Faire confiance AKA jouer à la roulette russe avec son cœur


ÉTATS D'ÂME, DÉVELOPPEMENT, Personnel, TEXTES DE G., x / mercredi, janvier 17th, 2018

J’ai toujours été hyper sociable et je me suis toujours perçue comme étant une personne extravertie. Pourtant, là je réalise que j’ai aussi un côté très introverti et solitaire, voire même socially awkward. J’ai en marre d’attendre après les autres ou de me fier sur eux (on n’est jamais mieux servis que par soi-même, qu’on dit). J’en ai assez de devoir filtrer ce que je dis en société pour ne pas heurter les sentiments des autres. Je suis tannée d’être à la merci des autres êtres humains. Pis surtout, maudit que je suis bien toute seule. Pas de soucis, pas d’inquiétudes à avoir sur une relation. Netflix, mes chats, un verre de vino… c’est ça, le bonheur, non?! Pourquoi se compliquer la vie? Bien non, on ne partira pas de rumeur, je suis toujours en couple (et en amour par-dessus la tête à part ça). Mais je ne vous mentirai pas, je trouve ça difficile, TRÈS difficile.

J’ai beaucoup de mal à faire confiance à mon partenaire dans la vie (pas juste mon chum, je parle en général). Je veux dire, après qu’il ait fait ses preuves, OK… Mais dès le départ? Comment les gens font ça? J’entends plusieurs personnes me dire qu’ils font confiance d’emblée, en partant, mais que cette confiance peut se perdre si jamais l’autre la brise. Je comprends le concept, je l’approuve même, mais comment on fait ça, faire confiance jusqu’à preuve du contraire? Moi je vois plutôt le concept de confiance comme quelque chose qui se gagne au départ, avant de pouvoir se perdre ensuite (ou pas, si on est chanceux)…

« La confiance se gagne en gouttes et se perd en litres. » – Jean-Paul Sartre

J’ai l’impression que de nos jours, avec toutes les applications qui n’aident pas la cause, faire confiance dès le début d’une relation, c’est comme se lancer dans le vide avec un parachute qui peut-être s’ouvrira, peut-être que non. On ne sait pas. On prend notre vulnérabilité, notre fierté et nos sentiments, on les donne à quelqu’un qu’on commence tout juste à connaître, en lui disant : « Fais ce que tu veux avec. Soit tu les piétines, soit tu en prends soin. » Pis là, on attend de voir ce qui se passe. On aimerait donc ça avoir raison de lui avoir fait confiance. Dans le meilleur des mondes, c’est ce qui se produit et on peut vivre heureux et avoir beaucoup d’enfants.

Mais si ce n’est pas ça qui arrive? Si je me fais trahir? Vous allez me dire que je peux me faire trahir, que je fasse confiance à l’autre ou non. Rien n’est sûr à 100% dans la vie, de toute façon. Vous avez raison. Sauf que si je fais confiance dès le jour 1, le jour où cette confiance est brisée, non seulement je me sens trahie et j’ai de la peine, mais en plus, je me sens conne de ne pas l’avoir vu venir, de ne pas avoir été plus méfiante, d’avoir fait confiance sans me poser de questions! Mon orgueil et ma fierté sont en miettes… Je le sais que je pense trop, je lis d’ailleurs présentement un livre à ce sujet afin d’essayer de calmer mes neurones trop actifs. Mais pour l’instant, je ne peux m’empêcher de penser sans arrêt aux mille et une possibilités de mensonges et d’infidélités et ça me rend folle.

C’est traître dans le fond, la confiance. C’est un couteau à double tranchant. Parce que c’est la plus belle arme d’une relation saine si elle n’est pas brisée, et en même temps, l’absence de confiance est instigatrice de relations malsaines. Sauf que le jour où l’un trahit l’autre, celui qui faisait aveuglément confiance le regrette et celui qui se gardait une gêne se félicite d’avoir eu raison de se méfier (tout en étant blessé quand même). La douleur est-elle moins grande dans l’un des deux cas?

Je parle comme si j’avais déjà été trompée ou victime d’une grande trahison. Pourtant, pas du tout (bon, peut-être qu’un de mes ex rit dans sa barbe présentement en se félicitant de ne pas s’être fait prendre… mais ça m’étonnerait). Sauf que j’ai tout de même été déçue par le passé, on m’a souvent fait miroiter des belles choses avant de finalement ne pas être à la hauteur des attentes qu’on m’a créées. Ça aussi, c’est une forme de bris de confiance. Puis, j’écoute beaucoup de films, j’ai beaucoup d’amies et j’ai entendu toutes les histoires pas possibles de tromperies. Et ça, c’est sans compter les avances d’hommes en couple que j’ai pu recevoir à un moment ou à un autre.

Faque, comment je fais pour savoir que le mien est mieux que ça? Qu’il est digne de confiance? Comment je fais si je veux lui faire confiance pour ne pas le perdre, mais que je n’ai pas envie de jouer à la roulette russe avec mon coeur?

À lire aussi: L’infidélité intelligente

 

 

G.

Image

Source photo : Unsplash

Publicités

4 réponses à « Faire confiance AKA jouer à la roulette russe avec son cœur »

Laisser un commentaire