ÉTATS D'ÂME TEXTES DE E. x

J’aimerais que tu sois mon porte-avion

J’ai toujours aimé cette image: celle du porte-avion. Non pas celle du navire de guerre perdu en haute mer prêt à recevoir et projeter des aéronefs sur commande. Mais plutôt celle d’une personne bien spéciale avec qui l’on a envie de se poser et ne plus repartir. Et dès que je t’ai vu… j’ai su. J’ai su que c’est à toi que je dédierais ce billet, peu importe quand il serait publié.

J’aimerais que tu sois mon porte-avion. Que tu m’accueilles dans tes grands bras afin de m’y réfugier un moment et tout oublier. Que tu sois mon porte-avion où je puisse me poser. Pas juste poser tout le poids de mon corps, mais aussi mon âme par moments. Que tu puisses sentir mes craintes, mes joies, les battements de mon cœur, mes insécurités, la chaleur entre mes cuisses, que tu puisses me calmer avec ta voix envoûtante et ta présence rassurante.

Publicités

Je veux que tu sois mon porte-avion, qui m’accueillera pour me reposer en cas de besoin, un gentil port d’accueil où je pourrai m’abandonner. Un porte-avion bienveillant qui me fera sentir que j’ai atterri chez moi… près de toi.

Un porte-avion adepte de caresses et de câlins. Un porte-avion qui ne me donnera plus envie de repartir et de rester encore une nuit lovée contre toi. Parce que j’ai besoin de ta présence, de ta chaleur et qu’il s’adonne que je t’ai choisi toi pour me poser. Je veux que tu sois le porte-avion qui refusera de me laisser partir… parce qu’après tout, ça sert à ça un porte-avion: atterrir.

J’aimerais que tu veuilles me garder le plus près possible de toi, mon bel amour. Que je devienne cet appareil dont tu te languis de voir apparaître dans les airs juste parce que tu sais qu’il va accoster près de toi. Si jamais tu décidais d’accepter ce rôle, je te promets que jamais je n’en abuserai. Je crois que je t’aime trop pour ça…

Depuis un moment déjà, je rêve d’être ce porte-avion pour toi, que tu viennes t’enlacer aussi parfois en moi. Que tu te laisses couvrir par mes baisers, mes caresses et ma douceur. Que tu te délaisses de ta carapace et te laisses envelopper par ce que j’ai de plus beau à t’offrir… car j’en ai tant à te donner, beau porte-avion.

Tu as un prénom qui inspire l’amour et j’avais très envie de le vivre, le goûter, le découvrir avec toi.

Il y a cet écrivain français, Daniel Pennac, que j’aime beaucoup. Son personnage principal, Benjamin Malaussène, rencontre une femme, Julie, dont il tombe follement amoureux. «Tante Julia» ressent la même chose pour Benjamin, mais elle a soif de liberté et d’indépendance. Alors elle lui propose ceci: «Et voilà que moi aussi je te veux. Comme porte-avion Benjamin. Tu veux bien être mon porte-avion? Je viendrais de temps en temps faire mon plein de sens». Et le pragmatique Benjamin de lui répondre: «Pose-toi, ma belle, et envole-toi aussi souvent que tu le veux, moi, désormais, je navigue dans tes eaux».

Je n’ai pas la sagesse de Benjamin ou de Julie. Moi, je te veux dans mes eaux peu importe la couleur: claires, troubles, mélangées, limpides, obscures et tout le bordel! Moi, j’ai envie de toi dans ma vie pour de bon. Ne pas simplement être un lieu où te poser pour ensuite mieux repartir vers d’autres cieux. Moi, j’aimerais que tu m’accompagnes dans ce qu’il y a de plus beau, mais aussi de plus difficile et de douloureux dans la vie. Qu’ensemble, nous devenions les meilleures versions de nous-mêmes, pas simplement le temps d’un bref instant.

Moi, j’ai envie de toi beau porte-avion, mais tu ne veux pas m’accueillir, ne serait-ce même que pour une nuit. Avec justesse, tu sens bien le risque que je m’accroche de plus belle et refuse à jamais de redécoller.

On ne peut pas empêcher un cœur d’aimer comme un avion de s’envoler. Alors  même si j’ai de la peine, je n’ai pas le choix de te laisser filer et souhaiter que tu veuilles un jour te reposer près de moi. Si jamais l’envie te prenait, sache que je ne t’attends pas, mais que je serai toujours là. Je serai toujours là.

Nous savons tous les deux que cela n’arrivera pas, tu es bien trop prudent pour cela. Alors envole-toi beau porte-avion et emporte tous les sentiments que j’ai pour toi… et il y en a beaucoup.

Je te l’ai déjà dit, mais je me répète: elle est chanceuse celle à qui tu permettras d’accoster dans tes eaux. Je l’envie déjà et la jalouse. Moi, j’aurais aimé être cette femme-là. Prends soin de toi, beau porte-avion.

 

 

E.

IMG_7232

Source photo: Pexels

Publicités

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire