DÉVELOPPEMENT Professionnel TEXTES DE CetC Woman Crush x

WOMAN CRUSH – MJ Deziel

J’ai rencontré MJ lorsque je travaillais comme réceptionniste au même salon où elle était coiffeuse. Son énergie, son talent, mais aussi son style créent l’unique femme qu’elle est. Vous verrez sa belle transparence durant l’entrevue. Une jeune femme attachante, et surtout, fonceuse, qui s’écoute pour vivre ses rêves.

Bonne lecture! Pascale :)

 

Nom: MJ Deziel

Originaire de: Montréal (Rive-Sud lol mais 10 ans à Montréal)

Âge: 28 ans

Profession: Entrepreneure, Propriétaire du Studio APART

 

Quel est ton parcours de carrière?

J’ai étudié en Photographie et Art graphique au cégep avant de lâcher ça, par manque d’organisation et de structure – quand le TDA kick in, c’est semi difficile, un environnement d’apprentissage traditionnel.

C’est lors d’une visite au bureau de ma mère dans le centre-ville que j’ai eu mon premier real talk sur mon futur. J’ai toujours aimé aller la voir chez L’Oréal, les beaux bureaux jet set où tout le monde look freakin good, haha. Il y a une énergie électrisante là-bas. J’allais souvent voir ma mère donner ses cours dans la salle de conférence. Elle était incroyable. Ses amies du département de coiffure m’ont demandé d’être modèle lors d’un congrès de coiffure. I had nothing better to do. Next thing you know, j’allais découvrir ce qui allait devenir ma vie à temps plein. Ma première intro au monde fascinant de la coiffure a été au Allied Beauty Association, un congrès de coiffure au palais des congrès. J’ai des frissons encore haha, je devais avoir 17-18 ans, peut-être. C’était énorme, l’énergie était dans le tapis, les gens étaient excentriques, beaux, stlylish (ou vraiment fckin quétaines lol). J’étais starstruck! C’est comme si un nouveau monde coloré s’était ouvert devant mes yeux tellement gris de jeune adulte qui a aucune idée de son parcours de vie, tu comprends?

Le lendemain, je m’inscrivais dans mes cours de coiffure, let’s go! L’environnement d’apprentissage est tellement différent; c’était conçu pour moi, on dirait, haha. J’avais des bonnes notes ENFIN, j’avais une belle relation avec mes profs (que je salue d’ailleurs) Je sais pas si tu sais à quel point ça fait du bien à l’estime de savoir qu’il y a des gens qui croient en ton potentiel et qui te valorisent, mais manit did good for me! Shout out à L’école des métiers des Faubourgs-de-Montréal!

Ensuite ma carrière a commencé… attache ta tuque. Je suis sortie de l’école avec la grosse tête: Je savais couper des cheveux, tassez-vous de là! HAHA! Je me suis fait répondre de « prendre mon gaz égal » et que je devais « manger mes croûtes », ce à quoi j’ai répondu : « J’ai pas de voiture pis j’aime mes sandwichs pas de croûte », as in, let me fckin thrive, merci. Je pense que j’ai une approche très new school de la coiffure et j’aime penser qu’on peut approcher l’industrie autrement.

So 2012, je gradue, je commence dans un salon, ça va pas assez vite à mon goût, je décide de changer pour devenir assistante d’une artiste internationale (Catherine Allard) qui a été une personne clé dans mon parcours. C’est auprès d’elle que j’ai acquis plusieurs connaissances sur le field. Je l’aurais suivie au bout du monde, mais nos chemins se sont séparés quand j’ai voulu devenir coiffeuse dans ce salon et que mon patron ne me sentait pas prête.

2013: J’ai changé de salon, j’ai menti et j’ai dit que j’étais coiffeuse depuis un an. Ma première journée a été un enfer, j’avais pris tellement de retard que j’ai fini par retourner 2 clients chez eux car le salon fermait… J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps. Je voulais quitter. Le lendemain, j’ai retroussé mes manches et j’ai goalé ma journée. J’ai passé 2 ans dans ce salon extrêmement hardcore, style bootcamp, où j’ai énormément appris sur le savoir-être et comment un salon successful fonctionnait. Par contre, j’avais de grandes aspirations. J’ai gagné ma première compétition de coiffure Quebec New Talent, et je me suis fait recruter dans l’équipe artistique de Redken CANADA. Ma carrière hors salon débuta.

2014: Je commence mes premiers gigs d’enseignement pour Redken. J’accompagne des artistes et je les assiste dans leurs classes, tout en continuant ma carrière en salon.

