ÉTATS D'ÂME TEXTES DE A.

Tu ne me croiras pas…

Je sais que tu ne me croiras pas quand je te le dirai, que tu ne voudras pas me croire. Tu te diras que je suis juste jalouse de ton bonheur, que je l’aime encore, que je suis une folle qui veut tout détruire. Je sais que tu ne penses pas que ce soit possible. Que tu as décroché le gros lot quand tu l’as rencontré. Mais crois-moi, il est beaucoup plus près du crapaud que du prince charmant. Ton baiser ne l’aura changé qu’en apparence. À l’intérieur, il est toujours aussi laid. Je sais que tu m’en voudras de t’ouvrir les yeux, de te dire la vérité. Qui suis-je pour venir chambouler ta petite vie parfaite?

Je suis seulement celle avec qui ton homme assouvit ses bas instincts quand tu n’es pas là. Et même quand tu es là. Tu sais, les soupers d’affaires qui finissent si tard, les visites à ses parents le dimanche matin. C’est moi. Coupable sur toute la ligne, mais moi je ne t’ai jamais dit «je t’aime», ni promis la lune.

Tu sais, il n’a jamais parlé de toi. Il croit que j’ignore que tu existes. Faux, il a parlé d’une amie une fois. J’imagine que c’était toi, à moins que ça en était une autre. Tu vois, il est le genre d’homme qui peut te faire disparaître de son histoire si ça l’arrange. Il est le genre d’homme qui te trompe une semaine avant de te demander ta main. C’est ce genre-là, oui! Comment je le sais? Il était mon prince charmant quand tu l’as rencontré. Et il était celui d’une autre quand moi je l’ai rencontré. Mais tu n’as probablement jamais su que j’existais, comme je n’ai su que bien plus tard que nous avions coexisté dans sa vie.

Avec le recul, j’ai su exactement quel soir ça s’était fait, vous deux. Celui où j’ai compris qu’il ne rentrerait pas. Que j’étais déjà passée date à ses yeux. Environ deux mois avant qu’il ne mette réellement fin à notre relation. Vos deux premiers mois où il a su te charmer et te conquérir. Votre lune de miel, alors qu’il profitait encore de mes efforts démesurés pour ne pas le perdre. S’il t’a déjà faussé compagnie un de ces soirs du début, c’est que je devais pleurer trop fort pour le retenir.

Je l’aimais, il était beau, attentionné, ambitieux. Parfait. Tout comme tu l’aimes. Assez pour lui dire «oui» pour la vie. Tu es sous le charme et je te comprends. Il ne te mérite sûrement pas. En fait, il ne mérite rien à jouer comme ça avec les gens et leurs sentiments. J’espère que tu le réaliseras à temps. Avant d’unir ton destin à un homme qui ne pense qu’à ses propres intérêts. Tu es une valeur sûre pour lui, rien de plus qu’un bon investissement. Je te souhaite de découvrir qui il est vraiment et de pouvoir faire un choix, en toute connaissance de cause. J’espère que tu le prendras la main dans le sac. Sans aucune excuse de sa part pour s’en sortir.

Mais une chose est sûre, ce ne sera pas avec moi. En te fiançant à peine sorti de mon lit, il m’a montré une fois de trop quel être égoïste et calculateur il est. Je pourrais tout te raconter, avec preuves à l’appui, mais il trouverait encore une porte de sortie et retournerait le tout contre moi. Alors je vais simplement me mêler de mes affaires et disparaître de sa vie, de ta vie. Prochaine fois qu’il me contactera, je l’ignorerai. Car crois-moi, il y aura une prochaine fois même si tu es maintenant sa future femme. C’est un homme comme ça.

 

À lire aussi:
À Elles, les blondes…
Sortir avec un f*ck boy
Ces gens qui mènent une double vie

 

 

 

 

A.

Source photo: Unsplash

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire