ÉTATS D'ÂME DÉVELOPPEMENT Maman Personnel STYLE DE VIE TEXTES DE VAN. x

Nos débuts

Mes débuts avec monsieur X, furent tout sauf parfaits, car aimer sainement, je m’y connais pas vraiment. Du plus loin je me souvienne, j’ai toujours associé amour à souffrance. Quand ça me fait mal en-dedans, pour moi, c’est de l’amour. Pleurer, me tourmenter, m’angoisser… tous des feelings qui ont toujours alimenté mes relations. Jusqu’à dernièrement, pour moi, c’était normal; pire, c’était vital.

Puis entra monsieur X dans ma vie. Ce gars, beau en-dedans comme en dehors. Patient, gentil, plein de bonté et possédant le gène du bonheur en prime. Au début, je me suis dit: c’est clairement une façade, ça doit être un beau parleur… pire, un tueur en série. Y’était ben trop parfait, au point que pour moi, la malsaine invétérée, c’était trop facile; trop beau et surtout trop simple. Alors, je trippais pas tant, c’était de l’inconnu pis ça ça me faisait peur!

Donc, je lui ai fait la vie dure à monsieur X. Mon instabilité émotionnelle et ma négativité face à l’amour n’ont jamais eu raison de lui et de son amour pour moi. C’est un rock, mon monsieur X. Dès notre première date, j’ai vu quelqu’un de vrai en lui, mieux encore, quelqu’un de rare… pis ça, j’étais pas prête pantoute et encore moins outillée pour le gérer.

Deuxième date, il y a eu le premier «french». T’sais, celui qui compte le plus, parce qu’on se base tous pas mal dessus pour évaluer la chimie corporelle. Il obtenu une fois de plus une note parfaite.

Troisième date, je lui présente ma gang, mes couples d’amis, ceux avec qui je suis tellement moi-même que s’il fait un faux pas et que mon monde n’approuve pas, c’est bye bye… Verdict: il fut l’étoile du match! Unanimement, mon monde l’a adoré et mieux encore, on dirait qu’il avait toujours fait partie de la gang.

Puis est venue la quatrième date, la plus importante de toutes, celle où nous nous présentions nos enfants. Le mien, alors âgé de 2 ans, sa fille de 10 ans et son garçon de 15 ans. Quoi dire de plus que ce fut magique, simple, fluide et tellement naturel… que je commençais vraiment à croire que j’étais dans un monde parallèle et que je rêvais.

Et puis vint notre première activité familiale. T’sais, celle où la vraie vie de parents nous ramène à la réalité. Quand tu as des enfants, mettons que la lune de miel dure moins longtemps, En fait, elle est juste interrompue par de vrais gros moments malaisants, gracieuseté bien sûr de nos adorables enfants…

Je vous mets en contexte: on est au village du Père Noël et mon fils et en plein dans la période où j’essaye de le mettre propre, donc il abuse beaucoup trop du mot «caca». Monsieur X est aux toilettes et puis sa fille de 10 ans, en revanche, me fait part bien candidement que son père est parti faire caca et que c’est pour ça que c’est long! Étonnamment, cette journée fut la plus mémorable de toutes.

Ce fut l’apocalypse dans mon cœur quand j’ai constaté que l’humain que j’aime le plus sur terre (mon fils) s’est amouraché de monsieur X en 5 minutes. Avec une patiente et un dévouement sans bornes, il a joué avec eux, glissé, grimpé… Il a même eu le petit toute la journée dans ses bras, car ses petites jambes dans la neige, c’était tough. Le plus marquant pour moi a été de constater qu’il faisait tout ça si naturellement et avec tant de tendresse que j’en fus totalement troublée… C’était peut-être vraiment un bon gars après tout…

C’était trop beau, trop vite, alors j’ai paniqué. Je ne me sentais pas comme d’habitude, je ne souffrais pas, je n’avais pas de tourments, alors je devais pas l’aimer dans le fond… C’était facile, je connaissais pas ce type de relation et je ne savais pas pantoute comment dealer avec ça…

Monsieur X, avec sa grande sagesse et sa maturité, décida de m’accompagner dans mon processus au lieu de fuir. Quitte à perdre son temps et se tromper, il voulait essayer. Bien avant moi, il avait réalisé notre potentiel et par sa résilience, il resta à mes côtés malgré tous mes tourments, toutes mes passes d’incertitude, tous mes rejets.

C’est un grand homme, monsieur X, le genre que tu rencontres une fois dans ta vie. Mais l’amour commence par soi-même et puis j’étais loin d’être rendue là. J’associais encore gentillesse avec faiblesse. Pour moi, il m’aimait trop, il était faible; moi je voulais courir, baver, j’avais connu que ça…

Pourtant, dans le passé, quand j’étais dans mes relations malsaines, je rêvais de monsieur X et une fois là je ne m’y reconnaissais pas… Et tranquillement pas vite, je me suis surprise à être une nouvelle femme, une nouvelle mère et surtout une nouvelle amoureuse. Qui se respecte et qui s’aime. C’est épeurant vivre un amour sain et pur qui te fait du bien. Le plus beau dans tout ça, c’est que je ne rêvais même pas de ce que je vis présentement, car en fait je ne savais même pas que ça existait.

À suivre…

 

 

À lire aussi: Notre première rencontre

 

 

 

Van.

Source photo: Pexels

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire