, ça ne fonctionnait juste pas, nous deux.

Bref, j’ai compris que oui, j’ai un contrôle sur ma vie, mais d’un autre côté, ce qui est dû pour arriver se doit d’arriver, que ça me plaise ou pas.

Mon dessein est donc à recommencer. J’ai ressenti plusieurs effets désagréables et, après plusieurs discussions avec une bonne amie et plusieurs recherches sur mon état, je suis tombée sur un article qui énumérait mes «symptômes» comme suit:

  • Vous commencez à mentir sur votre âge (Pour moi, j’ai 29 ans depuis maintenant 1 an et 3 mois).
  • Vous faites des listes de succès et d’échecs (dans ma tête…).
  • Vous doutez de vous (Pas complètement, mais il peut arriver quand j’ai un down…1-2 fois par mois).
  • Vous vous dites que vous finirez seule avec 30 chats (et vous le pensez)! (Bon, pour ma part c’est plutôt des chiens, sorry pour les cat lovers, no offense).
  • Vous êtes nostalgiques quand vous voyez les choses qui sont désormais hors de portée (OH QUE OUI, plus les personnes que les choses).
  • Vous vous comparez fréquemment à vos «pairs»!
Source: 8 symptômes qui prouvent que vous faites votre crise de la trentaine

Bon, OK, les autres symptômes ne me concernaient pas trop, mais quand même, 6 sur 8! Vous comprenez ce que j’essaie de vous expliquer? Je ne suis sûrement pas la seule à être passée par là! Je vivais la crise de la trentaine!!!

Je ne voulais rien savoir de fêter pour mes 30 ans. «Mais qu’est-ce que je m’en fous d’avoir trente ans. Regarde-moi, je n’ai que mon job dans ma vie… je n’ai pas mon prince sur son cheval blanc – d’ailleurs, il s’est surement perdu en chemin – et je n’ai pas d’enfants. Toutes mes amies sont mariées… je ne demande pas la lune…», je disais à mes proches.

J’avais l’impression de me trouver dans un film à l’américaine, un mélange de 27 Dresses et de The Devil Wears Prada… T’sais, la femme qui a son job de rêve et qui y met tout son temps et son âme et en oublie d’avoir une vie amoureuse… je suis comme elles, mais je n’ai pas oublié de m’en faire une vie amoureuse, ça ne fonctionne juste pas. Et pourtant, j’adore ce que je suis en tant que femme accomplie.

Je me fais souvent reprocher d’être bien trop picky. Personnellement, je ne trouve pas… je dirais plutôt que je suis sélective. Comprenez-moi, je ne veux pas être avec un homme, seulement pour être avec quelqu’un. Je LE veux. Je crois vraiment que chacun et chacune de nous a quelqu’un qui nous est réservé/destiné. Reste à le trouver…

Plus les jours passaient, plus ma date de fête approchait, plus j’angoissais. Le 18 septembre finit par arriver. Mes amis m’ont fêtée sur 1 semaine (COVID oblige, pas de gros rassemblements et distanciation).

Je dois avouer un chose, je n’ai pas eu un aussi bel anniversaire – bon peut-être que oui, quand j’étais au primaire, je m’en souviens pas trop – mais disons que cette semaine-là m’a sortie d’un d’état émotionnel sombre dans lequel je me trouvais. J’étais épuisée. Tannée de ma routine. Une ancienne fréquentation me manquait comme pas possible et par-dessus tout, j’entrais la trentaine. Ça y’est, je venais d’avoir 30 ans. J’avais peur!

Peur de ce qui allait se passer à partir de là… et les questionnements commencèrent:

Allais-je un jour avoir des enfants (t’sais, l’horloge biologique tourne…)?

Est-ce que je vais enfin me décider à m’acheter l’auto de mes rêves?

Est-ce que je procède à un autre investissement?

Des questions et encore des questions…

Bref, je n’ai pas tout de suite eu de réponses… mais les quelques couples de semaines qui suivirent ont été surprenantes… Geneviève, copropriétaire de C & C m’a contactée pour que je deviens collaboratrice (first win). J’ai passé quelques entrevues dans la compagnie dans laquelle je travaille et j’ai eu un poste que je voulais depuis un moment (2nd win).

J’ai donc décidé de voir la vie différemment. Plus positivement. Je peux énumérer toutes les belles choses qui me sont arrivées dans ma vie jusqu’à aujourd’hui. Compter le nombre de personnes qui ont été bénéfiques à ma vie et qui ont été présents dans mes moments où moi-même je ne me supportais plus, ma famille qui ne m’a jamais lâchée…

Tu sais quoi, chaque chose arrive en son temps. Ça ne vaut pas la peine de s’acharner sur certains aspects de la vie. Celui qui est fait pour moi apparaîtra sûrement un jour ou l’autre, et la porte sera grande ouverte.

La vie est belle et il faut profiter de chaque instant, donc arrêtons de nous morfondre et voyons la vie comme une aventure, faisons en sorte qu’elle ait une belle fin.

Nous avons encore plein de belles choses à vivre, peu importe l’âge que nous avons.

30 ans n’est qu’un chiffre et je commence à drôlement l’apprécier.

Et vous, comment avez-vous vécu votre 30ème? Ou comment voudriez-vous le vivre?

 

 

C.S.

Source photo: Unsplash 

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire