J’ai pas de filtre


ÉTATS D'ÂME, DÉVELOPPEMENT, Personnel, TEXTES DE L., x / mercredi, novembre 1st, 2017

Un jour, une personne de mon entourage m’a dit que je manquais de jugement. Sur le coup, ces mots m’ont transpercé la poitrine, jusqu’au cœur. Je me questionnais à savoir s’ils étaient justes. Sans jugement, peut-être pas, mais sans filtre, certainement! Oui, c’est vrai, je ne me questionne peut-être pas assez avant de parler. Une de mes amies compare cela à une diarrhée verbale, t’sais, quand ce que tu veux dire est plus fort que ce qui tente de le retenir. Tout ça a un lien avec mon impulsivité, j’imagine. J’agis maintenant, je me questionne plus tard.

Parfois, comme dans ces moments-là, je sens que je trahis mes amis, ce qui m’attriste vraiment, parce que je me considère comme une bonne amie; présente, loyale, amusante et toujours partante. Mon problème, c’est que je suis un livre ouvert. Je n’ai tout simplement pas de jardin secret, parce que je suis habituée depuis toujours à parler de ce que je ressens et à exprimer ce que je pense (merci bien, maman).

Mon jardin à moi, il est public. Tout le monde y a accès. En effet, mon cercle de connaissances (proches ou moins proches) sait tout de moi, et ce, à propos de tout; ma vie amoureuse, sexuelle, familiale, mes craintes, mes angoisses, mes joies et mes déceptions. TOUT! Je suis aussi très forte sur l’autodérision, j’utilise donc mes propres anecdotes cocasses que je raconte pour rire et faire rire. Sauf qu’il arrive parfois que celles-ci contiennent des informations sur une autre personne que moi. Et, vu mon manque de censure personnelle, un renseignement dicté par une personne qui m’est chère peut me sembler anodin ou même banal. Puis, à la blague, cette information peut être lancée aux spectateurs de ma vie… d’où le « manque de jugement ». Jugement différent du tien, ça se peut fort bien.

Personnellement, si je dis quelque chose à une amie, je n’ai pas d’attentes envers celle-ci. Dans ma tête de fille libérée, il est évident qu’elle va en parler à quelqu’un d’autre, qui va, lui aussi, probablement en glisser un mot à une autre personne. Et si je ne veux pas que ça se produise, je spécifie que je préfère que cette information demeure secrète. Quoi que, soyons honnêtes, rien ne reste secret bien bien longtemps de nos jours.

Heureusement, les gens que je côtoie me connaissent pratiquement par coeur et savent que je suis comme ça, qu’on a oublié de me poser un filtre à la naissance. Je dis tout ce que je pense, tout le temps. Je chiale constamment aussi. Si j’ai chaud, si j’ai faim ou si je vis une émotion quelconque, tu vas le savoir. Et pour être certaine que tu as bien compris, je vais probablement le répéter à 2 ou 3 reprises. Si j’ai une chanson en tête, tu vas me l’entendre chanter jusqu’à ce qu’elle devienne un ver d’oreille pour toi aussi. Lorsque je veux quelque chose, tu vas m’entendre en faire l’éloge jusqu’à ce que je l’obtienne. Si quelque chose ne fait pas mon affaire, je m’objecte, j’argumente en mon sens, je manifeste haut et fort mon mécontentement. Je suis comme ça.

Par contre, je commence à apprendre à mettre mes gants blancs. Après tout, tout se dit, tout dépendamment de la façon qu’on le dit. J’apprends aussi à voir qui est comme moi et qui préfère ne pas être dérangé dans son jardin fermé à double tour. Faire la différence m’aide dans ce fameux jugement que je développe avec les années.

Je vois ma transparence comme une qualité, comme une force. J’ai simplement compris que parfois, elle peut être utilisée contre moi-même, me mettre dans le trouble ou faire croire aux autres que je ne suis pas quelqu’un de confiance. C’est un couteau à double tranchant, mais ça fait partie de mon charme, de mon intensité. Ça me rend facile d’approche et accessible aux autres. Bref, si c’était possible et qu’on me proposait de me faire poser un filtre sur le champ, je refuserais catégoriquement. J’aime la personne que je suis, filtre ou pas.

La porte de mon jardin est grande ouverte. Toi, serais-tu game d’y entrer?

 

 

L.

laura

Publicités

4 réponses à « J’ai pas de filtre »

  1. A mesure que je lisais, je me suis reconnue et pour cause ! Tantine… Que dire de plus.
    Celà dit je suis fière moi aussi de la personne que nous sommes . À bas les filtres !

  2. Wow. Malade. Je t’adore déjà. Je suis exactement comme ça. Sauf que je l’accepte moins bien. Mais je suis pas capable de changer. Pis j’ai rencontré quelques rares personnes qui m’aiment et m’acceptent . Merci mon dieu. Je suis encore aimable 😉😊 et plus seule 😍 anick

Laisser un commentaire