2015: Je deviens assistante pour la première campagne canadienne de REDKEN FOR MEN, j’aide à travailler les looks pour le look book et je commence enfin à donner mes premiers cours indivuellement au Régional et National.

2017-2018: Je suis devenue le visage de REDKENBREWS, le rebranding de REDKEN FOR MEN. Un énorme milestone dans ma carrière. J’atteins le sommet beaucoup trop rapidement et ça me fait soudainement peur. Les attentes sont hautes, je voyage le monde entier, je fais des stages d’une ampleur énorme, c’est étourdissant et très isolant. Sous les apparences glamour, il y une solitude immense. La charge de travail est énorme, ta vie devient ta carrière, il n’y a plus de place pour le reste. J’ai grandi d’un coup, haha! Je ne regrette absolument rien, c’était mon rêve en entrant dans le monde de la coiffure. Je suis allée au bout de ce que j’avais à vivre. I’ve done it, now what’s next?

2019: Je reprends mes esprits, haha et j’ouvre APART, c’est le début d’une aventure tellement plus grande que moi. Je trip. Je build quelque chose ici chez moi. J’ai signé chez TEAMM Management, une agence de talents, je suis heureuse d’explorer une autre dimension de la coiffure, plus fashion oriented.

2020: Covid.

Parle-nous de APART studio!

APART, c’est l’endroit de rêve, c’est le sentiment d’appartenance, c’est l’esprit d’équipe, le concept d’interdépendance. Ce sont les meilleurs humains réunis sous un même toit pour offrir une expérience unique à ses clients. APART, c’est plus grand que la coiffure. L’aura du studio, c’est tous les gens qui gravitent autour dans son orbite. Notre équipe, notre clientèle, nos partenaires, n’importe qui qui met les pieds au studio entre en quelque sorte dans la famille. C’est un endroit qui permet de se développer à son plein potentiel, c’est une équipe qui se fait grandir. Nos clients bénéficient non seulement d’une équipe talentueuse au niveau technique, mais elle aura toujours affaire à des coiffeurs au savoir-être exceptionnel. Il y a cette énergie qui règne au studio, on est perchés au 4ème étage d’un vieux building dans un loft rempli de plantes, où la lumière fuse de partout, et où le vibe est bon all the time.

Qu’aimes-tu le plus de ton travail?

Les gens. Je suis une grande passionnée. Au-delà des cheveux, j’aime l’esprit des gens. Je leur joue dans les cheveux, mais aussi dans la tête, haha! J’apprécie la beauté sous toutes ses formes. L’art, la mode, le design, la musique, mon travail est connexe à toutes ces sphères.

Comment vis-tu la COVID?

Des hauts et des bas, comme tout le monde. Je suis une grande optimiste anxieuse. Je vois le verre d’eau à moitié plein, mais j’ai toujours une boule dans l’estomac lol. Je suis extrêmement bien entourée. Mon équipe est solide. Ça nous a tous rapprochés en quelque sorte. Le succès d’une entreprise se mesure à sa capacité de se relever. Ça passe ou ça casse. Et pour nous, on est devenus plus proche que jamais…  à 2 mètres de distance, bien sûr.

Comment tu t’es démarquée?

Humm, bonne question… J’ai fait exactement ce que j’ai voulu faire au moment où je devais le faire et ça a donné de quoi de pas pire. J’ai fait à ma tête, mais en suivant mon cœur… une maudite chance que ça a fonctionné. Mon succès, je le dois à tous ceux qui m’entourent, qui me font confiance, qui me supportent et me suivent dans ma vision. J’ai surtout eu beaucoup de support de mes proches, ce qui m’a donné une confiance qui m’a permis de me réaliser.

Quelles sont tes inspirations, d’où elles viennent?

Mes inspirations sont très cosmopolites, j’ai eu la chance de voyager le monde lors de mes contrats à l’international. J’ai eu la chance de m’imprégner de d’autres cultures, ce qui a grandement influencé mon style. Tokyo, New York, Londres, Sao Paulo, Rotterdam, Zurich, Berlin, name it…c’est un mash up de mes souvenirs qui forge mon style.

Quelle est ta plus grande fierté?

Le sentiment de bonheur qui m’habite. Outre tous les beaux accomplissements, ça c’est superflu. C’est de me lever le matin et être heureuse de le faire jour après jour.

Qu’est-ce qui distingue ton compte Instagram des autres? Pourquoi te suivre?

Je sais pas, haha, you tell me. Je pense que j’ai un bon ratio vie perso/professionnelle. Assez de cheveux. Assez de chats et assez de moi qui nargue ma copine, haha.

 

Pour la suivre, c’est ici: @mjdeziel

 

 

 

C. & C.

Source photo: Kelly Jacob 

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire