Être « heureuse »… Vraiment?


ÉTATS D'ÂME, DÉVELOPPEMENT, Personnel, x / jeudi, novembre 3rd, 2016

Être heureuse. Ça veut dire quoi? Je ne saurais dire moi-même si je suis heureuse en ce moment. Selon le Petit Robert (2010), les deux grandes définitions du qualificatif « heureux, heureuse », ce sont : « favorisé par la chance, le sort » et « qui éprouve, procure du bonheur, de la satisfaction ». D’accord, mais qu’est-ce que le bonheur? « Chance » ou « État de la conscience pleinement satisfaite ». Avouez que c’est large.

Quand je dis « je suis heureuse », je veux dire quoi? Je veux dire que je ressens de la joie, du plaisir, de la satisfaction, un certain bien-être, et encore. Je peux aussi être heureuse parce que l’emploi que j’ai me convient ou que me contenter de peu me satisfait.

J’ai l’impression qu’être heureuse, que rechercher le bonheur, a pris des proportions immenses. Comme si cet état de conscience devait être un objectif à tout prix, et surtout en tout temps. Qui est constamment heureuse? Pas moi en tout cas. J’en ai des journées chiantes, des moments de doute, des craintes, des angoisses, etc. Mais j’ai aussi le sourire aux lèvres quand je prends soin de moi, que je vois des amis, que je prends l’air, etc. Alors, est-ce grave de ne pas être heureuse parfois? Eh bien, non!

J’ai longtemps eu un horaire surchargé avec les études, le travail, le yoga, le théâtre, un copain, une famille et des amis. Est-ce que j’étais heureuse? Bonne question. J’étais passionnée et intéressée. Je ressentais la joie et le plaisir. Je m’enrichissais du contact avec les autres.

Certes, j’étais fatiguée. Je ne voulais parfois pas entretenir une grande conversation. Et je n’étais pas toujours à l’écoute ou souriante. Dans ces moments-là, je n’étais pas heureuse. Mais ce n’était pas tout le temps comme ça. Aujourd’hui, j’ai plus de temps libre dans mon horaire. Est-ce que je suis plus heureuse? Non, pas nécessairement.

J’apprécie le temps que je prends pour moi. Je suis passionnée par le yoga. Je me réjouis de mes discussions entre collègues, entre amis, avec mon copain et ma famille. Je suis ravie de passer du bon temps avec les gens que j’aime. Je suis pleine de gratitude envers ces petits moments où mon cœur s’emballe.

Et j’ai aussi des questionnements, des peurs, des journées où la fatigue l’emporte. Des temps de solitude où je souris juste moins. Est-ce que je suis malheureuse pour autant? Non. Je ne ressens simplement pas de joie particulière, de satisfaction quelconque, de plaisir. Il n’y a rien de mal là-dedans. Je suis heureuse, et malheureuse. Et je trouve que ça me va bien!

Et vous? Êtes-vous heureux/euse?

P.

Publicités

Une réponse à « Être « heureuse »… Vraiment? »

  1. Excellent texte.
    C’est vrai quand on y pense que l’expression « être heureux » peut être prise de différentes façons. Je crois que le bonheur est principalement temporel ou périodique. Comme vous le dites dans votre texte, à certains moments nous sommes heureux et à d’autres nous avons des bas et sommes malheureux. D’être heureux tout le temps serait une forme de perfection et nous savons tous que la perfection n’est pas humaine.
    Certaines personnes dites « Sages » atteignent un niveau de bien-être spirituel qui fait qu’ils ne sont pas influencés par ce qui leur arrivent de l’extérieur puisqu’ils ont un contrôle total de leur attitude… Mais encore, est-ce qu’une personne ayant une attitude positive 100% du temps existe vraiment ?

Laisser un commentaire