DÉVELOPPEMENT MODE&BEAUTÉ Personnel Professionnel TEXTES DE CetC Woman Crush x

WOMAN CRUSH – Rebeka Brossard

Rebeka et moi, on s’aimait pas au cégep! Elle me trouvait l’air bête et je trouvais qu’elle se pensait bonne avec sa grosse chevelure crêpée à la mode des années 2006-2007 (j’étais juste jalouse). Mais bon, il ne faut pas juger un livre par couverture, qu’ils disent! Un peu plus de 10 ans plus tard (ouf, ça nous rajeunit pas!), on s’est reparlées sur les réseaux sociaux et on s’est découvert plusieurs points communs, comme la mode, les voyages et dire ce qu’on pense sans filtre. Rebeka est un modèle de femme forte pour moi et je voulais qu’on vous la présente aujourd’hui!!

 

Nom: Rebeka Brossard

Originaire de: Rive-Sud de Montréal

Âge: 32 ans

Profession: Acheteuse & Planificatrice

 

Tu as un poste super intéressant et convoité chez Rudsak. Quel est ton parcours professionnel?

Je dois retourner en arrière jusqu’à mes études. J’ai commencé en me lançant dans les chiffres, parce que c’est un sujet que j’ai de la facilité à manier. J’ai donc décidé d’aller faire mon DEC-BAC en comptabilité. Pendant mes études en comptabilité, j’ai rencontré une personne qui étudiait le même domaine que moi et pendant les cours d’été de notre troisième année, elle m’a dit qu’elle avait pris la décision de changer de domaine : elle allait plutôt aller compléter un BAC en gestion industrielle de la mode.

Étant une passionnée de la mode, je me suis tout de suite intéressée au sujet et j’ai fait mes recherches. Je n’ai jamais pensé aller en mode, puisque le dessin, l’imagination et la création n’étaient pas mes forces et je croyais qu’être designer était le seul métier qui pouvait être exécuté dans ce domaine. En faisant mes recherches, je me suis rendu compte que le BAC en gestion industrielle de la mode pourrait être un bel amalgame entre la mode et les chiffres/la stratégie. J’ai donc décidé de me lancer!

Pendant mes études, je me suis rapprochée d’un de mes professeurs qui est vite devenu mon mentor. Il m’a suggéré d’aller étudier à l’étranger et m’a fortement suggéré une université à Florence où j’ai décidé d’aller faire une maitrise en Luxury and Lifestyle Management. Je ne vais pas m’éterniser, mais disons que ça a été la plus belle année de ma vie.

À mon retour au Québec, il m’a été facile de me trouver un emploi avec mon CV. J’ai donc été embauchée dès mon retour comme gestionnaire de production pour une compagnie de bijoux haut de gamme. J’ai vite réalisé qu’il n’y avait pas beaucoup d’ouverture dans le domaine de la production à Montréal, je me suis donc retournée vers le merchandising et j’ai trouvé un emploi chez Rudsak comme Allocatrice. J’ai vite changé pour aller chez Michael Kors, parce qu’il n’y avait pas assez de possibilités d’avancement à ce moment chez Rudsak. C’est chez Michael Kors que j’ai monté les échelons rapidement en faisant mes preuves. Après plus de 3 ans, j’ai quitté Michael Kors, pour une raison que j’explique à la prochaine question, pour finalement retourner chez Rudsak comme Acheteuse.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Rébéka Brossard (@fashionistareb)

Quel est ton parcours en tant que créatrice de contenu?

J’ai eu la chance de participer à une télé réalité, ce qui m’a permis d’augmenter ma plateforme Instagram. Par la suite, ça m’a pris une bonne année ou même deux avant de trouver le créneau vers lequel je désirais me concentrer. Une fois notre «marque» établie, on réussit à aller chercher un plus grand auditoire.

Tu as un côté foodie. D’où ça vient cette passion pour les bons restos et les bonnes bouffes?

J’ai une tante, qui est ma meilleure amie, et elle m’a toujours trimbalée dans les meilleurs restos de Montréal. C’est elle qui m’a donné la piqûre.

Nous avons vu que tu abordais souvent sur ton compte Instagram le body positivity, l’acceptation de soi. Qu’est-ce qui t’a amenée là?

J’étais ado et je me trouvais grosse avec mon 100 lbs toute mouillée (merci aux critères de beauté établis par la société qui sont pratiquement inatteignables). Malgré tout ça, j’ai appris tranquillement à m’aimer comme je suis. On voit de plus en plus de personnes d’influences qui montrent ce que sont les vrais corps. Durant la pandémie, j’ai découvert 2 comptes Instagram (@thebirdspapaya & @mikzazon) qui abordent le sujet et ça a vraiment été ça, qui m’a donné le dernier petit boost que ma confiance avait besoin. Ça m’a vraiment fait du bien et je voulais partager ça avec ma communauté. Je me suis dit que si cela a changé ma vie, peut-être que ça peut aider à changer celle de quelqu’un d’autre.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Rébéka Brossard (@fashionistareb)

Justement, comment tu combines ta passion pour la bouffe et ton estime de toi, ton acceptation de ton nouveau corps?

