Mon dilemme d’Insta-foufounes


ÉTATS D'ÂME, MODE&BEAUTÉ, STYLE DE VIE, TEXTES DE MSp., x / mardi, novembre 20th, 2018

Pas plus loin que vers la fin de l’été dernier, on rencontrait un débat assez important qui concernait les femmes entre elles, leur opinion, leur position face à exposer son corps sur les réseaux sociaux. Nous avons eu droit à des débats assez crus, des débats assez vrais, et de là l’idée de vous en jaser entre vous et moi, car de mon côté, encore aujourd’hui, je ne sais toujours pas de quel coté de l’idée me pencher, je suis énormément partagée. Personnellement je suis vraiment mélangée, car oui, je prône la liberté d’expression et l’acceptation de soi, je prône le féminisme et l’égalité dans tout, mais je suis aussi dans la catégorie des gens qui prônent le dosage sur certains trucs, certains propos et actions que les gens peuvent défendre. C’est ainsi que je me lance dans le vide avec mes opinions, mes conflits de valeurs sur ce sujet et que je vous les partage.

Je ne sais pas pour vous, mais je suis une fervente amoureuse de la fameuse plateforme qu’est Instagram, car la fouine en moi peut tout trouver pour m’inspirer, me faire du bien, me faire voyager… donc, je décide de m’abonner aux comptes dont j’ai envie, qui me font du bien et qui ajoutent du positif et réussissent à me mettre un sourire aux lèvres ou tout plein de belles idées en tête.

JE fais le choix et JE décide de ce qui alimentera le feed quotidien de mon cellulaire et de cette application. Mais, en naviguant candidement durant cette période de crise dont plusieurs utilisateurs de ce réseau ont été témoin, je me suis rendu compte que malgré moi, j’allais en quelque sorte prendre part à ce débat et avoir à mon tour ma propre opinion.

Étant moi-même une femme, je me sentais concernée et j’essayais de lire tout ce qui se disait pour m’éclairer dans ce dilemme, mais rien. Après tout ce que j’ai pu lire dans les commentaires, ma position n’avait pas changé, je me situais toujours entre deux idées de pensée. Ce que j’ai réalisé malgré tout ce cafouillis, c’est que la société n’a pas tant évolué. Je m’explique: on prône l’acceptation de soi, on prône la confiance en soi, le  »selflove », mais lorsqu’une femme démontre à sa manière, sous la forme qu’elle désire, de la confiance ou de l’acceptation envers elle-même, elle se fait #slutshamer, qu’elle soit à moitié nue ou pas…

Certaines personnes, les plus jalouses de cette confiance acquise, insulteront ladite personne sans aucun regret, tout ça gratuitement sans même la connaître ni elle, ni le parcours qu’elle a vécu, traversé. Et ça, ça m’énerve!!! J’ai pour mon dire que ton corps, c’est ton corps, tu as un passé avec ce corps, tu as un présent et tu as un futur. Tu en fais ce que tu veux, tu montres ce que tu veux montrer, tu l’exploites à ta convenance c’est à T-O-I.

La vie est une question de choix et chaque être humain (gars/fille, femme/homme) fait des choix qui influenceront son parcours et ses leçons de vie. Bien à lui. Au lieu de s’insulter et dénigrer les autres pour se remonter, on devrait plutôt s’encourager et non se lancer des pierres et des insultes chaque fois qu’une femme exprime le bonheur de découvrir son elle-même, sa vraie personne et d’en être fière. Si toi tu es bien à montrer tes fesses (ou autre), eh bien tant mieux!

Si on se mettait dans la position inverse et que les femmes qui montrent plus de peau dénigraient et insultaient ceux/celles qui en montrent peu ou pas, ça ne serait pas plus legit. Si toi tu n’aimes pas ça les photos de tes fesses, eh bien continue de juste poster ce qui te fait bien feeler sans slutshamer les autres qui le font. Les publications des autres ne briment en aucun point ta liberté d’expression à toi, alors j’essaie de voir il est où le vrai débat, le vrai problème.

On follow qui on veut et ce qu’on veut consommer sur Instagram si nous ne sommes pas d’accord avec ce qu’on voit, on est juste pas obligés de continuer à regarder, c’est tout (#unfollow). Si un comportement ou la nature de la façon dont quelqu’un s’exprime t’énerve, lâche prise et désabonne-toi, tout simplement parce que tu n’es pas obligé (ni même censé) d’insulter et de rabaisser ladite personne. Ça sert à rien, je te le dis tout de suite, pis ça va juste plus te créer un sentiment pas le fun à vivre avec.

D’un autre coté, c’est vrai que nous avons accès à beaucoup de contenu à caractère sexuel et c’est là que ça entre en conflit avec tout ce que je viens de vous dire… de là le mot «dosage». On associe, à tort, la peau féminine à la sexualité.

Ce qui me rend mal à l’aise, ce n’est pas de montrer nos fesses sur les réseaux sociaux, mais plus le but dans lequel on le fait, parce qu’on ne se fera pas croire que toutes les filles le font pour l’émancipation de la femme. D’un coté, j’trouve ça fabuleux de voir une femme assumer son corps et être tellement confiante qu’elle a le courage de le publier de la manière qui l’enchante, mais de l’autre coté de la médaille de mes sentiments, je me dis que les jeunes filles, les adolescentes, les femmes en devenir qui cherchent leur identité (probablement) regardent ça et voudront copier les comportements vus. De voir une femme avoir millions de likes et faire un salaire assez faramineux, car elle montre son popotin ou beaucoup de peau, ça peut sembler très accessible et alléchant à leur niveau. Je crois alors qu’ici, il y a une lacune au niveau de l’éducation de ce phénomène, ce cette tendance.

Mon opinion peut vous sembler un peu naïve et candide dû au fait que je ne sais pas vers quoi me pencher, trancher, mais je suis d’avis que le corps humain est un art en soi; on ne devrait jamais le cacher ou lui donner un association bestiale et dénigrante. Je vous laisse donc avec un commentaire sous la fameuse photo Instagram de Marielyne Joncas qui résume parfaitement mes sentiments sur ce différend. À votre tour de vous demander de quel côté êtes-vous dans cette tornade de controverse sans fin.

***

«Soyons unis. 🙌🏼 La beauté de la femme se reflète de part son intelligence, sa personnalité et son charisme… le corps est secondaire. Par contre, sans le vouloir la société nous instaure, un monde froid, compétitif et où la femme doit encore, même aujourd’hui, se prouver… c’est le prorata de la société qui donne le maximum de LIKE pour ce genre de photos, ce n’est pas la femme sur la photo qui l’instaure, c’est la société. Et oui, en 2018, beaucoup de gens souhaitent avoir leur micro climat de followers, c’est la réalité et non pas une virtualité. & Si une femme s’assume et aime exposer sa silhouette et bien, je suis heureuse pour elle, je suis même heureuse avec elle. Tout est une question de « mindset » qu’elles sont ses intentions derrière la photo/ le post/ la story? Si les intentions sont vraies et ancrées dans quelque chose de beau et de senti, je ne vois pas où est le mal. Vous êtes belles peu importe vos formes, qu’elles soient bombées ou flattes 🙌🏼 La beauté se pose dans le regard et le message. Je me répète, le physique est secondaire et il appartient à la personne qui l’habite ♥️».

 

À lire aussi: L’ère des #Instababes

 

 

 

 

MSp.

marylin

Source photo: Unsplash

Publicités

Laisser un commentaire