La première impression


ÉTATS D'ÂME, STYLE DE VIE, TEXTES DE S-M., Trucs et astuces, x / mardi, septembre 19th, 2017

J’ai fait un test scientifique avec les standards de la NASA et du Reader’s Digest combinés, les résultats confirment que certaines personnes méritent la médaille d’or de la première impression tandis que d’autres ont besoin de cours de rattrapage.

AVERTISSEMENT : Le masculin et le féminin sont choisis au gré de ma fantaisie, mais les cas peuvent s’appliquer à tout le genre humain.

Étude de cas numéro Uno :

Appelons le Brad, pour les besoins de la cause. Le genre beau bonhomme avec le six packs, qui te vomit toutes les phrases des films de filles romantiques avec un air bien convaincant de gars qui sauve des bébés chiens comme loisir. Tu te dis : C’est trop beau pour être vrai! Voilà Championne, tu as tout compris. C’est pas vrai, c’est trop beau, ça cache quelque chose. Mais on oublie ça rapidement, car il te fait une solide première impression pis ta petite voix qui t’avertit en cas de danger imminent est muette de bonheur. Mais après, ça « chire ». Monsieur l’Olympien de la première impression est finalement pas si cool. Il a des défauts qu’il avait oublié de te montrer, comme des vices cachés, genre le moisi camouflé dans le sous-sol d’une maison pendant une vente.

asaf-r-300803

Étude de cas numéro 2 : La fille « M’a pas sourire d’un coup que je ride »

Ce spécimen se divise en 2 catégories. Tu peux pas savoir avant ce que tu pognes, c’est comme les Kinder surprises : ça peut être surprenant ou décevant. La fille qui ne sourit pas est peut-être bien sélective dans ses amitiés, très gênée ou juste pas fine. C’est plate, mais ça arrive. La première impression va être mauvaise, je te le dis tout de suite. Tu vas penser que c’est le pire jour de sa vie et te questionner sur la présence (ou absence) de dents vu que tu les as pas vues. Mon conseil de biscuit chinois : celui qui va à la pêche, pognera du poisson, mais ne contrôlera pas ce qui mord à l’hameçon. En gros, tends-lui des petites perches amicales; si tu vois un peu son visage se plisser, c’est bon signe, c’est un pré-sourire. Dans quelques semaines, tu vas découvrir quelqu’un de fabuleux avec un rire contagieux. Par contre, si son expression faciale est là même que lorsque quelqu’un vomit en public, recule. Sauve-toi.

kyle-broad-29486

Étude de cas numéro 3 : La personne Monopoly

Le genre j’ai tous les terrains, 65 hôtels, plein de cash et je mets 90 photos de ma vie de célébrité sur les réseaux sociaux. C’est le genre que tu as pas besoin de rencontrer vu que tu sais déjà tout à cause des publications sur les Internets. Ce type de gens est admiré, mais quand le vernis craque, des fois la réalité est moins glamourous. Moi personnellement, je dois avoir vécu dans une hutte toute ma vie pour ne pas avoir compris comment on se réveillait maquillée comme pour un bal. Le matin, si je n’ai pas enlevé mes peintures de guerre la veille, je ressemble à un raton laveur qui a mangé une volée. Si je me fie à Instagram, y’en a qui maîtrisent solide l’art de dormir immobile les yeux ouverts pour pas gâcher coiffure et maquillage. Ma première impression : on joue pas dans la même ligue. Je suis pas chick de même au réveil et mon linge match pas toujours. Voilà c’est dit.

eaters-collective-129481

Étude de cas numéro 4 : Le monde YOLO

À ce stade, tout dépend du degré. Mais quand la première chose que quelqu’un te dit, c’est qu’il a super hâte de faire du bungee pas de corde pour le feeling de le vivre une fois intensément dans sa vie, tu peux te confirmer intérieurement qu’il sera wild jusqu’à la fin. Et que celle-ci arrivera bientôt. Pour d’autres, plus modérés, c’est de saisir chaque occasion. D’habitude, c’est du monde qui ont l’air super confiants. En cas d’invasion d’antilopes meurtrières, ils seraient prêts à leader l’humanité et à mettre leur vie en péril. Mais serait-ce les premiers à se cacher lorsqu’il vient le temps d’affronter les vrais dangers ? Par exemple, goûter à des biscuits faits par des enfants de la garderie ou aller chez Costco le dimanche? Je continue l’enquête pour trouver des réponses.

jan-traid-364539

Étude de cas 5 : L’humain classique aussi surnommé le monde ordinaire

La première impression est correcte, elle ne te laisse pas de la paillette d’éblouissement collée dans le front, ni un goût de jus d’orange après avoir brossé tes dents. C’est neutre et sécurisant. Selon un sondage mené par la firme S & M, ce sont les gens qui se font des amis plus facilement et des amitiés durables.

Bref, la première impression change la trajectoire des relations. Prends-toi pour un enquêteur de District 31 et demande aux autres ce qu’ils ont pensé de toi la première fois qu’ils t’ont vu, on est parfois surpris des réponses.

 

S.-M.

sarah maude

Source photos : Unsplash

Publicités

Laisser un commentaire