Évidemment, adorer la nourriture = je mange beaucoup et j’aime satisfaire mes cravings. Je vais être super honnête, est-ce que j’aimerais perdre 20 livres? Certainement, mais je ne suis pas prête à le perdre en changeant mes habitudes alimentaires. Je ne suis pas en train de dire que je mange super mal ou que l’on devrait le faire, je crois que c’est important d’avoir un bel équilibre. Pour moi, je suis beaucoup plus heureuse en mangeant ma portion de carbs au souper qu’en rentrant dans mes jeans d’il y a 5 ans.

Qu’aurais-tu à dire aux jeunes filles qui sont aux prises avec des problèmes d’estime de soi, par exemple à cause de leur poids ou leur corps qu’elles n’aiment pas?

Dis-toi que tu es le corps rêvé de quelqu’un d’autre. La personne que tu envies est sûrement plus complexée que toi. Il n’y a personne de satisfait à 100% avec son corps ou son physique. Il faut voir la beauté dans tous tes défauts; c’est tellement normal d’avoir des bourrelets quand tu t’assoies ou d’avoir le gras de bras qui shake, c’est ce qui fait la beauté du corps humain. Tout le monde est unique et ce n’est pas parce que tu manges la même chose que ta voisine et que vous faites les mêmes entraînements que vous allez avoir le même corps. Ne te compare pas et surtout pas avec les médias sociaux. Tu es belle, tu es forte, you can do it!

Tu es célibataire et indépendante, on t’admire pour ça. Comment apprivoises-tu ton célibat et le fait de « riding solo »?

Je crois que dans la vie, il est tout d’abord important de s’aimer soi-même avant d’aimer quelqu’un d’autre. Ça a l’air d’une phrase vraiment clichée, mais lorsque tu as une belle confiance en toi, ça t’amène une relation beaucoup plus saine. Au contraire, si ce n’est pas le cas, tu t’en rends compte assez rapidement. Dans mon cas, je suis au stade où je suis très bien avec moi-même; je n’ai pas besoin d’une autre personne pour être heureuse. Ça fait quelques années que je suis célibataire parce que j’ai seulement envie de laisser entrer une personne qui sera une valeur ajoutée à ma vie. Comme le dit si bien le dicton: je préfère être seule que mal accompagnée.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Rébéka Brossard (@fashionistareb)

Qu’est-ce qui distingue ton compte Instagram des autres? Pourquoi te suivre?

Ma page est tout d’abord axée sur la mode, mais en même temps je montre les vraies choses. L’été, une photo en bikini… tu vas la voir ma cellulite et mon bourrelet de dos, parce que c’est normal et c’est ce qu’on devrait voir. En plus, je partage tous mes repas juste parce que je trouve ça beau de la bouffe, ahah!

À quoi ressemble ta journée type ou ta semaine type, combinant ta carrière, ta création de contenu, ta vie personnelle?

J’ai un horaire assez traditionnel de 8 à 5 et j’utilise tous mes soirs pour essayer d’avoir une vie sociale (un peu plus difficile avec la Covid). Sinon, mon contenu, je le crée le week-end, parce que la lumière naturelle est tellement importante et avec mon horaire de semaine, c’est impossible pour moi d’avoir assez de soleil.

Quel est ton plus gros défi au quotidien?

Rester focus. Je suis une personne ambitieuse, qui a la tête pleine de projets; parfois, je perds le focus sur ce qui est vraiment important. J’essaie de garder la route.

Quels sont tes projets futurs à court et moyen terme?

Je suis tellement contente, je me pars en business avec une amie. Je me suis jointe à sa compagnie de marketing d’influence: Taylor Communication et on la gère maintenant à deux. C’est vraiment un beau défi pour moi et j’adore vraiment ça.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Rébéka Brossard (@fashionistareb)

Pour notre curiosité:

La première chose que tu fais en te levant? Je regarde mon cell haha, la seule façon que je ne me rendorme pas.

Ton mantra? De me dire que je suis belle et de le penser.

Ton vice? Le sucre ou l’alcool (lol… well il y a du sucre dans l’alcool)!

Qui t’inspire? Pendant longtemps ce fut Eminem, maintenant c’est une grande partie de mon entourage.

Ton livre fétiche? Une lecture récente qui m’a ouvert les yeux sur beaucoup de choses: Respire! Le plan est toujours parfait, de Maud Ankaoua

Ton produit de beauté préf.? Le mascara Hypnose Drama de Lancôme, ça fait 15 ans je l’utilise.

Ta destination voyage de rêve? L’Afrique!

Le prochain élément sur ta bucketlist? Voyager!!!

 

Pour ne rien manque du contenu de Rebeka:

Page Instagram de Rebeka  / Taylor Communication

 

 

 

C. & C.

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire