ÉTATS D'ÂME Maman STYLE DE VIE TEXTES DE L.

L’idéalisation de la grossesse

Maintenant que ma grossesse est terminée et que je suis nouvellement maman, je peux vous affirmer que ce n’était pas du tout l’expérience que je pensais vivre quand je m’imaginais porter mon bébé. Je ne veux surtout pas me plaindre, parce que je connais ma chance d’avoir été témoin de l’évolution d’un bébé en santé. Par contre, je crois que c’est bien de parler du fait que la grossesse ce n’est pas nécessairement toujours une partie de plaisir.

Je partais de loin dans ma tête puisque j’attendais ce moment depuis si longtemps. Tellement longtemps que je l’idéalisais au plus haut point. J’avais eu en masse de temps pour visualiser cette belle étape de ma vie… et oh, comme je la voyais parfaite! En même temps, c’est normal puisqu’on entend et on voit souvent juste le beau, juste ce que les femmes et les couples veulent bien dire et nous montrer. Dans ce sens, je pense, qu’il y a plusieurs sujets encore tabous par rapport à tout ce qui touche à la maternité.

Certaines de mes amies déjà mamans m’avaient prévenue des possibles nausées et/ou brûlements d’estomac, mais il y a beaucoup plus de symptômes et de maux que je pouvais l’imaginer. Bien entendu, chaque femme vit chaque grossesse différemment, mais pour ma part, plusieurs douleurs rendaient le quotidien très difficile. Puis, chaque trimestre apporte son lot de surprises. Lorsque les nausées se terminent enfin, d’autres bobos frappent à ta porte.

Il y a aussi ces fameuses hormones dont je vous parle depuis plusieurs textes, mais qui ne sont certainement pas négligeables. Elles peuvent nous faire douter, craindre, pleurer et être irritable et impatiente à tout moment. Comme si on ne contrôlait plus notre corps et notre esprit par moments. C’est exactement comme ça que je me sentais; comme si je n’étais plus MOI.

Puis, le beau positif auquel je m’attendais, que j’avais tant imaginé ne s’est pas du tout déroulé comme prévu. J’avais tellement hâte de sentir bébé bouger, entre autres, mais mon bébé était petit et mon placenta était placé devant. Ce qui fait que je n’ai senti bébé que très tard dans la grossesse et à peine. Je n’ai pas connu la belle bédaine ronde et parfaite non plus, comme on voit passer sur les réseaux sociaux. Encore une fois, c’est probablement parce que les bédaines plus difformes, poilues ou vergeturées ne sont pas assez montrées.

Vous me direz peut-être que vous aussi avez connu tout ça, que je ne suis pas une exception à la règle. Eh bien, c’est exactement ça mon point; c’est très souvent ça la vie des femmes enceintes. C’est rare que je rencontre une femme en plein 3ème trimestre qui se sente épanouie, désirable, bien dans sa peau, dans sa tête et son corps. Si c’est le cas, c’est génial, mais si ce ne l’est pas, je pense que ça fait du bien au moral de savoir que nous ne sommes pas seules à vivre certaines embûches et à ne pas vivre la grossesse que nous avons toujours idéalisée, souvent depuis toutes petites.

Malgré ces 9 mois plus ou moins évidents, je revivrais les choses de la même façon, encore et encore, parce que c’est de cette façon que j’ai créé mon parfait petit bonhomme. C’est une expérience assurément en montagnes russes, mais qui, au final, vaut tellement de l’or.

Je crois seulement qu’il faut parler davantage des difficultés que certaines femmes peuvent rencontrer durant cette période. Ce n’est pas toujours rose et c’est une bonne chose de savoir que tu n’auras pas nécessairement le même glow qu’Ashley Graham, que Iskra ou que Elisabeth Rioux affichaient fièrement sur Instagram et c’est bien correct comme ça.

Je vous laisse ici une des dernières publications d’Ashley Graham. Le genre de publications qui me montre qu’on tente de détruire un tabou et qui me donne espoir.

 

 

«Je voulais vous montrer que tout n’est pas arcs-en-ciel et papillons!»

 

À lire aussi:
Ma première grossesse
Montée de lait maternel

 

 

 

L.

Source photo: Unsplash

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire